Pourquoi des églises russes étaient-elles construites en une journée?

Legion Media, Domaine public
Contrairement à Rome, certaines choses se construisent en une journée, y compris quelques églises de fortune dans la vieille Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Dans l’ancienne Russie, aussi appelée Rus’, les villageois et les citadins avaient l'habitude de tout laisser tomber et de se précipiter pour construire une église. Le travail éreintant commençait la nuit et durait toute la journée suivante. Il n'y avait qu'une seule condition : le chantier devait être terminé au coucher du soleil. Pourquoi ?

Ces églises de style IKEA (certes, ce n’est probablement pas le terme utilisé par les anciens russophones) étaient souvent érigées lors d'épidémies. Elles étaient destinées à arrêter la propagation de différentes maladies fréquentes à cette époque.

On croyait que puisque les églises avaient été construites sans interruption en si peu de temps, elles étaient absolument pures, c'est-à-dire que les mauvais esprits (auxquels étaient liées les maladies) ne pouvaient pas pénétrer à l'intérieur. Par conséquent, elles offraient une protection contre ces fléaux.

Si une église ne « faisait pas le job », une autre était construite à la place. Par exemple, lorsque, en 1522, à Pskov, la construction de l’église Saint-Varlaam n’a pas mis fin à la peste de cette année-là, les habitants ont érigé l’église de la Protection de la Sainte-Vierge. Cette fois, cela a fonctionné, miraculeusement, diront certains.

Les églises construites en une journée étaient considérées non seulement comme un remède contre la maladie, mais comme une expression de gratitude à Dieu pour avoir épargné la ville ou pour tout événement positif. La première église de ce type en Russie aurait été construite au Xe siècle en l'honneur de la victoire de Vladimir le Grand sur les Petchenègues, un peuple semi-nomade d'Asie centrale.

Naturellement, les églises construites en une journée diffèrent des églises orthodoxes habituelles par leur manque de décoration et de luxe. Parfois, leur apparence était même trop modeste. Par exemple, une mini-église de ce type située dans un village de la province de Viatka avait une souche d'arbre en guise de trône et deux planches attachées avec des cordes pour les portes saintes.

>>> Seize superbes sites orthodoxes russes situés hors de Russie

Après la construction, les églises de ce type étaient immédiatement consacrées et décorées avec des icônes temporairement empruntées à d'autres lieux de culte. Il est également arrivé que les icônes des églises construites en un jour soient peintes dans le même laps de temps selon la même logique.

Après avoir rempli leur fonction consistant à arrêter la propagation d'une épidémie, ces sanctuaires de fortune, loin d'être abandonnés, ont continué à être utilisés comme lieux de culte au quotidien.

Il y a des siècles, alors que le feu était une catastrophe courante, la durée de vie des églises en bois n'était pas longue. En moyenne, elles résistaient quelques décennies avant d'être consumés par les flammes. Seule une poignée a réussi à tenir pendant plus d'un siècle, par exemple, l'église du Sauveur Tout-Miséricordieux à Novgorod.

Pour préserver les églises construites en un jour, il était d'usage de les reconstruire en pierre. Par exemple, lorsque l'église du Sauveur de toute la ville, en pierre, a été érigée à Vologda, l'ancienne église en bois se trouvait sur le chantier de construction et les services y ont continué comme d'habitude. En 1895, l'église est devenue une cathédrale, qui a ensuite été détruite en 1972 par décision des autorités. Pas sans lutte, cela dit. Ses murs étaient si solides que les explosifs se sont avérés inutiles et des chars ont dû être envoyés…

Quant à la tradition consistant à construire des églises de fortune elle-même, qui remonte aux premiers jours de l'État russe, elle avait complètement disparu au XVIIIe siècle.

Dans cette autre publication, nous vous répondons aux questions les plus fréquentes sur l’orthodoxie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies