Cinq fantastiques maîtres du chant de gorge originaires de Russie (vidéo)

La musique folk n’a rien d’ennuyeux ou de démodé! Grâce à leurs hits ethniques et des sons semblant provenir des tréfonds de leurs entrailles, ces artistes de Sibérie et de l'Oural vous en persuaderont définitivement.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Avez-vous déjà entendu parler du chant diphonique khöömii ? Il s'agit d'un type à part entière d'art, commun aux peuples de Sibérie et de Mongolie. La particularité de cette technique est d'extraire de la gorge non pas un, mais deux sons à la fois, qui imitent en général les bruits de la nature, qu’il s’agisse du hurlement du vent, du bruissement des feuilles, des cris de grues ou du rugissement d'un taureau. Les musiciens folks contemporains de Sibérie utilisent souvent le khöömii dans leurs chansons, et ce, même lorsqu’ils enregistrent des reprises de tubes de rock occidental.

Aleksandr Kouoular

Ce musicien de la République du Touva (Sud de la Sibérie) interprète de manière originale des tubes célèbres, à l’instar de Numb, titre du groupe Linkin Park.

« J'aime faire des mixes avec des chants de gorge, créer quelque chose de nouveau, pas seulement des reprises, mais aussi des chansons originales. Le chant guttural est une partie très importante de la culture de notre peuple », a-t-il déclaré aux médias russes.

Voici encore sa reprise de Rolling in the Deep, de la chanteuse britannique Adele. 

En outre, Aleksandr donne des cours dédiés aux techniques de chant de gorge sur sa chaîne YouTube. Très utile pour tous ceux qui souhaitent essayer !

>>> Ces instruments venus de Sibérie

Huun-Huur-Tu

Traduit depuis le touvain, le nom de ce groupe signifie « Fragmentation de la lumière du Soleil dans les nuages en plusieurs rayons divergents ».

Ils interprètent le folklore de l'Altaï en utilisant la technique du chant guttural sur fond d’instruments traditionnels, dont le tambourin chamanique. C'est l'un des groupes ethniques russes les plus connus au monde.

Tiourguèn Kam

On l'appelle le chaman-DJ : Tiourguèn de Tcheliabinsk a hérité du titre de chaman de ses pères et accomplit des rites traditionnels.

Il joue aussi fréquemment dans l’Oural de la musique électronique, assaisonnée de mélodies ethniques, de chants de gorge et de son énergie folle. Et tout le monde danse en rythme !

Tchyltys Tannagacheva

Les femmes s’adonnant au chant dyphonique sont incroyablement rares. Tchyltys est autodidacte et issue d’une famille comptant plusieurs conteurs d’épopées ethniques. Ainsi, pour elle, le chant était une sorte de continuation des traditions familiales.

« Pour moi, c'est un besoin de mon organisme, pas un désir personnel quelconque, c'est quelque chose qui vient de l’intérieur de mon être et que je ne peux contrôler », affirme-t-elle.

>>> Rap iakoute et hip hop tatar: quand s'unissent musique moderne et langues minoritaires de Russie

Elle chante à propos de son peuple et de sa culture, compose ses propres textes et mélodies. Pour information, conformément à son passeport, son véritable prénom est Olga, mais après un accident de voiture, elle a pris celui de Tchyltys, qui signifie « étoile » en chor, une langue du Nord de l’Altaï.

Dobrynia Satine

Dobrynia, musicien de Gorno-Altaïsk, capitale de la République de l’Altaï, porte le nom d’un célèbre bogatyr (chevalier) du folklore russe, mais dédie sa voix aux épopées altaïques.

« Mon instrument s'appelle topchour, c'est un attribut du kaïtchi, le conteur des épopées de l'Altaï. Il aide le narrateur à entrer dans une sorte de transe. Nous avons de très grandes épopées. Avant la représentation, le conteur demande à l’instrument de l'aider, et ensuite le topchour t’emmène dans cet autre monde », confie-t-il dans un documentaire consacré aux peuples de l'Altaï.

Écoutez donc comment le khöömii sonne dans cette interprétation moderne de Dobrynia !

Dans cet autre article, nous vous présentons huit groupes de musique folk, chantant la diversité ethnique de la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies