Qui sont les saints les plus vénérés de Russie?

Domaine public
L'Église orthodoxe de Russie honore au rang de saints de nombreux justes: d'une paysanne aveugle à un amiral victorieux.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Que devez-vous faire pour devenir un saint dans la tradition orthodoxe ? Il n'y a que deux points dans la liste : premièrement, vivre une vie juste remplie de bienveillance envers votre prochain et, deuxièmement, mourir. Le juste défunt, s'il a contribué à la propagation de l'orthodoxie, a servi Dieu fidèlement, fait des miracles ou accepté le martyre au nom de la foi chrétienne, pourra être considéré comme saint par l'Église orthodoxe russe.

« L'Église qualifie de saints ces personnes qui, purifiées du péché, ont recueilli la grâce de l'Esprit Saint et ont révélé sa puissance dans notre monde », explique l'archimandrite Tikhon Sofiïtchouk, président de la commission de canonisation du diocèse de Kiev. Les critères de canonisation sont larges : il n'est pas nécessaire de guérir les malades par le toucher d'une main, il suffit de mener une vie vertueuse.

Au total, depuis sa création, l’Église orthodoxe de Russie a canonisé plus de 2 500 personnes. Certains saints, cependant, jouissent d'une popularité particulière dans le peuple. Qui sont-ils ?

Serge de Radonège (mort en 1392)

Le moine Serge de Radonège a vécu à une époque où il n'y avait pas de concept de « Russie » telle que nous la connaissons aujourd’hui : au XIVe siècle, à l’emplacement de la partie occidentale moderne du pays, des dizaines de principautés coexistaient, parfois en paix, parfois en guerre. Le père Serge, qui jouissait d'une grande autorité, a été le premier starets (patriarche d'un monastère orthodoxe russe) à devenir, après sa mort, le conseiller des puissants de ces terres.

C'est Serge de Radonège qui a fondé le plus grand monastère orthodoxe russe, la Laure de la Trinité de Saint Serge, et, selon les chroniques, béni le prince Dmitri Donskoï de Moscou pour la bataille contre les Tatars sur le champ de Koulikovo, un tournant dans l'histoire russe.

La naissance même de la Russie en tant que nation orthodoxe est associée au nom de Serge. « L'apparition de la culture spirituelle russe et de la culture russe en général, la Russie sacrée en tant qu'idéal culturel... sans aucun doute, sont liés au moine Serge », a déclaré Vladimir Legoïda, président du département synodal de l’Église orthodoxe de Russie en charge des relations mutuelles avec la société et les médias.

Basile le Bienheureux (milieu du XVe – milieu du XVIe siècles)

L'Église orthodoxe respecte profondément les fols-en-Christ qui, malgré leur apparente folie, sont éclairés spirituellement et considérés proches de Dieu. Le champion en la matière parmi eux est Basile le Bienheureux.

Le vagabond Basile marchait, été comme hiver, sans vêtements et n'avait pas de maison, mais on le connaissait et l'honorait dans tout Moscou. Ce fol-en-Christ pouvait prédire l'avenir, réprimandait sévèrement les pécheurs et provoquait la peur et le respect même de l’impitoyable Ivan le Terrible. Après la mort de Basile, sa dépouille a été conservée dans la Cathédrale de la Protection de la Mère de Dieu, qui se trouve sur la Place Rouge et depuis lors, ce temple est connu comme la Cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux.

Lire aussi : Plus de 1.000 ans de christianisme: des images à couper le souffle des églises orthodoxes

Xenia de Saint-Pétersbourg (1730 - début du XIXe siècle)

Tout comme Basile le Bienheureux, Xenia de Saint-Pétersbourg n'était pas de ce monde : selon les témoignages, après la mort de son mari, elle a commencé à porter les vêtements de ce dernier, à se présenter en son nom et à dire à tous que son mari était vivant et que c’est elle qui était morte. Xenia distribuait toutes ses richesses aux pauvres, errait dans la ville et demandait miséricorde et priait Dieu la nuit.

« Pour ses grandes actions et sa patience, le Seigneur a glorifié son élue de son vivant. Le serviteur de Dieu Xenia est devenue un don d’illumination des cœurs et de l'avenir », a noté nonne Taïssia dans la biographie de Xenia de Saint-Pétersbourg. Elle est morte après 45 ans d'errance.

Fiodor Ouchakov (1745 - 1817)

Il est peu probable que l'amiral Fiodor Ouchakov, célèbre commandant naval des XVIII et XIXe siècles, s'attendait à ce que l'Église décide de le canoniser près de deux siècles après sa mort. Au cours de sa vie, ses victoires militaires lui étaient amplement suffisantes : pendant toute sa carrière, Ouchakov n'a pas subi une seule défaite, n'a pas perdu un seul navire, aucun de ses subordonnés n'a été capturé. Grâce à lui et à ses talents, la Russie dominait la mer Noire.

Cependant, l'amiral avait aussi des mérites spirituels : ainsi, il s'opposait vivement à l'ivresse parmi les marins, distribuait toutes ses richesses à la charité, priait longtemps dans les monastères. « La force de son esprit chrétien s'est manifestée non seulement dans ses glorieuses victoires dans les batailles pour la Patrie, mais aussi dans sa grande miséricorde », soutient le communiqué sur sa canonisation. Depuis 2004, l'amiral Ouchakov s’impose comme le saint patron de la marine russe.

Séraphin de Sarov (1754 – 1833)

L'héritier spirituel de Serge de Radonège, le starets Séraphin, vivait loin du monde, dans la forêt, mais des gens de toute la Russie cherchaient sa compagnie et ses conseils. Selon sa biographie légendaire, même les ours et les loups se prosternaient devant la bonne volonté du vieil homme (une légende un peu plus plausible dit qu'une fois que Séraphin a été volé par des brigands, son crâne fracturé avec une hache, mais qu’en retour il n’a que prié pour que ces individus retrouvent la raison).

Séraphin de Sarov a commencé à être vénéré de son vivant, mais il a été canonisé en 1903, à l'initiative de Nicolas II, qui espérait que le saint lui donnerait un héritier. Comme l'écrivait le ministre Serge Witte, l'empereur et son épouse « étaient certains que le saint de Sarov donnerait à la Russie, après quatre grandes duchesses, un héritier". Or, l’héritier de Nicolas est bel et bien venu au monde.

Lire aussi : Seize superbes sites orthodoxes russes situés hors de Russie

Jean de Cronstadt (1829-1908)

Contrairement à beaucoup d'autres saints, Jean de Cronstadt n'était pas moine mais curé de paroisse et vivait près de Saint-Pétersbourg, croyant, comme le cite son biographe, que les habitants de la capitale animée « ne connaissent pas plus le Christ que les sauvages de Patagonie ». Le père Jean s'est donc installé aux abords de Saint-Pétersbourg, à Cronstadt, où vivaient ouvriers, prisonniers, et ivrognes.

Dans ces conditions, il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour renforcer la foi de ses compatriotes : prêcher, soigner, aider avec de l'argent. Peu à peu, le prêtre est devenu une véritable célébrité, à tel point qu'il a escorté l'empereur Alexandre III lors de son ultime voyage. Jusqu'à la fin de sa vie, Jean est resté un partisan de l'autocratie et un conservateur convaincu : même son humanité ne l'a pas empêché de haïr ceux qu'il considérait comme ennemis de la foi orthodoxe.

Matrone de Moscou (1881-1952)

Aveugle de naissance, la paysanne Matrone s’est également retrouvée dans l’incapacité de marcher dès l’âge de 16 ans, mais, comme les écrits le racontent, « elle ne se plaignait jamais de sa maladie, mais portait humblement cette lourde croix que Dieu lui avait donnée ». Comme d'autres saints, elle s'est fait connaître de son vivant parmi les orthodoxes qui venaient la voir pour des conseils ou une guérison.

Toutefois, la plus grande partie de sa vie s’est déroulée en durant la période soviétique, lorsque les autorités athées interdisaient la pratique de l'orthodoxie – Matrone et ses disciples ont dû fuir d'appartement en appartement, risquant l'arrestation. Mais au finale, les autorités soviétiques n'ont jamais touché Matrone. La juste aveugle reste l'un des « saints du peuple » les plus populaires et vénérés dans les moments difficiles ou de maladie.

Dans cet autre article, nous vous présentons trois fascinants miracles auxquels les orthodoxes russes croient dur comme fer.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies