Sept groupes modernes ayant propulsé la scène musicale de Russie en avant

Global Look Press, Screenshot from YouTube/Александр Ревва, Screenshot from YouTube/Little Big
Après avoir été plus d’une décennie exposé à de la mauvaise pop russe depuis mon arrivée dans le pays, étant originaire du Royaume-Uni, j’ai récemment osé me replonger dans la scène musicale locale et ai été agréablement surpris par l’abondance de nouveaux artistes de qualité. Du rock au hip-hop, la Russie connait enfin une vague musicale digne de ce nom!

La musique russe apparaissait tout bonnement archaïque et démodée lorsque je suis venu pour la première fois dans le pays, il y a plus d’une dizaine d’années. De la pop insipide au rock kitch, rien de ce que j’entendais alors ne m’impressionnait. Au contraire, cela me donnait envie de m’enfuir au plus vite.

Depuis, la scène musicale a semble-t-il fait un véritable bond en avant depuis l’époque de TaTu, voire de Gorky Park, encore auparavant. Aujourd’hui, les Russes ont finalement accès à un large choix d’artistes nationaux talentueux, n’ayant pas à pâlir devant leurs homologues occidentaux et accumulant des dizaines de millions de vues sur YouTube.

>>> Little Big: comment des freaks venus de Russie prennent d’assaut votre cerveau

Que vous ayez un penchant pour la pop ou le rock, pour le hip-hop ou le rap, pour l’électro ou le disco, vous pourrez donc à présent trouver aisément votre bonheur dans le pays !

Voici par conséquent dix des talents les plus brillants caracolant de nos jours aux sommets des charts musicaux de Russie.

Little Big (Électro/disco)

Ce groupe de dubstep/électro de quatre membres a été fondé en 2013 et est probablement l’un des rares de notre liste à être connu au-delà des frontières de Russie, notamment grâce à son hit Skibidi, qui a donné naissance à un phénomène international, le Skibidi Challenge, un mélange entre la danse de Gangnam Style de PSY et le Kiki Challenge de Drake. Relever ce défi est une chose, mais le faire en public est le véritable challenge.

Artour Pirojkov (Pop/disco)

Alors que de nombreux artistes solo de Russie fredonnent encore selon les règles de la vieille école (à l’instar d’Alla Pougatchova, de Nikolaï Baskov ou encore de Leonid Agoutine), l’humoriste Alexandre Revva, devenu musicien et utilisant le pseudonyme Artour Pirojkov, a décidé d’emprunter le chemin de l’électro-disco, un succès ! Certains de ses clips ont en effet été visionnés plus de 100 millions de fois ! Il a par ailleurs récemment été fait égérie d’une campagne de publicité nationale organisée par le deuxième plus grand opérateur de télécommunication du pays.

Pharaoh (Hip-Hop)

Âgé de 23 ans, Gleb Gouloubine pourrait-être qualifié d’Eminem russe en devenir. Bien qu’il cite Rammstein, Kurt Cobain, Snoop Dogg et Marilyn Manson comme étant ses principales sources d’inspiration, le Moscovite a vu une opportunité dans la scène naissante du hip-hop et du rap russe pour s’y imposer. Ses paroles controversées ainsi que son comportement ont permis de faire monter sa popularité en flèche, tant auprès du public que des autorités !

>>> Sept groupes russes populaires qui méritent d’être connus

Pizza (R&B)

Ne vous arrêtez pas au nom de ce groupe, il ne s’agit ni d’une bande de rigolos, ni d’un service de livraison alimentaire. Formé en 2012 et ayant progressivement envahi les ondes radio, ils jouissent aujourd’hui de millions de vues sur YouTube et ont prouvé à leurs fans qu’il ne faut en aucun cas juger un livre par sa couverture !

Wildways (Emo rock)

Ce genre musical est extrêmement populaire en Europe et aux États-Unis, et a toujours bénéficié d’une solide base d’amateurs en Russie, mais beaucoup de ces derniers ont eu soif de qualité durant des années en raison de l’absence de talents locaux. Parmi les nouveaux groupes dignes d’intérêt, Wildways se fraye cependant un chemin avec des sonorités pourtant relativement génériques et prévisibles. Ils se sont même immiscés dans la politique, ce que les groupes émos font rarement, avec un morceau intitulé Put in (se lisant Poutine).

Basta (Hip-hop)

Vassili Vakoulenko, plus connu sous le pseudo de Basta, est présent sur la scène musicale russe depuis plus d’une décennie et est parvenu à s’imposer comme l’un des artistes de hip-hop les plus célèbres du pays. À son actif, il compte 20 albums, plus de 50 singles et 14 récompenses, y compris celle du meilleur artiste hip-hop aux MTV Russia Music Awards 2008. Il est également le cofondateur du label Gazgolder, l’un des plus prisés par les artistes souhaitant connaître la gloire.

Zivert (Électro pop)

Ioulia Zivert est littéralement un talent autodidacte : elle dit avoir commencé à chanter pour des amis et sa famille avant de publier son premier titre sur sa propre chaîne YouTube. Depuis, elle a été promue par le label Pervoïé mouzykalnoïé izdatelstvo et ses morceaux résonnent dans toutes les oreilles du pays.

>>> Symbolisme sexuel et sons imprévisibles: la révolution techno de la Russe Nina Kraviz

Pour ceux qui auraient toutefois envie de découvrir ce à quoi la musique russe ressemblait autrefois, en voici un bref aperçu :

Dans cet autre article, nous vous présentons des chansons prouvant que même les langues minoritaires de Russie peuvent être représentées dans la musique moderne.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies