«Peinture invisible»: Vladimir Weisberg, le Morandi russe

Igor Palman/IN ARTIBUS Foundation
Actuellement, ses peintures peuvent être vues dans les collections des musées du monde entier. Avant de passer à la postérité, il a fait des petits boulots dans des ateliers et admirait les œuvres de Cézanne pendant des heures.

Chaque jeudi, Vladimir Weisberg, jeune homme un peu nerveux, comme on se souvient de lui, faisait crisser le parquet des galeries d’art de Moscou. Il n'a pas été pris à l'institut, a étudié le dessin ici et là, mais de manière indépendante, tout comme Cézanne, qu’il adulait. Après s’être essayé à différents styles, s'inspirant des œuvres d'autres personnes, il a développé son propre style et est devenu l'un des artistes les plus en vue de l'art « non officiel » soviétique.

Des tranchées à l’hôpital psychiatrique

La jeunesse de Weisberg a été orageuse : au plus fort de la guerre civile espagnole, il a tenté d'y fuir l'URSS pour se battre du côté des républicains de gauche contre Franco. Toutefois, il a été arrêté dans le port d'Odessa (Ukraine), où il prévoyait de monter à bord d’un navire, et a été envoyé directement dans un hôpital psychiatrique à Moscou.

Il s'est précipité sur le front lors de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, comme l'écrit son ami l'artiste Valentin Vorobiev, « le jeune homme déséquilibré a été déclaré inapte à la guerre et envoyé creuser des fossés antichars ». Ensuite, Weisberg n'a plus eu de chance - lors d’un bombardement, son état mental s'est aggravé et il est retourné à l'hôpital.

>>> Nuances de gris: quatre peintres russes de légende qui étaient daltoniens

En 1942, « émacié et déprimé » (toujours selon Vorobiev), le jeune homme s’est inscrit à des cours de dessin. Pendant toute la guerre, ils ont continué à travailler et « une dizaine de fanatiques de tous âges transis de froid [...] peignaient des boules, des cubes, des cônes, et des rosettes ».

Trouver sa voie

Après la guerre, Weisberg a tenté d'entrer à l'Institut d’art Sourikov, mais il n'a pas été accepté. De longues années d’errance dans les ateliers d’artistes non officiels de Moscou ont ensuite eu lieu. Il a lui-même étudié l’ingénierie et était très critique vis-à-vis de son travail.

Il avait l'habitude de rester assis pendant des heures, parfois pris de vertige, assis au-dessus de ses compositions - c'était d'une grande importance pour lui, littéralement chaque millimètre comptait. Et il a un jour compris que la couleur le gênait tout simplement, car elle lui était devenue « physiologiquement insupportable ». Dans certaines œuvres, il y a renoncé et le Blanc sur blanc immaculé a apparu- rien de superflu, juste le triomphe des silhouettes brumeuses et de l’espace.

>>> «Magnifiques montagnes de l’Himalaya»: les toiles de Roerich comparées aux lieux réels représentés

Malheureusement pour lui, dans certaines œuvres, l’artiste avait besoin de la couleur. « J'ai un sens de la vérité à l'intérieur, je ne peux pas le réaliser sans couleur. C'est une lutte de chaque instant », a-t-il déclaré dans une interview avec l'historienne de l'art Xenia Mouratova.

Les critiques et les experts ont discuté sur un ton hautain du premier Blanc sur blanc en 1963 : ils ont affirmé que le Weisberg l’avait « volé » à l'Italien Morandi. Mais très probablement, Weisberg n'a jamais vu le travail de Morandi. « Tout Moscou se ruait pour voir les nouveaux tableaux et les blancs de Weisberg », écrit Vorobiev.

Vers la renommée mondiale

En tant que maître de l'art « non officiel », ne peignant jamais dans le style du réalisme social avec ses joyeux collectifs d’agriculteurs et ses travailleurs brutaux, Weisberg est néanmoins devenu membre de l'Union des artistes de l'URSS à la fin des années 1960 – ce statut lui a permis au moins de survivre et de recevoir des commandes de l'État. En outre, n'ayant jamais reçu d'éducation artistique, il a commencé à enseigner la peinture.

La première exposition personnelle de l'artiste autodidacte a eu lieu non pas à Moscou, sa ville natale, mais à... Paris. Cependant, Weisberg a raté son propre triomphe : c'était en 1984, quand aller à l'étranger rimait avec embûches et entretiens avec le KGB. Comme l'a écrit Vorobiov, le maître avait peur des provocations de la part des autorités.

>>> Ivan Bilibine, l’artiste qui donna vie aux contes de fées russes

Sa première exposition personnelle en URSS n'aura lieu qu'en 1988, quand l'artiste était déjà décédé. Selon Vorobiev, le jour de sa mort - le 1er janvier 1985 - une neige blanche et épaisse est tombée sur Moscou.

Dans cette autre publication, découvrez comment un artiste paralysé a immortalisé la vie russe du XIXe siècle.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies