Cannes 2018: quels brillants talents défendront les couleurs de la Russie en cette 71ème édition?

Getty Images
Deux films en compétition pour la Palme d’or, un court-métrage en lice pour le Prix de la Cinéfondation et la première partie de Guerre et Paix, ce chef-d’œuvre de Serge Bondartchouk, à l’affiche de Cannes Classics 2018 - focus sur la participation russe à la 71ème édition du prestigieux Festival de Cannes.

En lice pour la Palme d’or

Pour la deuxième année consécutive deux films russes sont en compétition pour la Palme d’or, principal trophée de la plus importante manifestation cinématographique du monde. En effet, outre Leto (Été) de Kirill Serebrennikov, dont la nomination a été annoncée le 12 avril, Ayka de Sergey Dvortsevoy, a rejoint six jours plus tard la compétition.

Ce drame social raconte l’histoire d’une jeune migrante kirghize, Ayka, qui vit et travaille clandestinement à Moscou. Tombée enceinte, elle décide, de suite après son accouchement, d’abandonner le bébé à l’hôpital. Toutefois, avec le temps, le sentiment de maternité prend le dessus et Ayka se lance à la recherche de son fils.

Lire aussi : Comment devenir réalisateur de films en Russie lorsque l’on ne roule pas sur l’or?

Tout comme Kirill Serebrennikov, Sergey Dvortsevoy n’est pas inconnu à Cannes. En 2008, son premier film Tulpan a en effet été présenté dans la sélection Un Certain Regard, considéré comme l’antichambre de la sélection officielle, et a été primé.

Sergey Dvortsevoy

La participation au Festival de Cannes pousse la porte de la cinématographie mondiale, reconnait le réalisateur. « En 2008, lorsque j’ai présenté Tulpan à Cannes j’étais content du simple fait de participer. Mais lorsque nous avons remporté le prix principal, c’était un sentiment indescriptible, une quantité énorme de propositions, la rencontre de talents du monde entier. Je suis heureux de retourner au festival que je considère comme le meilleur au monde », a-t-il confié, cité par le site de Roskino, agence fédérale de la production cinématographique en Russie.

En ce qui concerne Kirill Serebrennikov, réalisateur actuellement assigné à résidence, sa participation au festival reste incertaine. Le 18 avril un tribunal de Moscou a prorogé de trois mois la mesure judiciaire prononcée à son encontre. Malgré tout, Ekaterina Mtsitouridze, directrice générale de Roskino, ne perd pas espoir.

« Pour nous, il est le réalisateur numéro un, car c’est justement lui qui a été sélectionné pour le concours par les organisateurs du Festival de Cannes. Espérons qu’il pourra venir en personne au festival et présenter son film lui-même », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse au siège de l’agence internationale d’informations Rossiya Segodnia, rapporte RIA Novosti. Comme on vient de l’apprendre ce mardi, les avocats du réalisateur ont fait appel de la décision de la justice.

Lire aussi : Festival de Cannes: Leto de Kirill Serebrennikov en compétition pour la Palme d’or

Rappelons que Leto est dédié aux stars soviétiques et russes Viktor Tsoï et Mike Naoumenko et à la scène underground d’URSS. Comme l’avait précisé Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, ce film immerge les spectateurs à l’époque de Brejnev et retranscrit de façon pittoresque cette période à l'écran. Pour en savoir plus sur ce film, veuillez suivre le lien.

Cinéfondation

Le court-métrage d’Igor Poplauhin Kalendar est l’un des 17 films qui se disputeront les trois Prix de la Cinéfondation. Figurer sur la liste des nominés, venus de 14 pays, est déjà un exploit - comme on l’apprend sur le site du Festival, ils ont été choisis parmi 2 426 œuvres.

Kalendar met en scène une femme ordinaire qui se lance tous les quelques mois dans un voyage d’aventures, tout en recouvrant ses traces. Personne ne comprend pourquoi elle le fait et ce qui l’attend à l’avenir.

Cannes Classics

Le Festival de Cannes a dévoilé lundi le programme de Cannes Classics, permettant aux cinéphiles de revisiter les œuvres élevées au rang de patrimoine. Sur la liste de ces 32 films ayant forgé l’histoire du cinéma mondial on trouve notamment Guerre et paix. Film I. Andrei Bolkonsky de Serge Bondartchouk (1965).

Lire aussi : Le réalisateur russe Andreï Zviaguintsev intègre le jury du 71ème Festival de Cannes

Lauréate d’une série de récompenses prestigieuses, dont l’Oscar du meilleur film étranger et le Golden Globe pour le Meilleur film en langue étrangère en 1969, l’adaptation cinématographique du roman de Léon Tolstoï a été présentée hors compétition au Festival de Cannes en 1967.

Le Festival de Cannes aura lieu du 8 au 19 mai 2018. Parmi les membres du jury de la 71ème édition figure notamment le nom du réalisateur russe Andreï Zviaguintsev, lauréat du prix du jury pour Faute d’amour lors de l’édition précédente.

Pour en savoir plus sur l’affaire concernant le réalisateur et metteur en scène Kirill Serebrennikov, dirigez-vous vers cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer