Top 5 des accessoires de mode originaires de l'Union soviétique

Sergei Bobylev/TASS
Si votre garde-robe comprend un vieux bonnet ou un sac à filet, ne vous empressez pas de les jeter - les objets produits en URSS sont non seulement de qualité, mais aussi très à la mode!

Avoska

En Union soviétique, on appelait « avoska » un sac en forme de filet, avec lequel on avait l'habitude d'aller à l'épicerie. Dans les années 1970 du siècle dernier, ces sacs étaient très populaires à cause de l'absence de sacs en plastique en URSS, et il fallait aller au magasin avec son propre sac. En plus de leur objectif direct - le transport de produits - ces sacs étaient dotés d'autres fonctions, car ils étaient extrêmement durables et économiques. Par exemple, l'avoska peut être utilisée pour le séchage et le stockage des oignons, le lavage du linge à la machine à laver, attraper des crabes et jouer au basket au lieu des paniers habituels. À l'époque moderne, une réplique exacte de ces sacs mythiques est apparue dans l'une des dernières collections de la marque Vetements.

Avoska soviétique - 0,3 dollar (au taux de 1970)

Sac Vetements - 3 450 dollars (2018)

Lire aussi : Fusils AK-47 détournés: lorsque la Kalachnikov est tout sauf une arme meurtrière

Bottes « Adieu, jeunesse »

Les bottes portant le nom officieux d'« Adieu, jeunesse » ont commencé à être produites en masse en URSS dans les années 1960. Il s'agit de bottes très basses en feutre ou avec un revêtement isolant synthétique sur une semelle en caoutchouc épais. Leur surnom leur a été donné par la population parce qu'elles étaient très populaires auprès des retraités. Les gonflements et les douleurs aux jambes permettaient de porter confortablement uniquement ce genre de bottes, certes pas à la mode, mais douces et chaudes. Elles sont universelles : on en produisait de toutes tailles et pour tous les âges, mais seulement dans les couleurs noir et gris. Aujourd'hui, la marque populaire The North Face produit un modèle étonnamment similaire aux chaussures Prochaïki.

Bottes « Adieu, jeunesse » soviétiques - 10 dollars (au taux de 1960)

Bottes The North Face - 66 dollars (2018)

Lire aussi : Mode soviétique: comment le vêtement a aidé à traverser les époques les plus sombres

Galoches

Bien que les galoches ne soient pas une invention soviétique et que la production de masse de galoches ait commencé en Russie à la fin du XIXe siècle, elles étaient très populaires en Union soviétique et étaient considérées comme un produit jouissant d'une forte demande. Dans les années 1960, ces « couvre-chaussures en caoutchouc » ont commencé à prendre des formes différentes, elles convenaient aussi bien pour les chaussures masculines que féminines, et les enfants portaient en hiver des bottes de feutre avec ces sabots en caoutchouc. Aujourd'hui, les galoches sont un modèle indispensable et fonctionnel de l'industrie de la chaussure, les modèles de galoches trouvent leur place dans le monde de la mode chez la marque norvégienne Swims et chez l'italien Gucci.

Galoches soviétiques - 30 dollars (au taux de 1930)

Galoches Swims - 100 dollars (2018)

Lire aussi : Comment Gosha Rubchinskiy a conquis Paris, New York et Ekaterinbourg

Bonnet de coq

Le bonnet de coq a obtenu son nom en raison de sa crête-de-coq caractéristique et a toujours été surmonté d'un pompon ou d'une brosse. Dans les années 1970, il a obtenu en popularité folle en URSS, et était même considéré comme une denrée rare. Ces bonnets avec des symboles sportifs ornèrent d'abord la tête des skieurs, puis de toute l'Union soviétique. Aujourd'hui, ce genre de bonnet a été repensé par des marques mondiales telles que Versace et Vetements.

Bonnet de coq soviétique - 6,5 dollars

Bonnet de coq de Vetements - 466 dollars

Lire aussi : Instagram: un Moscovite s’improvise roi de la mode dans les rayons d’Auchan

Sandales

Les sandales en URSS étaient portées par les hommes, les femmes et les enfants. En préparant leur enfant pour aller à la maternelle, les parents lui mettaient des collants épais, un short ou une jupe et des sandales rouge vif avec une lanière, une boucle et des perforations en forme de fleur. Les hommes avaient selon des règles tacites le droit de porter des sandales seulement dans les stations balnéaires. Cependant, en raison de la chaleur, les sandales frottaient le pied, et les hommes ingénieux commencèrent à porter des sandales avec des chaussettes et créèrent une tendance. Cette façon de porter des chaussures d'été est non seulement entrée dans l'histoire, mais aussi dans la haute couture : des mannequins masculins des maisons de mode les plus prestigieuses ont commencé à apparaître sur les podiums avec des sandales accompagnées de chaussettes aux couleurs criardes. Aujourd'hui, les sandales pour hommes, rappelant les modèles soviétiques, se trouvent dans les collections de Gucci et les sandales rouges pour enfants ont été reprises par Fendi dans ses collections féminines.

Sandales pour hommes de l'URSS - 20 dollars (au taux de 1961)

Sandales pour homme Gucci - 500 dollars

Sandales pour enfants de l'URSS - 10 dollars (au taux de 1961)

Chaussures Fendi pour femmes - 500 dollars (2018)

S'habiller avec des vêtements de fabrication russe des pieds à la tête n’est pas impossible. Russia Beyond vous ouvre ici les portes du monde de la mode contemporaine russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies