Elle donne des couleurs à Tolstoï, Tchékhov, Boulgakov et d'autres écrivains russes

L'artiste russe Olga Chirnina (également connue sous le pseudonyme de Klimbim) colorise de vieilles photographies en noir et blanc et les publie sur son blog. Sur nos pages, nous avons déjà présenté ses séries de ses photographies comme «Le dernier bal des Romanov» et «Légendes du ballet russe». Cette fois, notre choix se porte sur les écrivains russes.

 

« Dans la galaxie des grands dramaturges européens qui étaient les contemporains d'Ibsen, Tchekhov brille comme une étoile de première grandeur, même aux côtés de Tolstoï et de Tourgueniev », écrit George Bernard Shaw.

 

Anna Akhmatova est la femme poète la plus renommée de Russie. Elle fut incapable de sauver les victimes de la Terreur de Staline, des purges, ou du siège de Leningrad pendant la Seconde Guerre mondiale, mais ses vers translucides ont préservé leur mémoire et les ont sauvés d'une seconde mort sous la forme de l'oubli. Les poèmes Requiem et Poème sans héros sont dédiés à la mémoire des défunts.

 

Ossip Mandelstam, l'un des plus grands poètes russes de l'âge d'argent, a vécu et écrit sans fléchir face à la pression qui lui enjoignait de se conformer. Sa poésie courageuse et son épigramme notoire sur Staline lui ont coûté la vie. Il est mort comme des milliers de ses compatriotes opprimés - d'épuisement et d'insuffisance cardiaque dans un camp sibérien.

 

Léon Tolstoï est l'un des écrivains russes qui continuent à jouir d'une popularité phénoménale auprès du public occidental. De nos jours, ses romans sont souvent adaptés au grand écran, donnant aux gens du monde entier un aperçu de la guerre et de la paix, de l'amour et de la vie, et de l'âme russe mystérieuse.

 

Mikhaïl Boulgakov. Son travail comme médecin dans un village reculé a apporté à cet écrivain russe beaucoup d'idées qui se sont transformées en prose, dont les fameux Carnets d'un jeune médecin, adaptés à la télévision britannique en 2012. Plus tard, à titre posthume, son roman le Maître et Marguerite, son œuvre phare, a acquis une reconnaissance mondiale et a depuis été traduite en 75 langues.

 

Sergueï Essenine. « Ma Russie, Russie de bois, je suis ton seul chanteur et héraut ». Amoureux de l'espace rural, le poète russe Sergueï Essenine n'a pas accepté les poèmes révolutionnaires et industriels de son compatriote Maïakovski, et a principalement consacré sa poésie à l'amour des femmes et de la patrie.

 

Maxime Gorky. Écrivain politiquement actif, il devint un symbole de l'idéalisme socialiste, mais ses relations ultérieures avec les autorités soviétiques furent compliquées. Ses œuvres comprennent des romans, des pièces de théâtre et des autobiographies. Son roman La Mère est devenu une pierre angulaire de la littérature soviétique et est souvent considéré comme le premier ouvrage du réalisme socialiste.

 

Vladimir Maïakovski. James Dean du futurisme, il était le plus grand poète de la révolution et a sacrifié son cœur et son âme à la cause bolchevique. Ses œuvres les plus célèbres sont le poème Le nuage an pantalon et d'autres grands vers sur l'amour, la vie et la réalité soviétique.

Quels étaient les passe-temps favoris des plus célèbres écrivains russes ? Testez vos connaissances grâce à notre quiz !

Les droits sur ces publications sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies