Le «Made in Russia» à la conquête de la mode parisienne

L'un des magnifiques foulards de la marque Radical Chic

L'un des magnifiques foulards de la marque Radical Chic

Radical Chic
Du jamais vu: pour la première fois depuis sa création, Who’s Next, ce salon incontournable de la mode qui s’est tenu du 19 au 22 janvier à Paris, a présenté un pavillon dédié exclusivement à un pays. Et c’est la Russie qui a eu ce privilège. Russia Beyond s’est rendu sur place pour rencontrer des designers russes et évoquer avec eux la mode et les perspectives du «Made in Russia».

Tous très différents, et tous aussi originaux et novateurs - le Parc des Expositions de la Porte de Versailles a accueilli dans le cadre des Journées de la mode russe à Paris 12 designers et créateurs de vêtements et d’accessoires originaires de Russie. Venus principalement de la « capitale du Nord » du pays, Saint-Pétersbourg, ils ont exposé leurs collections sous le slogan unificateur « Made in Russia ».

La marque Iya Yots

Les 12 marques de vêtements et accessoires qu’on a pu découvrir du 19 au 22 janvier dans les pavillons de Who’s Next et Première Classe ont été sélectionnés selon les critères suivants : elles ont déjà gagné la confiance du consommateur russe par la qualité et l’originalité de leurs produits, ont une ligne de production stable et sont prêtes à entrer sur le marché international, car elles répondent parfaitement aux tendances mondiales de la mode.

Kurguzova

Lire aussi : Dix créateurs de mode russes en vogue accessibles sur la toile

Si certains participants assurent déjà des ventes en dehors de la Russie, d’autres font leurs premiers pas dans la conquête d’une clientèle à l’international. Russia Beyond a rencontré quelques designers sous l’ombrelle du pavillon « Made in Russia ».

Mettre en valeur la personnalité de la femme

Lilia Kisselenko est un designer saint-pétersbourgeois de renom, connue pour son minimalisme et la domination de la couleur noire dans toutes ses collections depuis environ 25 ans. Sa première expérience dans le métier remonte à la fin de l’époque soviétique et son travail au sein de La Maison de la mode de Leningrad, une institution d’État qui élaborait des modèles pour les usines et a conçu des collections-vitrines de la mode soviétique qui participaient aux défilés à l'étranger. Aujourd’hui, elle crée des collections de prêt-à-porter de luxe qui se distinguent par des lignes graphiques strictes et une coupe rappelant les silhouettes du costume traditionnel oriental.

Lilia Kisselenko (à gauche)

« Il n’y a jamais de modèles centrés ou courts dans mes collections. Je n’accepte aucun degré de nudité ou les coupes, tant aimées en Europe, qui soulignent le corps. Je suis convaincue que dans mes vêtements une femme se sent très à l'aise et mes modèles lui permettent de faire ressortir sa vraie personnalité et sa beauté intérieure. Rien ne révèle la beauté du visage mieux que la couleur noire », explique Lilia, décryptant son concept.

C’est la deuxième fois que la marque est présente au Who’s Next. La saison dernière, grâce à la participation au salon, Lilia Kisselenko a reçu des commandes d'Égypte, d'Italie et de Chine et a suscité beaucoup d’intérêt auprès de la clientèle en provenance des pays arabes.

Lire aussi : Mode soviétique: comment le vêtement a aidé à traverser les époques les plus sombres

En quête de l’excellence

Anna Mikhaylova, économiste de formation, est le designer, la créatrice et PDG de la marque Aurora couture, spécialisée dans la création de robes de mariées. L’entreprise a été créée il y a cinq ans sans aucun investissement extérieur et actuellement, Anna vend ses robes dans les salons de mariage dans toute la Russie et à des clients à l’étranger, jusqu’à l'île de la Réunion, qui découvrent les robes d’Anna principalement grâce à Instagram.

« Mon approche – c’est le travail de qualité jusqu’au moindre détail, y compris pour les finitions de l’intérieur des robes qui sont souvent négligées par les fabricants au détriment de la commodité du consommateur. Je le vois partout, dans toutes les expositions à travers le monde. Souvent les catalogues des producteurs sont très tentants, mais dès qu’on regarde les produits de près, on a envie de pleurer, car la robe de mariée est souvent perçue comme un article jetable », regrette Anna.

Anna Mikhaylova

Dès la fondation de son entreprise, Anna a visé les marchés extérieurs, ayant conscience qu’en Russie, pour des robes dont le prix moyen est de 700 euros, le marché serait vite saturé dans le contexte économique actuel. C’est pour cela qu’elle privilégie la qualité sur la quantité.

Lire aussi : Fil rouge, la mode slave a son mot à dire à Paris

« Aujourd’hui j’ai beaucoup de commandes en provenance de Chine, et les Chinois recherchent de l’excellence, puisqu’ils savent très bien produire de la qualité médiocre en grande quantité. Ils ont besoin d'une qualité exclusive et c’est ce que je propose », explique Anna. Elle avoue également attendre que sa marque atteigne plus de notoriété pour se lancer dans la catégorie haute couture en parallèle avec des produits plus abordables.

«L’art dans l’espace de la mode»

Elena Tkachenko et Galina Domakha

Nous avons découvert une autre approche sur le stand de La maison de couture d’Elena Tkachenko, une artiste et co-fondatrice, avec Galina Domakha, de la marque Elena Tkachenko fashion house. Elena a fait son entrée dans le monde de la mode via la création artistique dans un premier temps. Ses installations en textiles sont entrées dans les collections du Musée d’État de l’Ermitage, au département du costume du XXI siècle.

La maison de couture a été créée il y a quatre ans avec le concept peu commercial que ses fondatrices définissent comme « l’art dans l’espace de la mode ». Toutes les collections sont conçues manuellement, les modèles sont en exemplaire unique et chacun d’eux est une véritable œuvre d’art. La collection La Perla, montrée à Paris, utilise des technologies complètement novatrices de traitement de la soie à l’aide de silicone et d’acrylique. Il a fallu un an pour créer les tissus qui ont servi à la conception des pièces de la collection. Les robes ultralégères s'apparentent à une sculpture transformant une femme en chef d’œuvre vivant.

Lire aussi : Ours et matriochkas: comment la Russie tente d'améliorer son image de marque

Une autre collection, intitulée La vie légère des métaux lourds, reproduit sur les robes en soie les œuvres du célèbre artiste de Saint-Pétersbourg Igor Andryukhin, qui travaille avec le métal.

Une autre spécialité de la maison sont les châles, dont la technologie de production, inventée par Elena Tkachenko, est unique au monde. Chaque objet demande un mois de travail, les grands modèles – deux mois. Le principe est d’assembler les fils de différentes matières, textures et couleurs d’une manière à créer une toile sans utiliser les techniques de filage et de tissage. De véritables objets d’art dont le prix peut aller jusqu’au 12 000 euros.

« Nous ne pouvons pas être considérés comme une entreprise commerciale. Mais en même temps, nous réussissons car nous misons sur les clients qui investissent dans nos produits, comme dans des objets uniques, qui prennent de la valeur avec le temps », affirme Galina Domakha, directeur général d’Elena Tkachenko fashion house.

Lire aussi : Cinq grands top-models russes du passé

«Rivaux» russes des foulards Hermès

Dans un espace dédié à la Russie au salon Première Classe, qui dévoile les tendances accessoires de la saison à venir, nous découvrons de magnifiques foulards de la marque Radical Chic, entreprise basée à Moscou. La marque a été créée sur la base du studio de design de textile SOLSTUDIO TEXTILE DESIGN, qui développe depuis huit ans des concepts pour les tissus imprimés et les vend dans 30 pays. Parmi ses clients on compte les industriels des États-Unis, de Chine, du Japon, d’Italie, de France et d’Angleterre.

La marque Radical Chic

Lauréate de plusieurs prix internationaux pour son activité industrielle, l’entreprise participe régulièrement au plus important salon international du textile Vision Paris parmi 250 professionnels réputés du secteur de l’image sur textile. Le jury du salon a nommé Solstudio lauréate de la meilleure empreinte européenne de l’année 2015-2016 pour son dessin « Radio de la fleur ». Selon les professionnels, le foulard de Radical Chic qui reproduit ce dessin rivalise pleinement avec les fameux carreaux d’Hermès. D’ailleurs, les foulards de cette petite entreprise moscovite sont présents dans quelques boutiques parisiennes proposant des produits de luxe et destinés à la clientèle aisée.

Lire aussi : Yves Saint Laurent : un destin lié à la Russie

Cette manifestation, organisée avec le soutien du Centre des exportations de Russie, a non seulement permis de présenter les tendances actuelles du design de mode russe et de mettre en avant le professionnalisme des acteurs de la haute couture de ce pays, mais aussi de jeter les bases de la collaboration russo-française dans le domaine de la promotion du prêt-à-porter en provenance de Russie auprès des professionnels internationaux. Rien que l’édition précédente du salon avait permis de signer des contrats pour la livraison de produits d’entreprises russes pour un montant de 12 millions de roubles (près de 173 000 euros), et ce alors que la Russie n’y était représentée que par sept sociétés. Compte tenu de la présence accrue des créateurs de russes cette année, ce chiffre devrait s’avérer encore plus important.

Si vous désirez faire plaisir à vos proches, pourquoi ne pas opter pour un cadeau Made in Russia ? Découvrez notre sélection des nouvelles tendances !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies