Décès de Paul Bocuse: les milieux de la gastronomie russe rendent hommage

AFP
Le 20 janvier, à l’âge de 91 ans est décédé Paul Bocuse, légende de la gastronomie française. Tout comme le reste du monde, les chefs-cuisiniers de Russie déplorent cette perte.

« Bocuse est un homme ayant influencé le développement de la tendance gastronomique en France, et la France étant le législateur de la mode dans ce domaine, cela s’est naturellement propagé à tous les autres pays », a soutenu à Russia Beyond Natalia Marzoïeva, fondatrice des Saisons gastronomiques franco-russes.

« Tout d’abord c’est précisément lui qui a appelé le chef à sortir de sa cuisine pour aller en salle, et a fait de cette profession un métier prestigieux. Ensuite, il a été le fondateur de la cuisine moderne française, qui implique une nourriture allégée et plus simple. Cela s’est automatiquement répandu dans les autres pays d’Europe. Dans les années 2000, quand se sont mis à apparaître en Russie les chefs-cuisiniers, se positionnant comme des personnes déterminant l’essor du restaurant, on a commencé à porter attention à l’expérience mondiale, notamment à Bocuse », a-t-elle poursuivi.

Bien entendu, cela serait exagérer que de dire que la gastronomie russe a subi une influence très forte de la part des principes de Bocuse. En fait les cuisiniers français à Moscou sont peu nombreux, et les ce chefs russes se sont avérés être bien plus sous l’influence de la cuisine italienne, qui est plus proche et plus simple à comprendre, explique Marzoïeva. « Mais les tendances, qui ont été lancées par Bocuse, commencent actuellement à trouver un reflet dans la mode gastronomique de Russie », ajoute-t-elle.

Lire aussi : «En France, la question de l’évaluation de la cuisine russe ne se pose plus»

Le chef-cuisinier Jeremy Uruty, de l’établissement nommé Le Restaurant, à Moscou, considère que « Paul Bocuse n’a eu aucune influence sur la cuisine russe, mais il est devenu un symbole de la gastronomie française. Il était le père de l’art culinaire et partageait sa passion avec une multitude de personnes ».

Toujours est-il que le monde gastronomique ne cache pas son regret quant à la mort de cet éminent gourmet.

« Paul Bocuse est un chef légendaire, le fondateur du concours gastronomique le plus célèbre au monde, le Bocuse d’Or. C’est le nom le plus reconnu dans le monde de la gastronomie et sa mort a été une immense perte pour la grande cuisine », a assuré à Russia Beyond Sergueï Berezoutski, chef-cuisinier du restaurant Twins Garden.

Saffar Aziz, chef du restaurant D.O.M. à Sotchi et vivant depuis de nombreuses années en Russie, a de son côté publié sur sa page Facebook le message suivant : « RIP Monsieur Paul... le père de la gastronomie française... je garderai en mémoire chacun de ses mots et ses conseils ».

C’est avec tout autant de respect que s’est exprimée Nina Tarassova, une pâtissière réputée de Russie, qui après avoir suivi une formation en France, prépare de main de maître des desserts français. « Paul Bocuse est un homme qui est, de son vivant, devenu une histoire. Une légende. C’est un instituteur et un précepteur, s’est-elle confiée à Russia Beyond. Un homme que des milliers de personnes à travers le monde prenaient comme exemple pour se motiver, pour l’imiter. Une légende qui vivait pour créer la quintessence du goût pur dans l’assiette et pour nous offrir de la délectation. Il a enseigné la philosophie de la nourriture, la communication avec le personnel, la philosophie de l’art culinaire et à toujours rester fidèle à sa conscience. Il a mené une grande vie, a traversé une guerre, est sorti avec fierté, la tête haute. Vive la France. Vive Bocuse. Le monde culinaire tout entier compatit de tout son cœur, de toute son âme ».

Lire aussi : Christophe Roussel: «Les Russes sont sensibles à la qualité française»

Elena Tchekalova, auteur de livres de cuisine et présentatrice télé, a quant à elle écrit sur sa page Facebook qu’il y a dix ans, elle et son mari, le célèbre journaliste russe Leonid Parfionov, avaient eu la chance de se rendre au restaurant trois étoiles de Paul Bocuse, à Lyon, et de « manger son grand menu de dégustation, de discuter avec le grand maître, et de visiter sa cuisine ». « Bocuse était un monument vivant de la gastronomie française. Conserver durant des décennies trois étoiles Michelin, vous savez ce que c’est ? Cela signifie être la tour Eiffel de la gastronomie, se dressant dans un petit village près de Lyon et visible dans le monde entier », a ainsi conclu Tchekalova.

Pour découvrir les meilleurs restaurants de la capitale russe selon le Gault & Millau, rendez-vous ici !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies