Avec ces photographies d'époque, Anton Tchekhov ne vous aura jamais paru aussi familier

Amateur de chiens et de longues promenades, Tchekhov aimait voyager en Crimée. Il était également médecin praticien et se maria à une ravissante et jeune comédienne travaillant dans un théâtre, qui sera ultérieurement renommé en hommage à l’illustre écrivain qu’il était. Russia Beyond a sélectionné plusieurs clichés apportant un autre regard sur ce grand homme.

Là où il y a de l’art, là où il y a du talent, il n’y a ni vieillesse, ni solitude, ni maladies, et même la mort n’est plus que moitié d’elle-même.

Pouvez-vous imaginer que ce jeune homme soit le grand écrivain russe Anton Tchekhov ? Sans son célèbre pince-nez et avec sa longue chevelure, il est difficilement reconnaissable. Cette photographie fut prise en 1883, alors qu’il étudiait à la faculté de médecine de l’Université d’État de Moscou.

Le métier de médecin est un vrai exploit qui demande l'oubli de soi-même, la pureté d'âme et des idées.

Tchekhov (en bas à gauche) est ici dans sa propriété de Melikhovo, dans la région de Moscou, en compagnie de son chien et d’une délégation de la gouvernance locale. Il avait deux teckels, qu’en tant que médecin il avait nommés d’après deux médicaments : Brom et Khina. De nos jours, des canidés des quatre coins du pays visitent Melikhovo à l’occasion du Festival national russe du teckel.

Un homme bon a honte même devant un chien.

Comme vous pouvez le constater, Tchekhov appréciait grandement les chiens. Ici, le dramaturge a été photographié à Yalta, en Crimée, au début des années 1900. C’est d’ailleurs à cet endroit que se déroule l’intrigue de sa nouvelle La Dame au petit chien.

Tout ce que je sais de la nature humaine, je l’ai appris de moi-même.

En 1998, souffrant d’une tuberculose galopante, Tchekhov passa beaucoup de temps en Crimée, région jouissant d’un climat plus favorable. Il y fit l’acquisition d’une maison, la fameuse Datcha Blanche, qui deviendra par la suite un musée littéraire, et dans laquelle il pose sur ce cliché.

L’amour montre à l’homme ce qu’il doit être.

Voici de rares photographies présentant Tchekhov le sourire aux lèvres ! Et presque toutes ont été réalisées par sa femme, la comédienne du Théâtre d’art de Moscou, Olga Knipper.

Elle interprétait des rôles principaux dans les pièces de son mari, qu’elle avait rencontré lors d’une représentation de La Mouette.

Si dans le premier acte vous avez accroché un fusil sur le mur, alors dans le suivant un coup de feu sera tiré.

Voici Tchekhov lisant La Mouette a une troupe de comédiens du Théâtre d’art de Moscou, dans laquelle on retrouve notamment Konstantin Stanislavski (à gauche de Tchekhov), Olga Knipper (seconde à gauche de Tchekhov), Vsevolod Meyerhold (à droite), et Vladimir Nemirovitch-Dantchenko (debout à gauche). Il s’agit certainement du moment où Tchekhov et Knipper éprouvèrent pour la première fois des sentiments réciproques.

L'amour, l'amitié, l'estime ne forment pas des liens aussi solides que la haine commune.

Quel bonheur de voir deux grands personnages du passé immortalisés dans une seule photo. Léon Tolstoï et Anton Tchekhov jouent aux échecs en Crimée, une rencontre historique.

L’homme riche n’est pas celui qui possède le plus d’argent, mais celui qui a les moyens de vivre aujourd’hui dans le luxe que procure le printemps précoce.

Maxime Gorki adorait le talent de Tchekhov, et après quelques correspondances, ce dernier lui proposa de se rencontrer en personne, en Crimée, où ils sont ici représentés. Les deux géants de la littérature avaient des discussions et entrevues quotidiennes. Gorki était stupéfait par la liberté intérieure de Tchekhov, il lui demanda d’ailleurs de lui faire remarquer toutes ses maladresses stylistiques.

La bonne éducation consiste moins à ne pas renverser de la sauce sur la nappe qu’à ne pas le remarquer quand cela arrive à un autre.

Il s’agit d’un portrait méconnu de Tchekhov, réalisé par son frère, l’artiste Nikolaï Tchekhov. Il est de nos jours exposé au Musée littéraire Tchekhov, qui est d’ailleurs situé au sein du bâtiment de l’ancienne école où les frères du brillant écrivain avaient étudié.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer