Ce que tout apprenant de la langue russe devrait savoir

Varvara Grankova
Le russe est souvent considéré comme l’une des langues les plus difficiles au monde, mais s’avère plein de surprises. Si vous envisagez de l’apprendre sérieusement, voici ce que vous devez savoir (et après, ne dites pas que nous ne vous avons pas prévenu!).

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Oubliez la grammaire, apprenez les mots

Nous avons de mauvaises nouvelles. La grammaire russe est une variation innombrable des mêmes mots avec des dizaines de terminaisons, préfixes et suffixes, qui ne changent que légèrement leur sens. Pour le comprendre, il vous faudra passer de nombreux jours aux côtés d'amis russophones. Si on pouvait la comparer à quelque chose, ce serait un mal de dents : la grammaire russe donne aussi envie de pleurer et de se cogner la tête contre le mur.

« La grammaire est très complexe et viser la perfection dans la maîtrise des temps et des formes verbales bloquera vos résultats. Vous vous trouverez très démotivé et frustré car pendant longtemps, vous aurez l’impression de ne faire aucun progrès. Vous risquez donc de stopper totalement votre apprentissage », déclare Julia Trop, développeur web.

Quelle est la solution ? Concentrez-vous sur votre vocabulaire. « Plus de mots, plus de confiance pour vous exprimer. Lorsque vous serez capable de décrire votre environnement de cette manière, cela vous aidera à construire des phrases car vous ne serez plus bloqué par les traductions », explique-t-elle.

L’alphabet est différent, mais il n’est pas si terrible, effrayant et imprononçable

Oui, les Russes utilisent l’alphabet cyrillique, non le latin, et cela nous convient. Nous ne passerons probablement jamais à l'alphabet latin (il y a plus de chance que nous abandonnions la mayonnaise et la vodka). Néanmoins, apprendre à lire le russe n'est pas aussi difficile qu'il n'y paraît à première vue.

En fait, il est important de se rappeler de certaines subtilités : souvenez-vous que notre « Р » est en fait votre « R », que notre « В » est votre « V », et qu’il existe encore quelques pièges de ce type pouvant créer la confusion. Lorsque vous aurez appris à prononcer sans aucune gêne le son « Ы » (une sorte de « I » prononcé comme si l’on vous donnait en même temps un coup de poing dans le ventre) et que vous aurez compris ce que sont les « Ь », « Ъ » ou encore le « Ё », vous serez en mesure de vous considérer comme un maître de la lecture.

« J’ai été assistante professeur à l'université de Berkeley, et nous avons enseigné l'alphabet pendant les 20 premières minutes du premier cours. Puis nous avons eu un quizz. Chaque élève l'avait retenu et l'a utilisé correctement. Il ne faut que 20 minutes pour apprendre », affirme Irene, traductrice.

Holly Roberts, propriétaire d'un jardin d'enfants britannique à Moscou, note que la phonétique russe est problématique pour toute personne de langue maternelle anglaise, et qu'elle-même ne peut toujours pas prononcer correctement les lettres « Р » et « Ы ». « L'avantage évident du russe est l'alphabet. Ayant appris l'alphabet cyrillique, vous pouvez lire correctement n'importe quel texte. Même si vous ne comprenez pas le sens de ce que vous avez lu. Ce n'est pas le cas du français que j'ai appris à l'école », assure-t-elle.

Lire aussi : Sept raisons pour lesquelles vous ne devriez jamais apprendre le russe

L’ordre des mots dans la phrase n’a presque aucune importance

Alors que le français a une structure de phrase rigide, sujet – verbe – complément, la langue russe est à l’opposé total de cette conception linguistique. Qu'est-ce que cela signifie ? Vous pouvez mélanger l'ordre des mots presque comme vous le souhaitez, et cela ne deviendra pas un ensemble de mots dénué de sens – le Russe vous comprendra de toute façon ! Oui, nous avons un ordre des mots généralement accepté, mais le choix final est toujours le vôtre. À noter que modifier l’ordre des mots en russe permet en réalité d’insister sur un élément précis de la phrase.

Vous n'avez pas besoin d'un accent

Les habitants des différentes régions de Russie se comprennent-ils ? Oui, bien sûr. Leur discours est-il absolument identique ? Non ! La prononciation de certains mots peut varier selon la région : à un endroit, on remplacera ainsi les « А » par des « О » ou les « Г » (G) par des « Х » (Kh). Ceci dit, les habitants de Moscou et de Vladivostok (séparés par 9 000 km) auront un discours plus similaire que ceux de Moscou et de Riazan (à 200 km de distance).

C'est pourquoi votre accent n'a aucune signification pour les Russes. L’intonation, par contre, sera à respecter, afin d’éviter toute incompréhension.

« Les grands-mères, qui me demandent souvent dans le métro comment aller quelque part, n’ont jamais été gênées par mon accent ou le mauvais ordre des mots », confie Holly.

Vous pleurerez en essayant de déchiffrer les textes écrits à la main

C'est vrai, même les Russes n'arrivent souvent pas à déchiffrer un texte manuscrit. À l’écrit, de nombreuses combinaisons de lettres peuvent sembler élégantes, mais en réalité elles ressemblent plus à... comme si vous vouliez dessiner une mer. Ajoutez à cela une écriture un peu bâclée et précipitée et vous obtenez des phrases complètement illisibles.

Lire aussi : Pourquoi la langue russe semble-t-elle un peu effrayante aux étrangers?

En russe, il y a trois genres

En plus du masculin et du féminin, on trouve en russe le neutre. Se déclinent en fonction de ce genre les noms, adjectifs, numéraux, ou encore les verbes. « Cela implique beaucoup de mémorisation. Peut-être que la fin du mot peut suggérer qu'il s'agit d'un certain genre grammatical, mais comme toujours il y a des exceptions. Le mot "table" [masculin en russe] n'a ni chromosomes ni organes génitaux, donc il n'y a évidemment rien de sémantique là-dedans. À cet égard, l'anglais est une langue beaucoup plus simple que beaucoup d'autres », estime Dave Kaiser, docteur en philologie (langues slaves).

Beaucoup de mots identiques qui ont un sens très différent

Deux mots absolument identiques peuvent signifier des choses complètement différentes.

« En anglais, la répétition des mots serait un délire ou, au mieux, une faute de frappe. Mais en russe, c'est la norme. Voici mon exemple préféré : "pleurer" et "payer". Ces mots n'ont rien en commun, ni dans leur sens ni dans leur sonorité, jusqu'à ce que vous les traduisiez en russe. Cela donne : "Я плачу" et "Я плачу" [« ia platchou »  « Je pleure » et « Je paye »]. Et vous inventez même des chansons avec ces mots ! », s’interloque Jordan, un professeur d'anglais en Russie.

Notre secret, c'est l'accent tonique, qui permet de déterminer le sens de ces homophones. Par exemple, « замок » (« zAmok », « château ») et « замок » (« zamOk », « cadenas »). Il faudra beaucoup de temps pour s'y habituer.

Lire aussi : Pourquoi ces habitants du Maghreb ont-ils décidé d'apprendre le russe?

Beaucoup de très longs mots

Un très grand nombre de mots russes ont au moins 10 lettres, certains en ont environ 20 et même 25. Ils ressemblent ainsi à une phrase entière sans espaces. Leur transcription est d’ailleurs peut-être la dernière chose que vous verrez avant de jeter votre manuel contre le mur. Souvent, ces géants sont des participes, dont la terminaison prend beaucoup de place. Par exemple, le mot « интернационализирующимся » (« internatsionalizirouïouchtchimssia »), qui signifie « s’internationalisant ». Ou « защищающийся » (« zachtchichtchaïouchtchiïssia ») – « défendant ».

Mais ne vous inquiétez pas. Il est rare que les gens les utilisent dans leur discours oral.

Il n’y a pas d’articles

Contrairement au français, la langue russe n'a pas d’articles. Il n'existe donc pas d’équivalent du « le/la » ou de « un/une ». Les Russes sont d’ailleurs habituellement très embêtés par les articles lorsqu'ils apprennent d'autres langues. « En tant que professeur d'anglais à Moscou, je peux vous dire que la plupart des Russes qui parlent l'anglais comme deuxième langue omettent "a/an" et "the" la plupart du temps, en particulier s'ils ont appris la langue avec un professeur russe dans le système scolaire », explique John Edmond.

La motivation, clef du succès

Comme vous l'avez probablement compris maintenant, apprendre le russe est difficile, et vous aurez besoin d’une motivation suffisante. Vous pouvez bien sûr vous rappeler à chaque fois qu'il s'agit de l'une des langues les plus répandue au monde et qu'elle est parlée par 170 millions de personnes, mais il vaut mieux trouver une raison plus spécifique.

« D'après mon expérience personnelle, il faut avoir envie d'apprendre la langue et en tomber amoureux. Cela vous permettra de rester motivé lorsque les choses deviennent difficiles. Si j'ai appris le russe, c'est parce que j'en ai besoin. Je l'utilise au quotidien et je vis en Russie », explique Adrian Ledesm.

Dans cet autre article, nous vous révélons huit erreurs communes effectuées par la majorité des apprenants étrangers de la langue russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies