OPINION  Dire «Santé!» en russe: répète un peu «Na zdarovié», si tu l’oses!

Pierre Morel/EuropaCorp, 2008
Nous vivons une période de crise. Malgré les innombrables informations qui nous entourent, tout le monde continue pourtant de compter sur Hollywood pour apprendre l’argot lié à la boisson russe. Les mots «Na zdarovié»... ou «nastrovia» - ou toute combinaison de lettres à consonance similaire - ne sont pas de vrais mots russes!

S'il vous plaît, Hollywood (et les gens qui le regardent), je vous en prie : arrêtez de maltraiter notre langue. C’est peu demander. Comprenez que nous n’avons pas de terme fixe tout fait que nous utilisons pour dire : « Santé ! ». Et cela nous rend même un peu envieux d’autres pays. Le « skol » suédois, norvégien, danois ou islandais (écrit « skål » ou encore « skaal »), le « prost » allemand, même le « Boud’mo » ukrainien… attendez, vraiment ? Les Ukrainiens ont un mot, et nous non ? Nous sommes pratiquement le même peuple. Trop injuste ! Mais telle est la cruelle vérité. Je peux dire « santé » dans pas moins de 20 langues, mais pas dans mon russe natal.

L’explication que je préfère est que boire est tellement enraciné dans la culture russe que nous ne pourrions pas avoir un mot singulier pour nous donner du cœur à l’ouvrage même si nous essayions vraiment. J'aime faire le lien romantique avec l'individualisme obstiné de l'esprit russe. Notre vaste pays est si immense et si peu peuplé qu'il serait trop encombrant de créer une tradition unifiée…

Il est vrai, notre belle langue est loin d’avoir le nombre d’accents que possède l’anglais, et vous auriez bien du mal à trouver de grandes différences dans l’utilisation des mots… mis à part les habitants de Saint-Pétersbourg, qui utilisent des mots complètement différents pour « pain » et « trottoir » (ce sont juste les habitants d’une ville entière qui parlent mal, ne faites pas attention à eux, ils se trompent !).

Mais je m'éloigne de mon sujet... Revenons à « santé ». Je soupçonne que les vastes distances et la richesse des raisons que vous pouvez trouver pour vous bourrer la gueu*e contribuent en grande partie au fait que les Russes utilisent différentes expressions lorsqu'ils boivent, généralement en fonction de ceux avec qui ils boivent.

Lire aussi : Dix expressions russes pour briller en société

Tout d’abord, vous n’êtes pas fou : la phrase « Na zdarovié » existe bel et bien. Mais le « à la santé » avec lequel on le traduit est plutôt un synonyme de la phrase « je vous en prie » ou « de rien ». C’est surtout lorsque vous donnez à quelqu'un une certaine forme de nourriture et qu'il vous en remercie, en particulier lorsque vous êtes invité à un dîner, en particulier chez un ami proche ou chez de la famille. Les gens qui se connaissent mal utiliseront très rarement « Na zdarovié » - c’est quelque chose que votre mère, votre grand-mère ou votre famille au sens large pourraient vous dire après vous avoir entendu dire : « Merci, c’était délicieux ! ». Pour d’autres situations, vous pourriez dire « ne za chto », « de rien ») ou pojalouïsta (qui peut simultanément signifier « s'il vous plaît » et « de rien ») - ce sont les platitudes quotidiennes qui servent de réponses habituelles à « merci ».

Cependant, une âme perverse à un moment donné a décidé d’injecter le « Na zdarovié » (écrit de nombreuses manières) dans la culture de la consommation d’alcool russe - et c’est faux. L’explication la plus probable est qu’ils ont entendu dire lors d’un dîner officiel « vaché zdarovié »  (« votre santé ») et qu’en fin de compte, le tout s’est transformé en « Na zdarovié ». Mais tenez-le vous pour dit : personne ne dit « vaché zdarovié » depuis une quarantaine d’années, car c’est trop poli.

Lire aussi : Les dix mots les plus indispensables de la langue russe

Et voici une autre chose : être trop poli, même lors de réceptions dans des ambassades, vous donne l’air d’en faire des tonnes pour vous intégrer à la culture russe. Vous avez peut-être aussi remarqué comment certaines femmes russes se moquent des hommes qui essaient de les accoster dans la rue en se faisant passer pour des gentlemen du XIXe siècle. C'est ringard et ridicule. Personne n'aime ça. C'est comme si vous teniez votre petit doigt en l’air pour tenter de paraître royal en tenant une flûte de champagne ou une tasse de thé. Laissez tomber !

Au lieu de cela, essayez de demander à vos amis et connaissances russes ce qu’ils aiment dire à leurs proches, et utilisez cela. Ce sera généralement l’une des deux choses suivantes : soit tout le monde marmonne: « Nou tcho ? Davaïte! » (« Eh bien? Allons-y! ») Ou « Poïékhali » (« Allons-y ! »), ou quelque chose d’humoristique se rapportant à l’histoire de ce groupe spécifique de personnes. Mais souvenez-vous de ceci : nous n’avons pas - et n’avons jamais eu - une phrase tout faite pour dire « santé ».

Alors la prochaine fois que quelqu'un dira « Na zdarovié », faites-moi une faveur : giflez-le de ma part ! Il ne l’aura pas volée…

Dans cette autre publication, nous vous expliquons comment s'adresser à un Russe si vous ne connaissez pas son nom

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies