Dix expressions russes pour briller en société

Legion Media
N’oubliez pas de les placer lorsque des opportunités se présentent: vous ne les trouverez pas dans les manuels.

1. Gore loukovoïe (Tristesse à l'oignon)

Cette expression est utilisée quand quelqu'un s’attriste pour un motif insignifiant.

2. Gloukhaïa teteria (Bécasse sourde)

Une bécasse est un oiseau adorable mentionné par les Russes quand ils doivent se moquer d’une personne qui n’est pas bien réveillée, qui n’a pas bu son café, ou est à côté de la plaque ce jour-là.

3. Gvozd’ programmy (Le clou du programme)

Comme en français, le « clou du spectacle » est l’attraction principale du spectacle, le numéro le plus attendu. 

>>> Cinq mots russes dont les autres langues ont besoin

4. Vot gde sobaka zaryta! (C'est donc ici que le chien est enterré !)

Une phrase que les Russes adorent lancer au sujet d’une personne dont les intentions véritables sont révélées. La phrase fonctionne également dans une conversation sur les véritables desseins de quelqu'un, si ces intentions sont différentes de celles énoncées, par exemple. « Alors, voilà vraiment ce qui se passe ! »

5. V sorotchkakh roditsa (Naître dans une chemise)

Nous pensons que toute personne normale préférerait dénigrer quelqu'un au moyen de la phrase : « Il est né avec une cuillère d'argent dans la bouche », mais l’expression « Il est né dans une chemise » a en fait des racines mystiques qui font référence à un enfant qui sort de l'utérus encore enveloppé dans le placenta. Dans la Russie ancienne, cela constituait un signe de bon augure. Le placenta a des propriétés mystiques dans un grand nombre de cultures.

6. Gallopom po Evropam (Au galop à travers les Europes)

« Europes » est écrit ici au pluriel, comme vous le remarquerez. Cela implique un usage désobligeant, comme si toute l'Europe était identique aux yeux d’un Russe. C’était une façon pour les Russes les plus pauvres du XIXe siècle de critiquer leurs compatriotes plus aisés qui avaient tendance à se saisir du moindre élément de culture étrangère lors de voyages les plus rapides possible. L’empire russe et l’Europe étaient étroitement liés lorsque la monarchie était encore en place. Mais ce trait plébéien consistant à penser que l’herbe du voisin est la plus verte est toujours vivant dans la Russie moderne. Cependant, revenons à nos moutons : le sens moderne de cette expression est : « Faire quelque chose de manière désordonnée parce que vous essayez de couvrir un domaine trop grand ou de faire trop de choses ».

>>> Prononciation barbare: ces mots russes à rallonge qui vous donneront mal à la tête

7. Ne vynossi sor iz izby (Ne sortez pas la dispute de l’izba)

Il n’est pas bien de se disputer devant des personnes qui ne sont pas au courant de ce qui se passe dans votre intimité. Le message est simple – réglez ça entre vous, pas sur la place publique.

8. Vodit’ za nos (Mener par le bout du nez)

La phrase fait, comme en français, référence au fait d’induire quelqu'un en erreur.

9. Chour menya (« Que je sois damné ! » - mais pour dire le contraire)

Chour menia revient un peu à dire : « Bénis-moi » - ce qui est une exclamation utilisée pour éloigner les mauvais esprits (et les ovnis, selon la personne à qui vous le demandez en Russie), et vous ramène dans la Russie ancienne, où Chour était une divinité. Les enfants russes modernes utilisent souvent « chour » comme une formule magique.

10. Delo v chliape (L’affaire est dans le chapeau)

Comme « L’affaire est dans le sac » en français, cette expression est principalement prononcée dans les situations où l’on sait que c’est gagné avant même que le combat ou le jeu n’ait commencé ; quand vous savez que quelque chose ne vous causera pas beaucoup de problèmes et que vous vous vous en sortirez facilement.

Dans cette autre publication, nous vous présentons six expressions quotidiennes en russe à utiliser avec précaution.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies