Сinq interjections sans lesquelles les Russes ne pourraient pas survivre un jour

Alexander Rodchenko, Freepik
Vous maîtrisez peut-être suffisamment la langue russe pour que l’on vous complimente sur votre niveau, mais afin d’être pris pour un véritable natif, êtes-vous parvenu à intégrer dans votre discours ces indispensables interjections?

1. Ага, щас - Aga, chtchas

Cette expression signifie littéralement « Ouais ouais, de suite ». Par exemple, si un proche vous demande de faire quelque chose, il vous est possible de répondre cela. Ainsi, si l’on réclame que vous veniez sur le champ, rétorquez : « Aga, chtchas, oujé bégou » (Ouais ouais, de suite, je cours déjà).

« Aga » est en réalité utilisé pour répondre de manière succincte par l’affirmative, tandis que « chtchas » est la contraction familière de « seïtchas », qui signifie « maintenant », et qui sert à exprimer un certain empressement, comme pour montrer que vous vous apprêtez à effectuer une tâche encore plus vite.

2. Да нет, наверное - Da niet, navernoïé

Se traduisant littéralement comme « Oui non, peut-être », cette expression veut en réalité dire « Je suppose que non ». Elle exprime ainsi un certain niveau de doute et d’hésitation typiquement russe : vous avez d’ores et déjà dit « non », mais êtes encore incertain de la réserve à placer dans vos propos.

>>> Dix expressions russes pour briller en société

Elle peut aussi se traduire par « Probablement pas, merci », permettant de décliner une offre avec un zeste de politesse.

Enfin, « da niet, navernoïé » peut être utilisé pour exprimer votre désir de faire quelque chose, tout en sachant que vous ne devriez certainement pas dire « oui », comme lorsque un ami vous propose de faire la tournée des bars pour le quatrième soir consécutif.

3. Давай - Davaï

Cette interjection omniprésente dans la bouche des Russes est l’équivalent du français « Allez », et peut servir dans de multiples contextes. Vous entendrez ainsi régulièrement des gens discuter au téléphone et dire « Davaï ». Cela peut exprimer l’acceptation d’une proposition, mais aussi être utilisé pour dire « Allez, salut ». En français, on le remplacerait donc par « Vas-y, ok », ou encore « Allez, à plus ».

>>> Cinq mots russes dont les autres langues ont besoin

« Davaï » est en réalité l’impératif singulier du verbe « donner », et peut trouver sa place dans des phrases telles que « Davaï poïdiom v kino » (Vas-y, on va au cinéma). Dans la plupart des cas il reste toutefois l’analogue de « Ok », pour exprimer son accord.

4. Типа - Tipa

Il s’agit peut-être de l’un des mots parasites les plus fréquents actuellement en russe. Il est l’exact équivalent du français « genre », dans des phrases comme : « Il était genre 5 heures du matin » ou « Il m’a dit genre que j’étais mal coiffée ». Utilisé dans l’expression « Типа того » (Tipa togo) il peut également signifier « Oui, à peu près », pour répondre à une question de manière incertaine.

5. Блин - Bline

Traduction littérale de « crêpe », ce mot signifie dans l’usage également « mince », « zut ». Il est en réalité l’adoucissement d’un terme très vulgaire commençant par les mêmes lettres.

>>> Prononciation barbare: ces mots russes à rallonge qui vous donneront mal à la tête

Ainsi, lorsque vous commettez une maladresse, une erreur ou faites face à un échec, il s’agit du premier mot à utiliser pour exprimer votre mécontentement, votre déception ou votre irritation.

Néanmoins, il peut aussi servir à amplifier un sentiment. Par exemple, la phrase « Bline, kak krassivo ! » pourra se traduire comme « Punaise, comme c’est beau ! ».

Dans cet autre article nous vous expliquons dix expressions familières qui vous permettront de vous faire passer pour un véritable Russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies