Deux alpinistes français secourus sur le mont Elbrouz, dans le Caucase russe

pixabay

Abdoullakh Gouliev, chef du détachement de recherche et de secours de haute montagne de l’Elbrouz, structure placée sous la direction du ministère russe des Situations d’urgence, a déclaré hier que ses équipes étaient à la recherche de sept étrangers s’étant perdus dans le brouillard après être lancé à l’assaut du plus haut sommet d’Europe, au sein de trois groupes non enregistrés.

Trois touristes allemands, deux Polonais et deux Français se sont en effet retrouvés confrontés à une visibilité nulle et à des nuages orageux durant leur ascension de cette montagne caucasienne de 5 642 mètres de haut.

Encyclopédie sibérienne: touchez du doigt ce territoire enchanteur, vaste comme 24 France

Tôt ce matin, les autorités ont cependant annoncé avoir porté secours à cinq de ces imprudents voyageurs et que seuls ceux originaires de France manquaient toujours à l’appel, a rapporté la chaîne de télévision MIR 24. Ainsi, si l’état de santé des alpinistes allemands et polonais était alors stabilisé, on supposait que les Français se trouvaient encore sur le versant ouest de l’Elbrouz.

Un hélicoptère a par conséquent été sollicité afin d’accélérer les recherches, qui se sont finalement avérées fructueuses.

« Les deux Français, qui dans le brouillard n’avaient pas trouvé le chemin pour descendre, ont mercredi soir creusé une grotte dans la neige et y ont passé la nuit. Durant le survol en hélicoptère les sauveteurs ont aperçu ce trou, mais déjà plus personne ne s’y trouvait, ils avaient commencé la descente par eux-mêmes », a confié Gouliev à l’agence de presse Interfax, ajoutant que les sauveteurs au sol avaient croisé leur route sur les pentes du mont et que les deux touristes n’avaient nécessité aucune assistance médicale.

Le mont Elbrouz fait partie des plus incroyables merveilles de Russie. Découvrez notre sélection de ces joyaux naturels dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies