Encyclopédie sibérienne: touchez du doigt ce territoire enchanteur, vaste comme 24 France

La Sibérie, qui recouvre près de 10% de la surface de la Terre, est bordée par la frontière mongole au sud et les rives gelées de l’océan Arctique au nord. Cette terre compte plus de 30 ethnies différentes avec une grande variété de coutumes culinaires, ce qui en fait l’une des destinations gastronomiques les plus exotiques de Russie. Notre grande encyclopédie sibérienne vous apprendra à survivre à ces aventures et plus encore.

L'Altaï

Crédit : Lori / Legion-MediaCrédit : Lori / Legion-Media

L’Altaï s’ouvre petit à petit le long de la route de la Tchouïa, le principal axe routier de la région, plein de virages abruptes, de paysages à couper le souffle, et cachant d'innombrables recettes culinaires précieusement conservées par les bergers de génération en génération.

Découvrez les vues surnaturelles du plateau de l'Oukok à l’occasion d’une excursion à cheval organisée. Pour un séjour calme, optez pour le lac Teletskoïe et la base installée dans la zone touristique Biriouzovaïa Katoun. Pour une découverte de la culture et des habitants du Sud de la Sibérie, rendez-vous à Barnaoul, Gorno-Altaïsk ou dans le village artistique d’Askat.

Le Baïkal

Crédit : Shutterstock / Legion-MediaCrédit : Shutterstock / Legion-Media

Le moyen le plus simple et le plus rapide de découvrir le lac Baïkal est de se rendre à Listvianka, un village situé à une heure de route d’Irkoutsk. Ici, on se promène sur les rives de cette immense étendue d'eau douce, la plus profonde au monde, on déguste le corégone fumé à chaud ou à froid au marché aux poissons et on admire, depuis une plateforme d'observation, la rivière Angara, l’unique affluant du Baïkal. Sur la route de Listvianka, vous trouverez le musée à ciel ouvert de Talzy, consacré à l’architecture en bois sibérienne.

Pour une découverte plus intime du lac Baïkal, rendez-vous sur l’île d’Olkhon, que l’on peut parcourir à pied ou à vélo et où vous pourrez vous relaxer dans de confortables bungalows. Si vous préférez une découverte sportive et insolite, prenez part au marathon international sur glace du Baïkal.

À Irkoutsk, pensez au baroque sibérien et dégustez les spécialités locales : les nouilles tsouïvan frites à la viande et les raviolis bououz à la vapeur servis avec de la vodka au lait tarassoun. Pensez à regarder sous vos pieds : dans le centre-ville, une « ligne verte » est tracée sur le trottoir, elle vous mènera d’un monument architectural à un autre.

Des festivals

Crédit : Mikhail MaklakovCrédit : Mikhail Maklakov

L’été en Sibérie est l’époque des festivals et des fêtes nationales, pendant laquelle vous vous sentirez bien en forêt comme en ville, sans crainte d’être frigorifié.

Mir Sibiri (Le monde de la Sibérie) est le festival de musique ethnique le plus grand et le plus célèbre à l’étranger, il se tient en juin-juillet près du village Chouchenskoïe, dans le kraï de Krasnoïarsk. On y vient pour écouter des musiciens de Khakassie, du Touva et de Bouriatie, déguster les plats nationaux et acheter des souvenirs à la foire ethnique : des guimbardes, des costumes et du thé des nomades des steppes.

Le festival national Altargana, qui se tient également en juin-juillet dans la capitale de la Bouriatie, Oulan-Oude, réunit des Bouriates et des Mongoles du monde entier qui participent à des concours de photographie et de cinéma, de lutte, de chant ou encore de beauté.

Les fêtes de Toun Pairam en Khakassie (toujours en juin-juillet) et d’El-Oïyn dans l’Altaï (se tient une fois tous les deux ans, en juin et juillet aussi) ne sont pas conçues pour impressionner les touristes, mais sont des fêtes destinées avant tout aux locaux. Ainsi, les groupes de musique confectionnent scrupuleusement leurs costumes et choisissent leurs meilleurs morceaux à présenter.

Des randonnées

Crédit : Sergeï FilinineCrédit : Sergeï Filinine

Des voyages « sauvages » de différents niveaux de difficulté sont organisés dans les régions montagneuses de la Sibérie. Les montagnes de l’Altaï sont un terrain idéal pour ceux qui aiment arpenter les sommets avec un guide et un cheval, lorsque ce dernier porte les sacs à dos. Les alpinistes expérimentés qui aiment « cramponner » les glaciers iront de leur côté plutôt conquérir le mont Béloukha, le plus haut sommet de Sibérie.

La région de l'Alataou de Kouznetsk peut être traversée littéralement à ski en hiver : elle comporte des gîtes forestiers où les voyageurs peuvent s’arrêter en chemin. La crête de Kodar est quant à lui le choix des alpinistes de l’extrême. 

La gastronomie traditionnelle

Crédit : Anton PetrovCrédit : Anton Petrov

La Sibérie abrite 30 peuples et ethnies différents, chacun possédant ses propres traditions culinaires. Le goût de l’Ouest de la Sibérie se ressent dans les tourtes de merisier et les pelmenis aux pignons de pin des populations autochtones de la taïga.

Dans le Nord, on cuisine des tranches de stroganina, le « tartare sibérien » – ceviche de poisson cru, et le pain dolgane, cuit directement à la poêle. Les descendants très hospitaliers des nomades de l’Est de la Sibérie vous accueilleront avec des bоuоuz parfumés à la vapeur accompagnés de thé au lait salé, alors que dans le Sud, la table croulera sous les plats de soupe boukhler et les beignets-baoursaks dorés.

Des réserves naturelles

Crédit : Shutterstock / Legion-MediaCrédit : Shutterstock / Legion-Media

Le territoire de la Sibérie est constitué de montagnes, de forêts, de rivières et de toundra, difficiles à atteindre sans hélicoptère, 4x4 ou compétences de survie en milieu hostile. Mais vous pouvez tout de même découvrir la nature sauvage de la Sibérie au sein des réserves, qui proposent des éco-tours payants pour les touristes.

Dans celle de Sibérie centrale, vous devrez voyager à travers l'épaisse taïga, dormir dans des gîtes forestiers, descendre des rivières tumultueuses et parcourir d’immenses distances en hélicoptère pour ressentir l’esprit de la nature nordique.

La réserve de la Toungouska, la plus insolite de Sibérie, se trouve près de l’endroit où est tombé la météorite du même nom : la taïga y rencontre un immense marais recouvrant le cratère. Les groupes de touristes remontent ainsi sur les traces des premiers explorateurs de la météorite qui, par la force de son explosion, a abattu la forêt dans un rayon de 2 000 km2 en 1908. 

Dans la réserve naturelle de Saïano-Chouchensk, dans le Sud de la Sibérie, vous pourrez découvrir l’un des félins sauvages les plus rares au monde, la panthère des neiges, alors que dans le parc national Stolby à Krasnoïarsk, vous pourrez vous promener dans la taïga et grimper sur les falaises à proximité immédiate de la ville.

L'architecture en bois

Crédit : PhotoXpressCrédit : PhotoXpress

La ville sibérienne de Tomsk est l’une des plus grandes réserves d’architecture en bois au monde. 700 de ses 2 000 maisons en bois sont d'ailleurs des monuments d’architecture. Téléchargez la carte de Tomsk à l’avance et passez la journée à arpenter ses rues : du mont Voznessenski, où naquit la vieille ville, au village tatare avec ses habitations aux chambranles sculptées, en passant par la Maison des oiseaux de feu et la Maison allemande, sans oublier bien évidemment vos propres trouvailles.

Les droits sur cette publication sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer