Tourisme militaire: où voir le matériel de combat à Moscou et Saint-Pétersbourg

Legion Media
Au cours de l’histoire, les Russes et les Soviétiques ont créé tant d’armements que plusieurs stades sportifs ne suffiraient pas pour tous les accueillir. Afin de faire le tour de l’ensemble des musées spécialisés des deux capitales du pays, vous devrez donc mettre à l’épreuve votre patience et votre résistance.

Moscou

Musée de matériel militaire au parc de la Victoire

Le territoire du parc est un immense complexe mémorial comptant plus de 300 échantillons du matériel militaire lourd de l’URSS et de ses alliés ainsi que des armements de l’Axe. On y trouve le T-34, char le plus massif de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi des avions, des canons (dont antiaériens), des obusiers et l’épave d'un avion allemand abattu. Tous ces « témoins » de la guerre la plus meurtrière de l’histoire sont « dispersés » sur le mont Poklonnaïa (où à l’époque Napoléon avait attendu les clés de Moscou) à une distance significative les uns des autres. Pour découvrir l’exposition dans son ensemble, vous devrez donc parcourir quelque 8 kilomètres. N’oubliez donc pas de vous procurer un vélo ou une trottinette avant de vous y rendre.

Une fois sur place, ne ratez pas l’occasion de visiter le Musée central de la Grande Guerre patriotique comportant dix dioramas (allant de la bataille de Stalingrad à la prise de Berlin) et des salles uniques en leur genre. Réalisée en marbre noir et rouge et plongée dans la pénombre, l’une d’entre elles – la Salle du souvenir et du chagrin – est ornée des cristaux suspendus au plafond et symbolisant les larmes versés par les mères, les épouses et les proches des victimes.

Pour s’y rendre : prendre la sortie de la station de métro Park Pobedy et traverser le passage souterrain sous la perspective Koutouzovski. Vous pouvez également sortir au milieu pour contempler l’arc de Triomphe de Moscou.

Lire aussi : Comment sont modernisés les chars T-80 pour l'Arctique

Musée des blindés de Koubinka

Il s’agit de l’un des musées de blindés les plus grands au monde : il s’étend sur 12 hectares et compte plus de 350 matériels de combat de 14 pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon. La collection a commencé à se former en 1944 principalement sur la base de trophées de guerre.

Aujourd’hui, tout ce matériel de combat est conservé dans d’énormes hangars. En visitant ces pavillons vous pourrez devenir le témoin du développement de la conception des chars soviétiques et russes allant des premiers chars légers MS-1 aux T-80.

Pour s’y rendre : Le musée est situé à une heure de route de Moscou. Prenez un TER à la gare de Biélorussie en direction de la station Koubinka. Ensuite prenez le minibus 59 jusqu’à la station Musée des blindés. En week-end et pendant les jours fériés, un bus gratuit circule une fois par heure entre la gare et le musée.

Musée de l’aviation de Monino

Ce musée est également situé dans la région de Moscou. En effet, il a été fondé sur les lieux du déploiement de la division aérienne dans le village de Monino. Il n’est dédié qu’aux aéronefs militaires et civils et on y trouvera aussi bien de gigantesques avions soviétiques que des hélicoptères légers, soit tout ce qui a été possible de rassembler depuis la naissance de l’aviation russe, dont les racines remontent à 1909.

Lire aussi : Les avions de guerre russes de l’ère moderne

Récemment, le BOR-5, analogue de la navette soviétique Bourane, a complété la collection du musée. Les pièces sont exposées en plein air ainsi que dans deux hangars et six salles.

Pour s’y rendre : Prenez un TER depuis la gare de Iaroslavl jusqu’à la station Monino ou le bus 363 à la gare routière près du métro Chtchelkovskaïa. Le trajet prendra 1h20.

Musée de la Marine militaire

Le musée se trouve à bord d’un sous-marin diesel de 90 mètres de long stationné au parc moscovite de Severnoïe Touchino. La principale curiosité y est ce même sous-marin B-396 : vous pouvez visiter les cabines, le rouf, voir comment est organisé le quotidien des sous-mariniers et même pénétrer dans le compartiment des torpilles. Qui plus est, le musée dispose d'un stand de pilotage virtuel pour simuler le vol en ekranoplan (véhicule à effet de sol) en mode de visualisation 3D.

Pour s’y rendre : Allez jusqu’à la station de métro Skhodninskaïa et prenez la sortie vers Khimkinski Boulevard. Le musée se trouve à dix minutes à pied de la bouche de métro.

Musée central des forces armées

Situé sur la rue Sovetskoï Armii (de l’Armée soviétique), ce musée est composé de 24 salles renfermant pas moins de 15 000 armes ainsi qu’une riche collection de tenues militaires, de drapeaux, de photos, etc. Les salles sont organisées en fonction des périodes de l’histoire : vous y trouverez celles dédiées à l’armée impériale russe, à la Grande Guerre, à la Révolution de 1917, la période de l’Armée rouge, etc. Une plateforme à ciel ouvert est dédiée à l’artillerie, aux fusées et à l’aviation.

Lire aussi : QUIZ: Avec quelles armes l'URSS a-t-elle vaincu durant la Seconde Guerre mondiale?

Pour s’y rendre : Le musée se trouve à 5 minutes de marche de la station de métro Dostoïevskaïa.

Musée de la Guerre de 1812 et Musée historique d’État

Il s’agit de l’un des complexes militaro-historiques les plus célèbres de la capitale russe. Vous pouvez y voir des armes rares de l'armée impériale russe et de celle de Napoléon, découvrir des armures de l'époque de l’ancienne Rus’ ainsi que des « chachkas » cosaques, des sabres d’Alexandre II et bien plus encore.

Pour s’y rendre : le musée est situé sur la place Rouge, soit à deux minutes des stations Okhotny Riad et Plochtchad Revolioutsii.

Saint-Pétersbourg

Musée d'histoire militaire d'artillerie, de troupes d’ingénieurs et de communications

Ce musée a vu le jour dans l’enceinte de la forteresse Pierre-et-Paul sur ordre de Pierre le Grand en 1756, dans le souci de conserver l’ancienne artillerie. Aujourd’hui, c’est l’un des musées d’équipement militaire les plus grands au monde. Pendant la Grande Guerre patriotique, au troisième étage de cet immeuble on réparait des chars et, de nos jours, les rampes abimées en servent de témoins.

Lire aussi : Fusils AK-47 détournés: lorsque la Kalachnikov est tout sauf une arme meurtrière

Vous y trouverez des boucliers des anciens Slaves, des couleuvrines, des lance-roquettes multiples Katioucha, des missiles à longue portée modernes ainsi qu’une salle entièrement dédiée au célèbre fusil d’assaut Kalachnikov. Dans le stand de tir de musée vous pourrez d’ailleurs vous en servir.

Pour s’y rendre : le musée est situé à dix minutes de marche de la station de métro Gorkovskaïa

Musée central de la Marine de guerre

Dans les casernes de la Marine impériale russe vous trouverez tout ce qui concerne la construction navale militaire. On considère que ce musée possède l’une des plus riches collections de modèles de navires au monde, comparable à celle du British National Maritime Museum de Londres. Vous pourrez également y voir des projets grandioses des navires n’ayant jamais vu le jour. En plus des embarcations, le fonds conserve un riche arsenal d’armes blanches et d’infanteries.

Pour s’y rendre : le musée se trouve à deux pas des stations de métro Admiralteïskaïa, Sadovaïa, Spasskaïa ou Sennaïa Plochtchad.

Si vous souhaitez, en plus de tout cela, assister à la grande parade de la Victoire le 9 mai, voici le plan de l’événement.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies