L’«avion-apocalypse» russe: cinq faits à propos de cette forteresse volante

Un Il-96

Un Il-96

Kirill Naumenko
Alors que les tensions autour de la Syrie s’exacerbent, un Boeing E-4B Nightwatch, surnommé l’«avion du Jugement dernier» et destiné à transporter le président américain en cas d’extrême urgence, aurait effectué une mission ce mercredi. De son côté, le gouvernement russe dispose lui aussi d’un aéronef capable de faire office de point de commandement aéroporté, l’Iliouchine Il-96. RBTH a rassemblé cinq anecdotes à propos de cet appareil.

1. Le premier « avion-apocalypse » russe a été un point de commandement aérien sur la base d’un Iliouchine Il-86. Il ne disposait pas de hublot et une protection en alliage spécial recouvrait le verre du poste de pilotage.

2. L’avion était équipé d’une antenne de 5 kilomètres de long enroulée autour d’un cylindre et destinée, une fois plongée dans l’eau, à permettre les communications hautes et basses fréquences avec les sous-marins.

3. Toute la partie supérieure de l’avant du fuselage, de la cabine de pilotage jusqu’à la partie centrale de l’engin, était protégée par une superstructure en caisson dotée un équipement de liaison satellitaire, à l’exception de la vitre du cockpit, pour des raisons de sécurité.

Lire aussi : Que trouve-t-on dans le garage du président russe?

4. Au milieu des années 1990, dans le cadre d’expérimentations, un lancement d’exercice d’un missile atomique a été réalisé depuis cet avion de commandement.

5. Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, dispose actuellement d’un point de commandement aéroporté, sur la base d’un Iliouchine de troisième génération, le Il-96. On y trouve une cabine de deux niveaux comprenant des chambres, une salle de réunion, une salle de sport et une autre de réanimation. Il s’agit de l’un des avions les plus onéreux de Russie, puisqu’il a coûté plus de 300 millions de dollars.

Saviez-vous pourquoi les chasseurs russes atterrissent-ils sur des routes de campagne ? Trouvez la réponse dans notre  article.

Les droits sur cette publication sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer