Sakura version russe: la plus belle saison pour visiter Vladivostok

Tatiana Yakovleva
La fin du printemps est l’une des plus belles périodes pour visiter l’Extrême-Orient russe si vous aimez admirer la nature pendant la floraison printanière.

Tatiana YakovlevaTatiana Yakovleva

Le printemps à Vladivostok est tardif : forsythias, abricotiers, magnolias et autres arbres ne s’habillent de feuilles qu’à la mi-mai, quand la saison traditionnelle de contemplation des premières fleurs, le hanami, est déjà terminée au Japon voisin.

« Les sakura du Primorié » 

Crédit : Vitaly BerkovCrédit : Vitaly Berkov

Dans la région du Primorié, les sakura sont remplacés, pour les amateurs d’arbres en fleur, par le rhododendron, dont le nom est difficilement prononçable tant pour les Russes que pour les étrangers. En fonction de l’hiver, il peut fleurir en mars, mais généralement sa floraison commence en avril et dure jusqu’en juin. Pour admirer les fleurs de cet arbre, les locaux se rendent dans la forêt ou dans les montagnes, par exemple, sur le Pidan (mont Livadiïskaïa). 

Crédit : Maria BodganovaCrédit : Maria Bodganova

La fleur de rhododendron est le symbole officiel de Vladivostok depuis 1994. Le Jardin botanique de Vladivostok possède une grande collection de rhododendrons de Japon, Chine, Corée et Amérique du Nord. Le plus beau est le rhododendron schlippenbachii (azalée royale). Ses fleurs sont grandes – elles peuvent atteindre sept centimètres  - et blanc pur ou pêche. 

Crédit : Vitaly BerkovCrédit : Vitaly Berkov

Ornements multicolores de Vladivostok

Les étoiles jaune vif des buissons de forsythia fleurissent fin avril. On peut les voir dans les squares de la ville, ainsi qu’autour de la grande statue de tigre en bronze près de la station Akademitcheskaïa. Les épaisses sphères jaune vif illuminent les arbres, encore frileux, pendant deux semaines.

Crédit : Dmitry SerebryanskiyCrédit : Dmitry Serebryanskiy

Après les forsythias, vient le tour des abricotiers : au Primorié, on trouve des variétés sauvages d’abricotier de Mandchourie, cultivé ici depuis un millénaire. La variété domestiquée d’abricotier s’est également acclimatée à Vladivostok : c’est un grand arbre avec des boutons rose foncé et des fleurs un ton plus claires. Ces arbres sont éparpillés sur les collines et se dressent le long des rues. 

Crédit : Maria BodganovaCrédit : Maria Bodganova

Les grandes fleurs blanches du poirier de l’Oussouri fleurissent après les abricotiers, tout début mai. Plusieurs magnifiques poiriers ornent la route principale de Vladivostok dans le quartier du Centenaire de la ville, alors qu’un petit bosquet d’abricotiers s’est installé près du poirier situé derrière le stade Stroïtel.

Beauté fugace 

Les parcs et squares de la ville ne sont pas riches en arbres fleuris, ainsi le Jardin botanique est votre meilleur choix pour vous délecter de la floraison printanière. Il se trouve en banlieue tout près de la route et il est toujours rempli de visiteurs qui viennent ici humer les fleurs et prendre des selfies devant les premières primevères de Primorié, les iris alpins, les violettes, les magnolias, les pivoines arborescentes et les pétasites Tatewaki aux grandes feuilles semblables à celle du palmier.

Crédit : Jardin botanique de VladivostokCrédit : Jardin botanique de Vladivostok

Des variétés sauvages de magnolias poussent dans les Kouriles. Les premières tentatives de les acclimater au Primorié ont échoué, mais aujourd’hui, le Jardin botanique de Vladivostok possède l’une des plus grandes collections de tout le pays de ces arbres méridionaux.

Pendant plus de 30 ans, Irina Petoukhova a collecté des graines de différents types de magnolia, les semait et choisissait les espèces les plus résistantes au gel. Désormais, des milliers de personnes viennent admirer une vingtaine de sortes de magnolias pendant la période de floraison entre mi-mai et fin juin.

Les pivoines arborescentes fleurissent plusieurs semaines avant leurs homologues herbacés, vers la mi-mai. Mais une fois ouverte, la fleur ne tient sur l’arbuste que deux-trois jours – il faut avoir de la chance pour admirer cette beauté fugace.

Lire aussi : 

Trois grands hôtels de Saint-Pétersbourg et leurs visiteurs célèbres

Jeu des 10 différences: le Moscou d’hier et d’aujourd'hui

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.