Top 6 des sites paranormaux en Russie pour les amateurs de sensations fortes

Pour chasser le « paranormal » en Russie, vous devez être en mesure de faire la différence entre ce qui est vraiment incroyable et ce qui est simplement irréel.

Les vallées de la Mort


La Russie possède trois « vallées de la Mort » : dans le Kamtchatka, dans la région de Krasnoïarsk et en Iakoutie. Une seule est accessible aux touristes. Aucune chance que vous trouviez les deux autres.

Les amateurs de voyages extrêmes peuvent se rendre sur la pente ouest du volcan Kikhpinych au Kamtchatka. Sa plate-forme thermique plus faible (un peu plus de 300 m de large pour environ 2 km de long) est surnommée la « vallée de la Mort ». Ses gaz volcaniques constitués de dioxyde de carbone, de sulfure d'hydrogène et de cyanures sont hautement toxiques.

Dès que la neige fond, le sol est couvert de souris mortes. Les renards qui viennent ici, attirés par l'odeur de charogne, meurent aussi. Il en va de même, pour toute la chaîne alimentaire, des ours aux oiseaux carnivores. Plus d'une centaine de chercheurs qui sont allés au Kamtchatka dans le cadre d'expéditions à l'époque soviétique sont morts d'une intoxication. Les visiteurs doivent donc être très prudents.

Le site officiel (en anglais) 

Les tunnels sous la roche

La crête Medveditskaya est une chaîne de collines assez basses, située à environ 300 mètres de Zhirnovsk dans la région de Volgograd. La crête est connue pour ses numéros anormalement élevés de boules de feu dues au tonnerre et pour ses observations d'OVNI.

Des arbres brûlés qui ressemblent à des allumettes usées peuvent être aperçus ici et il y a un impressionnant réseau de tunnels souterrains dont on dit qu'ils seraient occupés par une race d'homme-serpents. Même sans ces homme-serpents, les tunnels valent certainement le coup d'œil.

Ils sont longs d'environ 20 m, avec un diamètre allant de moins d'une dizaine mètre à plus de trente : plus large que les tunnels du métro de Moscou ! Bien qu'ils aient été bombardés par les ingénieurs sur le terrain au début de la Seconde Guerre mondiale, les gens trouvent de plus en plus de moyens pour entrer dans les tunnels.

Il y a deux sources proches des tunnels ; l'une avec de l'eau distillée et l'autre avec de l'eau qui a un niveau de radiation supérieur à la normale.

L'habitat naturel du Yéti


En 2012, trois laboratoires – dans l'Idaho, à Moscou et à Saint-Pétersbourg – sont arrivés à la conclusion qu'un véritable yéti existe en Russie. Ils ont analysé l'ADN d'une touffe de poils découverte dans la grotte Azass de la montage Shoriya (kraï d'Altaï) en 2011 et ont confirmé que le matériel génétique n'appartenait ni à un singe, ni à un homme.

La fourrure qui appartient soi-disant au « yéti de la grotte d'Azass » est identique à fourrure découverte près de Saint-Pétersbourg, dans l'Oural et même aux États-Unis. Les biologistes affirment qu'il appartient à la même espèce : une espèce dont l'ADN diffère de seulement 1% de l'ADN humain.

Le Bigfoot est récemment devenu l'attraction touristique de la région de la montagne Shoriya. Il possède même un compte Twitter ! Les touristes russes et étrangers viennent ici à la recherche du yéti. L'an dernier, le boxeur poids lourds Nikolai Valuev a visité la montagne.

Le triangle des Bermudes russe

Le village de Molyobka se trouve à la frontière entre les régions de Perm et de Sverdlovsk. En face du village, sur la rive gauche de la rivière Sylva, se trouve le célèbre Triangle Molyobka (aussi connu comme la zone anormale de Perm) : une géo-anomalie similaire au tristement célèbre Triangle des Bermudes.

L'anomalie est devenue populaire dans les années 1980, quand le géologue Emil Bachourine, originaire de Perm, a trouvé une empreinte ronde d'environ 60 m, dans la neige. Depuis, le triangle a été une source régulière de nouvelles sur le yéti, les ovnis, des « sphères brillantes » et plasmoïdes. La recherche a également montré la localisation d'une anomalie de taille à cet endroit.

Energies positives


La Russie a aussi sa part de « points de puissance », où les gens peuvent recharger leurs batteries grâce à une énergie positive. C'est ce qu'ils disent, du moins. Par exemple, ces endroits peuvent être trouvés en Carélie, où, selon la légende, les sorciers les plus puissants vivent.

D'autres lieux incluent Belovodye, Shambhala quelque part sur le territoire d'Altaï et Lovozero, un lac dans la péninsule de Kola au-delà du cercle polaire, où les gens viennent pour se soigner et méditer.

Samara Luka est considérée comme l'un des anomalies les plus actives au monde, avec plus d'un millier de phénomènes paranormaux qui y ont été recensés au cours de la dernière décennie.

Le mont Svyatelka, la clairière de Shaman et le mont de Pierre Blanche de Samara Luka constituent une importante zone de fracture. Un puissant rayonnement géomagnétique a transformé Samara Luka en une Mecque pour les chercheurs et les touristes du monde entier.

Les OVNI

Des observations d'OVNI ont été signalées dans la région de Mourmansk, de Iakoutie, en Extrême-Orient russe et même à Moscou. Cependant, seule la région de Perm fait de l'argent sur ​​les ovnis. Le fameux Triangle Molyobka, dans la région développe un parc OVNI : les entreprises locales sont en train de construire des hôtels et des observatoires pour les touristes, d'installer des compteurs de gravité, des caméras infrarouges et de capteurs de champ magnétique.

Le tourisme OVNI est aussi florissant à Togliatti, où les visiteurs peuvent voir certains des plus grands agroglyphes au monde.

L'île Zelyony, près de Rostov-sur-Don, est l'endroit où un « objet volant sans ailes » est tombé avant la Seconde Guerre mondiale; l'armée a pensé que c'était un avion de surveillance allemand.

Depuis, Zelyony a été désigné comme étant un « lieu maudit » où des sons bizarres sont souvent signalés. Il y a eu de nombreux cas où les visiteurs de l'île ont souffert de désorientation spatiale. Les excursions d'OVNI sont assez fréquentes ; cependant, ceux qui recherchent une poussée d'adrénaline devraient venir en petits groupes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.