Découverte en Russie d’une plaque scythe en argent représentant une déesse ailée

Institut d'archéologie de l'Académie des sciences de Russie

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Lors de fouilles menées dans le cadre d’une expédition de l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences de Russie sur le champ funéraire de Devitsa V, dans la région de Voronej (467 kilomètres au sud de Moscou), a été découverte une remarquable plaque en argent représentant une divinité scythe ailée entourée de griffons, informe l’institution dans un communiqué. Il s’agit là d’une première trouvaille de ce type dans la zone centrale du fleuve Don.

D’une longueur de 34,7 centimètres pour une largeur de 7,5, cet objet unique était auparavant fixé par de petits clous d’argent à une base en bois, aujourd’hui presqu’entièrement disparue. Selon les chercheurs, la figure ailée n’est autre qu’Argimpasa, déesse scythe de la fécondité et reine des animaux. Sur le côté droit de l’ouvrage, sont par ailleurs attachées deux autres plaques de forme ronde, arborant l’image d’un personnage couronné. On ignore cependant son identité, tout comme la nature de l’objet qu’ornait cette œuvre métallique ; ce qui ne nuit toutefois en rien à son importance.

« Cette découverte apporte une contribution notable à notre compréhension des croyances religieuses scythes : d'une part, plusieurs divinités sont représentées sur le même objet, et d'autre part, c'est la première fois qu'un objet représentant des divinités a été trouvé aussi loin au nord-est des principaux centres de Scythie », s’est enthousiasmé Valeri Gouliaïev, à la tête de l’expédition.

Représentations d'Argimpasa sur d'autres objets trouvés dans des kourganes en actuelles Russie et Ukraine

À noter que cette trouvaille a été effectuée dans la sépulture principale de ce vaste champ funéraire, constitué de 19 kourganes (tumulus typiques de la steppe pontique) et découvert en l’an 2000 sur la rive droite de la rivière Devitsa. Ce tombeau, autrefois en bois, d’une superficie de 7,5 x 5 mètres, datant du IVe siècle avant notre ère et renfermant le squelette d’un homme d’environ 40-49 ans, avait connu la visite de pilleurs déjà dans des temps anciens. Néanmoins, plusieurs objets y demeuraient encore.

Exceptionnels vestiges

En effet, en plus de la plaque mentionnée, ont été déterrés des artefacts appartenant à la « triade scythe » (armes, éléments d’harnachement équestre, et bijoux aux motifs animaliers) :

Près de la tête du défunt, les archéologues ont trouvé de nombreuses petites plaques hémisphériques en or, qui avaient été brodées sur le bord du tissu funéraire.

À côté du squelette, figuraient aussi un couteau en fer, une côte de cheval (probablement un reste des aliments placés avec la dépouille pour son voyage vers l’au-delà), un fer de lance et trois pointes de javelot. La longueur totale de ces deux dernières armes a d’ailleurs été estimée à 3,2 et 2,2 mètres respectivement.

Enfin, aux côtés des équipements d’harnachement, parmi lesquels des plaques en bronze en forme de loups à la gueule grimaçante, qui décoraient autrefois les brides, a été découvert une mâchoire de jeune ours, confirmant l’existence d’un culte de cet animal chez les Scythes du Moyen-Don.

Pour rappel, les Scythes sont un ensemble de peuples indo-européens, principalement de cavaliers nomades, ayant dominé la steppe s’étendant de l’Ukraine contemporaine à l’Asie centrale du VIIIe siècle avant J.C. au IIIe siècle après J.C.. Des travaux d’étude des sépultures de Devitsa V sont conduits de manière systématique depuis 2010. Il y a deux ans, une autre découverte majeure avait ainsi pu être réalisée : celle de la tombe d’une guerrière ainsi que d’une femme âgée coiffée d’un couvre-chef de parade.

Dans cet autre article, nous vous présentions les rituels funéraires païens que respectaient autrefois les peuples ayant habité l’actuelle Russie.

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies