Dix choses que vous ignoriez peut-être sur la célèbre station spatiale Mir

Le 23 mars 2001, la légendaire station spatiale a sombré dans l'océan Pacifique après 15 glorieuses et difficiles années dans l'espace.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Elle a rendu l'ISS possible

Plan de la station orbitale Mir

Lorsque l'URSS a mis en orbite la station spatiale Mir en 1986, elle est devenue la première station modulaire habitée. Pendant longtemps, Mir a été la seule plateforme permettant de tester et de préparer des périodes de travail prolongées dans l'espace. Depuis lors, elle a été fréquentée par de nombreux astronautes de différents pays. Les leçons apprises au fil des ans ont notamment permis d'améliorer la Station spatiale internationale.

Elle a permis d'établir trois records mondiaux

Les cosmonautes Leonid Kizim et Vladimir Soloviov, héros de l'URSS, au sein de la station Mir

La station a été spécifiquement utilisée pour accueillir des missions spatiales prolongées. Il n'est pas surprenant que deux records du monde concernant la plus longue période dans l'espace, chez les hommes et les femmes, aient été établis sur la station Mir par le cosmonaute russe Valeri Poliakov et l'astronaute américaine Shannon Lucid, respectivement.

Le cosmonaute Valeri Poliakov à bord de la station Mir

Le cosmonaute russe Anatoli Soloviov détient quant à lui le record du monde pour le nombre de sorties extravéhiculaires, 16 au total, et pour leur durée cumulée, 82 heures, toutes effectuées depuis la station spatiale Mir.

Elle est devenue le symbole de l'amitié internationale

Équipage soviéto-britannique à bord de la station: Helen Sharman, Sergueï Krikaliov et Anatoli Artsebarski

Le premier équipage étranger est monté à bord de la station russe Mir en 1995. Depuis, des astronautes des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, d'Autriche, d'Allemagne, de France, du Japon, de Slovaquie, de Bulgarie, de Syrie et même d'Afghanistan ont visité la station spatiale, la transformant en un symbole de solidarité au nom de la science.

La station a également accueilli à son bord, de février à août 1990, la bannière de la paix, symbole du Pacte Roerich, dédié à la protection des institutions artistiques et scientifiques et des monuments historiques.

Elle a mené un programme conjoint avec les navettes spatiales américaines

Vue depuis la navette spatiale Atlantis sur le Soyouz TM-24 amarré à la station Mir

Le programme Shuttle-Mir, qui a débuté en 1993, était un programme de collaboration entre les agences spatiales des États-Unis et de la Russie. Pendant quatre ans, les cosmonautes russes ont utilisé des navettes de fabrication américaine pour rejoindre la station Mir, tandis que les astronautes américains ont utilisé le vaisseau Soyouz pour effectuer des missions de longue durée à bord de la station spatiale Mir. Le programme a pris fin en 1998.

Lire aussi : Détruire, transformer, vendre… que fera la Russie de l'ISS?

Elle a survécu à un grave accident

Dommages causés par la collision

L'accident le plus grave s'est produit le 25 juin 1997, lorsqu'une erreur du nouveau système de contrôle et d'approche a provoqué une collision entre le vaisseau de transport Progress M-34 et le module Spektr amarré de la station Mir.

La collision a endommagé les panneaux solaires et provoqué une importante perte d'énergie sur la station. Comme il s'est avéré impossible de réparer le module endommagé, les cosmonautes l'ont simplement scellé. Il est resté ainsi jusqu'au bout, jusqu’à ce que Mir soit coulée dans l'océan Pacifique en 2001.

Elle a inspiré des cinéastes et des concepteurs de jeux vidéo

Cadre issu du film Armageddon

La station Mir est apparue à de nombreuses reprises dans la culture populaire. Elle a fait son apparition dans des films comme Armageddon, Virus et Iron Sky, ainsi que dans les jeux vidéoCommand and Conquer : Alerte rouge 3 et Fallout Tactics.

Mir est restée dans l'espace 15 ans

La navette spatiale Atlantis amarrée à la station Mir le 4 juillet 1995

Au total, la première station modulaire habitée est restée 5 511 jours en orbite autour de la Terre.

Mir a accueilli plus de 23 000 expériences scientifiques

Tests subaquatiques sur une réplique endommagée de la station Mir en juillet 1997

Les missions scientifiques menées à bord de la station spatiale Mir ont notamment permis aux scientifiques d'apprendre à mieux prévoir les tremblements de terre.

Finalement, Mir s'est usée et a été mise hors service

La station Mir vue depuis la navette Atlantis

Avec le temps, les pannes constantes de la station spatiale Mir ont montré qu'elle était devenue obsolète et qu'elle nécessitait des investissements importants pour maintenir son fonctionnement qui, en 2001, avait duré 15 ans. Le 23 mars 2001, la station a donc été désorbitée dans une zone éloignée de l'océan Pacifique, connue sous le nom de « Point Nemo », un véritable cimetière pour vaisseaux spatiaux.

Après que la légendaire station spatiale a été immergée, des rumeurs non confirmées se sont répandues selon lesquelles sa mise hors service aurait été provoquée par un virus mortel venu de l'espace.

Elle a donné son nom à un astéroïde

La station Mir sur la plateforme de lancement du cosmodrome de Baïkonour

Quelques mois après la mise hors service de Mir, l'astronome belge Eric Walter Elst a découvert un astéroïde qui a finalement reçu le nom de « 11881 Mirstation ».

Dans cet autre article, nous vous présentions les armes que l’URSS comptait utiliser dans le cadre d’une guerre spatiale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies