Rejetés à la naissance, deux oursons polaires russes confiés aux soins de «mères adoptives» humaines

Pixabay

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Deux oursons polaires, un mâle et une femelle, ont vu le jour début décembre au parc safari de Guelendjik, station balnéaire sur le littoral russe de la mer Noire. Or, rejetés par leur mère, ce rôle a été confié à des employées du site, informe le Siberian Times.

« Malheureusement, Seriojka, la mère, n’a montré aucun signe d’instinct maternel. Nous avons dû emporter les bébés et six de nous, moi incluse, avons agi comme des mères pour les nouveau-nés, gardant constamment un œil sur eux afin de nous assurer qu’ils étaient au chaud et avaient suffisamment de lait », témoigne Elena Milovidova, directrice adjointe du zoo.

En réalité, il s’agit là d’un événement majeur pour la zoologie de par sa rareté, mais aussi d’une tâche particulièrement délicate, compte tenu du faible taux habituel de succès pour cette démarche.

« C’est une expérience unique pour nous, et une expérience incroyablement précieuse pour le reste du monde car, au total, il y a eu moins de vingt oursons polaires élevés [avec succès] en captivité sans l’aide de la mère au cours des 50 dernières années. Cette statistique n’est comparable à aucun autre animal sauvage, tels les éléphants ou les orangs-outans », a-t-elle en effet ajouté.

Nourrir un tel animal relève presque, il est vrai, de l’impossible, et en la matière, le père n’est lui non plus d’aucune aide, puisqu’à l’état sauvage il ne joue tout bonnement aucun rôle dans la croissance des petits.

Le personnel du parc a par conséquent notamment fourni aux oursons du sérum sanguin afin de leur garantir un premier stimulant immunitaire, habituellement assuré par le lait de la mère. Des efforts semblant payer, puisque, récemment, les deux boules de poils, qui n’ont toujours pas été nommées, ont enfin ouvert leurs yeux, tandis que leurs mamans adoptives ont vu leur nombre passer à quatre seulement, la vie de ces oursons n’étant plus en danger immédiat.

Dans cet autre article, nous vous expliquions où rencontrer des ours en Russie et à l’état sauvage sans risquer votre peau.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies