Cinq animaux mortels de Russie: petit guide de survie

Getty Images
De nombreux animaux vivant en Russie sont dangereux pour les humains, mais savoir comment se comporter correctement face à eux permet d'éviter les ennuis.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Ours brun

Les ours bruns ont un énorme habitat naturel en Russie. Ils peuvent être trouvés dans toutes les zones forestières, y compris celles situées dans les zones montagneuses, comme le Caucase, dans le sud de la Russie. Ils préfèrent les forêts denses, restent à l'écart des espaces ouverts et aiment séjourner près des rivières.

Les ours bruns ont attaqué des personnes en Russie 111 fois entre 2000 et 2015. Ils le font généralement pour se défendre, car ils ne chassent pas les humains et s’efforcent de les éviter. Les ours avec des petits, insomniaques ou blessés sont les plus agressifs. Le moyen le plus simple d’échapper à un ours est de ne pas en rencontrer. Le chant, les conversations à haute voix et d'autres bruits, en particulier dans un groupe de personnes, incitent ces animaux à rester à l'écart. Si vous tombez sur un ours, vous devez vous arrêter et garder le silence. S'il ne bouge pas, vous pouvez essayer de vous écarter. S'il commence à s’approcher, vous devez vous arrêter à nouveau. Parler à un ours d'une voix basse et calme est également une bonne idée. Vous ne devez pas crier, fuir ou jeter quoi que ce soit sur l'ours, car cela le rendra agressif. Très probablement, il s’en ira, mais si l'ours a l'air de vouloir attaquer, vous devez faire le mort : repliez-vous sur le sol, le visage baissé, montrant que vous n'êtes pas dangereux.

>>> Comment la Russie lutte contre les «invasions» d’ours

Chiens errants

Les chiens errants peuvent être trouvés partout en Russie à proximité des lieux de peuplement, car ils dépendent des ordures pour se nourrir. Les administrations de tout le pays essaient constamment de gérer la situation, mais leurs efforts ne portent pas toujours leurs fruits.

Les chiens ont des rangs hiérarchiques et défendent leur territoire, ils peuvent donc attaquer les gens qui entrent dans « leur » zone. Selon les statistiques officielles, les chiens errants ont tué 391 personnes entre 2000 et 2010. Habituellement, les chiens n’attaquent pas immédiatement ; au début, ils montrent les dents et grognent, vous pouvez donc essayer de quitter l'endroit lentement. Le meilleur moyen est de rejoindre un groupe de personnes. Si c’est impossible, vous ne devez pas vous enfuir, crier ou brandir ce que vous avez dans la main - cela inciterait le chien à attaquer. Les chiens attaquent généralement par derrière, vous devez donc être de face à tout moment. La meilleure idée est de trouver un arbre ou une clôture pour couvrir votre dos. Si vous le pouvez, essayez de franchir cet obstacle. Il est également possible d’utiliser un parapluie ou un sac pour se protéger des morsures. Si vous ne pouvez pas éviter l’attaque, le meilleur moyen est de frapper le chien sur le museau ou avec une bouteille en plastique pour lui faire perdre son orientation. Après cela, appelez à l'aide. Un groupe de personnes fera fuir le(s) chien(s).

>>> Comment des généticiens sibériens ont domestiqué le renard

Elan

Il peut sembler étrange que les élans figurent sur cette liste, car ce ne sont pas des prédateurs, mais ils sont très craintifs par nature et attaquent quiconque leur semble dangereux. Les élans sont désormais une espèce animale protégée. Par le passé, ils habitaient les forêts de toute la Russie, mais au début du XXe siècle, leur population a été anéantie en Sibérie, et désormais ils ne vivent que dans la partie européenne du pays (les régions à l'ouest des montagnes de l'Oural). Les élans apparaissent souvent dans les villes et même les grandes villes, en particulier à Moscou, où ils sortent souvent du parc national de Lossiny Ostrov (« l’île aux élans »).

Les élans n'attaquent les gens qu'en légitime défense, mais ils sont très faciles à effrayer : même un mouvement de main imprudent peut être considéré comme une menace. Ils n'hésitent pas à attaquer les prédateurs, car la taille de l’élan lui donne un avantage. Une ruade d’élan peut être fatale. Le calme est donc essentiel pour éviter les ennuis. Si vous rencontrez face à un élan, vous ne devez pas vous en approcher, encore moins essayer de le nourrir ou de le prendre en photo ; vous devez augmenter votre distance en reculant lentement, pour qu'il comprenne que vous êtes amical. Si vous voyez un jeune élan, vous devez quitter les lieux : si sa mère apparaît, elle deviendra agressive.

>>> En images: le cheval iakoute, race la plus résistante au monde face au froid

Araignée karakurt

Les karakurts sont une espèce de veuves noires. En Russie, elles habitent les montagnes du Caucase, dans le sud du pays, la région d'Astrakhan (1 200 km au sud-est de Moscou), la région de Rostov (950 km au sud de Moscou) et la région de Volgograd (900 km au sud-est de Moscou). En été, elles peuvent être accidentellement transportées ou amenées à migrer vers le nord : par exemple, en 2019, on en a même repéré dans la région de Moscou.

Les karakurts utilisent leur poison pour se défendre et mordent les gens s'ils les touchent ou les blessent par hasard. Heureusement, les karakurts sont souvent faciles à reconnaître : elles ont un gros corps rond noir avec des taches rouges vif, mais parfois elles peuvent être totalement noires. L'attention peut aider à éviter les ennuis, mais il est également important de ne pas marcher pieds nus dans les régions où vivent les karakurts. La puissance de son venin varie en fonction de chaque araignée et dépend de la zone piquée : les bras et les jambes sont considérés comme les moins dangereux. Le meilleur premier secours est d'immobiliser la zone piquée et de maintenir la personne blessée au repos. Le venin provoque un ensemble de problèmes de santé, allant de la faiblesse et de maladies à des problèmes neurologiques. La récupération prend généralement environ trois semaines, mais 10 à 15% des personnes mordues meurent.

Vipères

Il existe un certain nombre d'espèces de vipères en Russie, et elles sont réparties dans pratiquement tout le pays : dans les forêts, les landes et les semi-déserts. Cependant, vous êtes plus susceptible de trouver une vipère près d’une rivière ou d’un arbre tombé.

>>> Les effrayantes et fascinantes créatures retrouvées dans les eaux de Russie

Les vipères communes ne sont pas vraiment mortelles pour les personnes en bonne santé, mais leurs morsures peuvent être très nocives pour les enfants, les personnes âgées et les personnes allergiques. De plus, une morsure dans le cou augmente le danger, même si la mort est peu probable. Les espèces qui habitent les bruyères ont un venin plus toxique. Les vipères peuvent mordre les gens en légitime défense et essaient généralement de se cacher. Elles attaquent souvent après un mouvement brusque ou une tentative de l'attraper. Il est également facile de marcher dessus par accident ou de se faire mordre au bras en cueillant des champignons. Si vous voyez une vipère, le mieux est de la laisser partir. De plus, il est important de porter des bottes en caoutchouc, des manches longues et des pantalons de texture dense, car ces serpents ne sont pas assez forts pour mordre à  travers. Si une vipère attaque, il est important de calmer la personne blessée, car cela aide à atténuer le venin. C'est le seul premier secours. De plus, les gens confondent souvent les vipères communes et des serpents de prairie qui ne sont pas venimeux. Les serpents de prairie s’échappent généralement, ne mordent pas et ont des pupilles rondes, tandis que les yeux des vipères ressemblent à ceux des chats et que leur nez est plus pointu.

Dans cette publication découvrez dix photos uniques de la nature sauvage de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies