La Russie travaille sur un système numérique de contrôle du port du masque

Konstantin Kokoshkin/Global Look Press

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Fini le masque enfilé sur le menton ? Des spécialistes russes travaillent sur la conception d’un système de vision artificielle baptisé Maska qui aura pour mission de révéler les cas de non-port du masque et d’autres moyens de protection individuelle, informe RT, se référant au service de presse de l’Initiative technique nationale (NTI).

L’objectif ? Aider à surveiller le port du masque par le personnel médical et les patients dans les hôpitaux, mais aussi par les clients et visiteurs des établissements gouvernementaux. Le personnel en charge du contrôle sera alerté via une application mobile.

Les concepteurs expliquent que ce système permettra de baisser le taux de contamination dans les écoles, à l’hôpital et ailleurs.

« Dans les hôpitaux, le système permettra de réduire de 50% le risque de contamination dans la zone dite verte [zone saine] et jusqu’à 95% dans la zone rouge [zone où sont soignés les patients atteints] ».

>>> Comment les hôpitaux russes font-ils face à la seconde vague de Covid-19?

L’exactitude du fonctionnement des algorithmes est évaluée à 99%.

Alors que le nombre de nouvelles contaminations journalières a atteint des niveaux inédits en Russie, l'organisme de régulation sanitaire Rospotrebnadzor a rendu le port du masque obligatoire sur l’ensemble du territoire, et ce, depuis le 28 octobre.

Au cours de ces dernières 24 heures, 18 648 personnes ont été testées positives dans le pays. Depuis, le début de l’épidémie, le nombre de contaminations enregistrés en Russie est de 1 673 686.

Dans cet autre article, faites la connaissance de ces adorables chiens qui détecteront le coronavirus dans les aéroports de Moscou.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies