1ère phase passée avec succès: la Russie à mi-chemin de la fin des tests d'un vaccin anti-Covid-19

Image d'illustration

Image d'illustration

Getty Images
Les volontaires qui ont participé aux tests visant à déterminer l’innocuité du vaccin ne souffrent, précise l’institution, d’aucun effet secondaire et le préparatif a été jugé comme sans danger. La seconde phase d’essai portera sur son efficacité et durera jusqu’au 28 juillet, indique le centre à l’origine de sa création.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La Première Université de médecine de Moscou a mené à bien les tests cliniques d’un vaccin contre la Covid-19. L’annonce a été faite le 12 juillet par Vadim Tarassov, directeur de l’Institut de médecine transitionnelle et de biotechnologie auprès de l’institution mentionnée. Ces tests avaient pour but de vérifier l’innocuité du nouveau médicament.

Le vaccin lui-même a été inventé par le Centre national de recherche en épidémiologie et en microbiologie Gamaleya conjointement avec le ministère russe de la Défense. Désormais commence la seconde phase, visant à déterminer l’efficacité du vaccin, précise à RIA Novosti Alexandre Ginzburg, directeur du Centre Gamaleya et elle se poursuivra jusqu’au 28 juillet. Ensuite, les démarches en vue de l’enregistrement seront entreprises.

>>> Covid-19: remercier le personnel médical au travers d’œuvres d’illustratrices

Il a en outre expliqué que des négociations avec le secteur privé étaient en cours afin de pouvoir lancer la production dès le mois de septembre. Le Centre espère que la vaccination sera gratuite et effectuée par les établissements médicaux du pays. Il est probable que, dans un premier temps le vaccin, ne sera pas commercialisé dans les pharmacies.

Déroulement des tests cliniques

Le vaccin a en effet été testé sur 38 volontaires. Les essais ont débuté le 18 juin dernier : les scientifiques se sont d’abord assuré qu’aucun des volontaires n’était infecté et n’avait développé d’anticorps au coronavirus. Une fois les résultats négatifs obtenus, les candidats ont été isolés durant une période de deux semaines.

Par la suite, les candidats ont été divisés en deux groupes : un a reçu une seule dose du nouveau vaccin et l’autre une double dose.

Les scientifiques disent que certains volontaires ont eu une température élevée aux cours des premiers jours ayant suivi la vaccination. Au-delà de cette réaction, tous étaient en bonne santé, se sentaient bien, et le vaccin était donc sûr, expliquent les chercheurs.

>>> Vacances d’été: comment les Russes s’adaptent aux règles de jeu imposées par la Covid-19?

« Les essais ont été couronnés de succès. Ils ont confirmé que le vaccin était inoffensif. Cela correspond à la sécurité des vaccins qui existent sur le marché. Cette phase a été un succès », déclare Alexandre Loukachev, directeur de l'Institut de parasitologie médicale et maladies tropicales et à transmission vectorielle, qui fait partie de la Première Université de médecine.

Il a par ailleurs été expliqué que les volontaires qui avaient reçu une seule dose du nouveau vaccin seraient sortis de l'hôpital le 15 juillet et le second groupe cinq jours plus tard, soit le 20 juillet.

Les scientifiques ont également signalé que l'isolement avait affecté l’état psychologique des volontaires, ce qui a entraîné des conflits et provoqué un stress émotionnel entre eux. Les psychologues ont dû intervenir pour alléger la pression.

Sollicité par Russia Beyond, l’Université n’a pour le moment pas fourni de commentaire.

Dans cet autre article, nous nous penchons sur l’impact de la pandémie sur le secteur aérien en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies