Ferez-vous un bon éclaireur? Réponse d’un officier de réserve russe

Said Tsarnaev/Sputnik
Si vous mangez peu, pouvez rester éveillé longtemps et ne pouvez pas imaginer votre vie sans sport ni adrénaline, vous pourriez faire un excellent éclaireur.

L’éclaireur de première ligne doit découvrir discrètement toutes les informations sur l'ennemi et disparaître sans laisser de trace dans la nuit, afin de ne pas perturber l'attaque des forces spéciales. Quelles sont les compétences nécessaires pour mener à bien ce genre de missions ?

Lire aussi : Comment s'entraîner comme un membre des forces spéciales russes? 

Derrière les lignes ennemies

« Pour mener à bien des tâches dans des territoires inconnus, une personne doit être capable de s’orienter parfaitement sur le terrain et de comprendre la topographie militaire. Pour ce faire, l’éclaireur doit utiliser aisément une boussole et une carte et doit également avoir l’œil pour détecter les objets ennemis importants, enregistrer leurs coordonnées et les transférer avec précision au quartier général », a déclaré à Russia Beyond un officier de réserve des forces spéciales souhaitait rester anonyme.

Dans ce cas, l'éclaireur doit déterminer du premier coup d'œil le modèle et le calibre des armes se trouvant entre les mains de l'ennemi, ainsi que son niveau d’entraînement.

« En termes simples, vous devez comprendre quand vous avez un "singe avec une grenade" devant vous ou quand vous risquez d’être engagé dans un combat avec un combattant du niveau du Delta américain ou du SAS britannique », a-t-il ajouté.

En outre, lors du travail en territoire inconnu, l'éclaireur doit clairement comprendre « qui est qui » dans les rangs de l'ennemi, et en conséquence, identifier les cibles les plus dangereuses et transmettre au commandement celles qui doivent être détruites en premier lieu.

« Mais rien de tout cela ne fonctionnera si l'éclaireur ne possède pas de compétences de camouflage et ne sait pas comment se déplacer silencieusement sur le terrain la nuit. Pour que la moindre branche ne craque pas sous les pieds, sans parler de surmonter les obstacles techniques tels que le fil barbelé, les pièges, les mines à déclenchement filaire, etc. », indique l’officier.

En outre, vous devez pouvoir vous déplacer librement et surmonter tous les obstacles aquatiques.

Arctique impitoyable: comment la Russie teste les limites de ses forces spéciales 

Qui est sélectionné ?

Selon des données anthropométriques, les jeunes « secs » ou « maigres » d’une taille de 175 centimètres environ sont les mieux adaptés pour les missions d’éclaireur.

La notion selon laquelle ce genre de soldats doit être « baraqué » comme Schwarzenegger ou Stallone est une idée fausse popularisée par les films sur les forces spéciales. Dans la vraie vie, de telles montagnes de muscles nécessitent trop de nourriture, en particulier lorsque vous devez vous faufiler à travers les montagnes et les forêts avec un sac et un équipement pesant environ 50 kg.

Dans le même temps, les jeunes sont toujours sélectionnés sur les bancs de l’université. Les lieux de sélection les plus populaires sont l’Académie du Service fédéral de sécurité fédéraux et l’École des forces aéroportées de Riazan.

Cependant, une « invitation » à l'examen d'entrée dans les différentes unités des forces spéciales est souvent envoyée aux officiers de diverses structures en activité qui, au cours de leur service, ont obtenu des résultats remarquables (Oui, tout le monde connaît les meilleurs des meilleurs tout en haut du ministère de la Défense).

Le niveau de préparation physique d'un candidat (à de rares exceptions près) n'est pas inférieur à la maîtrise ès sports. En général, lors de la sélection, les examinateurs se concentrent sur les maîtres ès sports en athlétisme, les spécialistes de l’orientation et les personnes ayant une formation en alpinisme.

Dans cet autre article nous parlons des plus célèbres missions secrètes des forces spéciales russo-soviétiques 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies