Cinq sociétés spatiales russes qui pourraient un jour concurrencer SpaceX

Du tourisme spatial à la construction de petits satellites, ces entreprises privées lorgnent sur le grand vide intersidéral et commencent à se faire connaître en Russie.

Depuis plus de 50 ans maintenant, les projets d’exploration spatiale de la Russie tournent au ralenti : le contraste est impressionnant comparé au vol épique du premier cosmonaute Iouri Gagarine. Depuis l'effondrement de l'Union soviétique, Roskosmos - la société d'État en charge des activités spatiales - a pour mission de sonder l'inconnu et ce n'est que depuis quelques années que des entreprises privées se lancent sur le marché. Voici cinq acteurs qui prévoient de faire des vagues dans l’espace. Pourront-ils surpasser Elon Musk ?

CosmoCourse (tourisme spatial et premier cosmodrome privé)

Le tourisme spatial devrait décoller en Russie en 2025 grâce à la société privée CosmoCourse, qui prévoit d'utiliser 40,4 millions de dollars d'investissements privés pour envoyer des passagers sur des vols commerciaux. Lors de chaque voyage, six passagers embarqueront à bord d'un avion spécial et chargeront un seul membre d'équipage de les mener à une altitude comprise entre 180 et 200 km avant de voler pendant cinq minutes en apesanteur. Si cela vous tente, vous avez six ans pour économiser entre 200 000 et 250 000 dollars - mais attention, le vol ne durera que 15 minutes !

La société a reçu une licence pour des vols spatiaux en provenance de Roskosmos en 2017. CosmoCourse commencera bientôt à construire son propre centre de lancement privé dans la région de Nijni Novgorod en Russie centrale, à environ 400 km à l'est de Moscou.

>>> Trois biopics sur l’épopée spatiale de l’URSS

S7 Space (lancement de fusées)

L’une des principales compagnies aériennes russes - S7 - envisage de relancer l’envoi de satellites commerciaux dans l’espace depuis Sea Launch, un complexe de fusées spatiales flottant dans l’océan Pacifique. En 2016, la compagnie aérienne a acheté le complexe à la société russe Rocket and SpaceCorporation Energia (RSC) afin de pouvoir lancer des fusées Zenith « à des fins de recherche et d'utilisation pacifique de l'espace ».

Cependant, la mort tragique de la propriétaire de la société, Natalia Fileva, survenue le 31 mars (après le crash de son jet privé) a contraint les actionnaires à reporter la discussion sur son programme de lancement de fusées, et il reste à voir si et quand l’activité reprendra. Roskosmos, de son côté, a offert son aide et a exprimé l’espoir qu’il ne serait pas abandonné.

Lin Industrial (petits satellites)

Lin Industrial est une startup russe qui développe des petits lanceurs de satellites, dont l'objectif est de réduire les délais d'attente pour les lancements de satellites à trois mois seulement. Soutenu par Skolkovo (équivalent russe de la Silicon Valley), Lin Industrial travaille sur son projet principal, le lanceur Taïmyr, qui devrait pouvoir envoyer des charges utiles de 180 kg maximum sur orbite terrestre basse. Ces véhicules pourraient rendre l'exploration de l'espace plus abordable et placer des nanosatellites et des microsatellites (jusqu'à 180 kg) en orbite. L’entreprise souhaite réaliser son premier lancement en 2020.

>>> Les mégalopoles mondiales immortalisées depuis l’espace par un cosmonaute russe à bord de l’ISS

Sputnix (petits satellites)

Première société à avoir lancé un satellite privé russe en 2014, Sputnix crée de petits engins spatiaux (microsatellites, nanosatellites, satellites au format CubeSat) et leurs systèmes de services, des stations de contrôle de mission et de réception de données, ainsi que des infrastructures au sol pour des tests fonctionnels.

De plus, elle produit également des équipements pour la formation aérospatiale. Soutenu par Skolkovo, Sputnix coopère avec Glavkosmos, filiale de Roskosmos. Cette année, elle s'est classée au sixième rang des entreprises de hautes technologies affichant la croissance la plus rapide en Russie.

Dauria Aerospace (satellites)

Fondé en 2012, le fabricant de satellites Dauria Aerospace a été la première entreprise privée à s'associer à Roskosmos. Trois de ses satellites (deux nanosatellites Perseus-M et un microsatellite DX-1) sont déjà en orbite, et deux des microsatellites Perseus de Dauria ont été vendus à la société américaine d’imagerie terrestre Aquila Space après leur lancement réussi en 2014.

Malgré la controverse et les poursuites en justice concernant deux nanosatellites MKA-N, conçus et construits pour Roskosmos en 2017 (le contact a été perdu peu de temps après leur lancement), la société poursuit ses travaux sur plusieurs projets, notamment les satellites de nouvelle génération Auriga et la plateforme Atom pour vaisseau spatial géostationnaire.

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi l’URSS a envoyé des cosmonautes étrangers dans l’espace.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies