Un matériau d’impression 3D aussi solide que le métal mis au point par des chimistes russes

Imprimante 3D, image d'illustration

Imprimante 3D, image d'illustration

Pixabay

Des chercheurs de l’Institut de combinaisons macromoléculaires de l’Académie des sciences de Russie ont présenté un nouveau matériau d’impression 3D doté d’une robustesse et d’une résistance accrues, rapporte l’agence de presse TASS, s’appuyant sur les propos de Sergueï Liouline, directeur de l’établissement.

« Nous avons proposé des matériaux sur la base de polymères thermorésistants, à partir desquels l’on produit le filament, c’est-à-dire ce fil polymère dont on alimente les imprimantes 3D. Ces filaments que nous avons testés démontrent une forte solidité dans les objets créés, de 90-100 mégapascals, quand l’acier atteint un taux de 200-300 », a-t-il en effet précisé, cité par l'agence.

Lire aussi : Trois découvertes de lauréats russes du prix Nobel qui ont changé le monde 

Selon ses dires, le principal problème de la robustesse des articles polymères réalisés à l’aide d’une imprimante 3D réside dans leur structure poreuse. Or, ce nouveau matériau permet de conserver une haute solidité malgré cette caractéristique. Il apparaît par ailleurs particulièrement résistant face à de hautes températures.

Ce matériau pourra par conséquent s’avérer utile tant dans l’industrie que dans la médecine, puisqu’il sera possible d’y recourir afin de créer des vaisseaux sanguins artificiels ainsi que des conteneurs pour la conservation du sang.

Dans cet autre article nous nous penchons sur les inventions fictives des écrivains soviétiques devenues par la suite réalité.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies