Un dispositif de contrôle cardiaque pour cosmonautes basé sur l’IA élaboré par des chercheurs russes

Pixabay

Des chercheurs de l’Institut des sciences et technologies de Skolkovo (Skoltech), à Moscou, ont mis au point un dispositif de haute précision basé sur l’intelligence artificielle et en mesure de contrôler sans interruption le travail du cœur, indique l’établissement sur son site. Cet appareil est avant tout destiné aux cosmonautes, dont l’organisme est soumis à rude épreuve durant les vols dans l’espace.

 « Une équipe de Skoltech a créé un appareil capable de suivre l’état du système cardio-vasculaire des cosmonautes durant les entrainements sur Terre, les vols, et la réhabilitation ultérieure », est-il ainsi indiqué.

Fonctionnant grâce à l’intelligence artificielle et aux plus récentes méthodes de traitement et d’analyse de données, cet appareil peut ainsi transmettre les enregistrements des cardiogrammes par un canal sans fil. Selon les scientifiques à l’origine de cette invention, une telle avancée technique pourrait toutefois avoir des répercussions bien au-delà du secteur aérospatial.

« La solution que nous avons proposée est utile non seulement pour les cosmonautes, mais également pour les personnes ordinaires sur Terre, soutient en effet Natalia Glazkova, doctorante du Centre cosmique de Skoltech. Les troubles du système cardio-vasculaire restent les causes principales de mortalité de la population en Russie et dans d’autres pays. Nous croyons qu’un tel système de collecte et d’analyse des données de l’activité cardiaque contribuera au développement des domaines de la protection de santé, de la médecine personnalisée, au perfectionnement de moyens efficaces de prophylaxie des maladies cardio-vasculaires, et aidera aussi à améliorer considérablement la qualité et l’espérance de vie ».

Dans cet autre article, nous nous penchons sur les éventuelles mutations susceptibles de survenir dans l’organisme humain dans l’espace.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies