L'obésité, nouveau fléau de santé publique en Russie?

Vladimir Vyatkin/Sputnik
L’obésité reste un problème de santé majeur en Russie, comme dans de nombreux autres pays.

En Russie, si vous avez 55 ans ou plus, vous êtes dans la tranche d'âge la plus susceptible de souffrir d'obésité, selon une étude du ministère de la Santé. Les preuves montrent que, à mesure que les gens vieillissent, ils ont tendance à faire moins d’exercice tout en mangeant à peu près la même quantité, ce qui entraîne un tour de taille important et un excès de poids.

« Les gens s'habituent à manger 3 000 calories mais ne brûlent que 2 500 calories, par exemple. Ces 500 calories supplémentaires se transforment en graisse », explique Victor Toutelian, un expert du ministère.

L'obésité est définie internationalement comme un indice de masse corporelle (IMC) de 30 ou plus. Les personnes de ce groupe ont plus de risque de développer une maladie cardiaque, le diabète et le cancer, faisant de l'obésité un sujet de préoccupation majeur.

>>> Végétarisme en Russie: comment vit-on sans viande au pays du froid?

Quelle situation en Russie?

L'obésité est en hausse en Russie. En 2016, 1 825 362 personnes (1,24% de la population) ont été déclarées cliniquement obèses, alors qu'en 2017, ce nombre est passé à 1 936 272, soit 1,3% de la population.

Les enfants de moins de 14 ans sont également de plus en plus diagnostiqués comme obèses. Le nombre de mineurs en surpoids dans le pays a augmenté de 30% depuis 2005, selon le directeur de l’Agence russe de protection des consommateurs (Rospotrebnadzor) et inspecteur sanitaire en chef russe, Anna Popova.

En outre, chaque année, quelque 135 000 jeunes hommes sont exclus du service militaire pour cause de surpoids.

Selon le Centre fédéral de recherche en matière de nutrition et de biotechnologie, parmi les Russes âgés de plus de 30 ans en 2018, 60% des femmes et 50% des hommes étaient en surpoids, avec 27% de ces hommes et 31% de ces femmes officiellement obèses.

>>>Cinq reines russes du fitness sur Instagram

Plus de nourriture, moins d'exercice

Pourquoi cela arrive-t-il ? Les autorités affirment que le principal problème réside dans l'absence d'une approche systémique en matière de sensibilisation de la population à la maladie. « Il y a trois fois plus d'adolescents et de jeunes en surpoids qu'il y a cinq ou six ans, explique Popova. Souvent, non seulement les parents omettent d’expliquer à leurs enfants pourquoi il est mauvais de trop manger ou de manger des aliments malsains, mais ils donnent aussi un mauvais exemple avec leurs propres habitudes alimentaires ».

Les experts de la santé prétendent que l'obésité en Russie est liée à de mauvaises habitudes alimentaires. Selon Angela Tarassenko du Centre fédéral de recherche en matière de nutrition et de biotechnologie, les Russes mangent trop de sel, de sucre et de matières grasses et renoncent aux fibres, aux protéines de haute qualité et aux substances biologiquement actives présentes dans les aliments naturels. 

En même temps, les gens font moins d’exercice. « Nous mangeons plus mais bougeons moins – et voilà le résultat. De plus, un bon sommeil est également important - lorsque nous dormons, nous développons des hormones qui détruisent les graisses. Beaucoup de gens ont tendance à prendre du poids à cause du stress et manger pour se calmer », dit-elle.

>>>Secrets de longévité du Caucase: que manger pour vivre jusqu'à 100 ans?

En 2017, les autorités russes ont lancé un projet visant à promouvoir un mode de vie sain. Le gouvernement espère augmenter le nombre de personnes ayant adopté un mode de vie sain de 36% (2017) à 60% d’ici 2025 et le nombre de celles qui pratiquent un sport de 34% à 45%. Pour lutter contre l'obésité et la dépendance à l'alcool et aux drogues, le gouvernement envisage de limiter les publicités télévisées pour les saucisses, les fast-foods, les sodas et les chips, et d'introduire un étiquetage plus clair des aliments.

La crise de l’obésité en Russie est-elle plus grave qu’aux États-Unis?

La Russie n'est peut-être pas un leader mondial en matière d'obésité, mais la situation reste très préoccupante. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2016, plus de 1,9 milliard d'adultes étaient en surpoids dans le monde. Parmi eux, plus de 650 millions étaient obèses.

En 2016, la Russie (avec 23,1%) se classait au 70e rang mondial du classement de l'obésité chez les adultes, tandis que les États-Unis se classaient au 12e rang (36,2). En tête de liste figurent les États insulaires du Pacifique de Nauru (61), les Îles Cook (59,9) et Palau (55,3).

En ce qui concerne les États-Unis, selon la dernière enquête nationale sur la santé et la nutrition (NHANES), 18,5% des enfants et 39,6% des adultes étaient obèses en 2015 et 2016. Il s’agit des taux les plus élevés jamais enregistrés par la NHANES.

Voici des exercices simples pour être en forme d'ici l'été.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies