Top-3 des nouvelles armes russes présentées en 2018

Maks Vetrov/Sputnik
Russia Beyond a sélectionné pour vous les exemplaires d’armement les plus importants de l'année.

Le premier drone sous-marin Poséidon

Il s’agit d’un nouveau drone sous-marin qui peut également traverser sans fin les mers et les océans grâce à un moteur nucléaire analogique.

Dans le même temps, selon le président russe Vladimir Poutine, il s'agira d'un robot silencieux pouvant atteindre sa cible en suivant le long des fonds marins.

« Je dirais à très grande profondeur et à portée intercontinentale, à des vitesses plusieurs fois supérieures à celles des sous-marins, des torpilles les plus modernes et de tous les types de navires de surface, même les plus rapides », a déclaré Vladimir Poutine en mars 2018.

Lire aussi : Spetsnaz: mythes et secrets des forces spéciales russes

Comme Poutine l’a souligné lors de son discours du 1er mars, il n’existe aujourd’hui dans le monde aucun moyen d’éliminer la menace que présente un tel complexe.

Selon les experts, Poséidon est le résultat de travaux de recherche sur les projets Status-6 - des armes de destruction massive sous-marines.

« C’est vraisemblablement un développement du projet soviétique : un robot sous-marin doit livrer discrètement une bombe au cobalt sur les côtes ennemies, dont la détonation provoque un tsunami qui peut détruire une mégalopole en un instant », a déclaré l’analyste militaire Tass Viktor Litovkine.

Selon lui, l’explosion d’une bombe au cobalt a les mêmes conséquences que celle d’une tête nucléaire : le sol devient radioactif et devient impropre à la vie à des centaines de kilomètres de l’épicentre de l’explosion.

La première tourelle robotique de l'armée russe

Au salon de l’armement Armée-2018, la société Kalachnikov a présenté au monde son combattant doté d'une intelligence artificielle, qui ressemble extérieurement à une tour avec deux mitrailleuses, comme dans le jeu Command & Conquer.

Lire aussi : Troll du ministère russe de la Défense: le nouveau calendrier humoristique de l’armée

L'intelligence artificielle du robot Kalachnikov est construite sur la base de réseaux de neurones et peut apprendre et se développer au cours du processus. Ainsi, une tourelle avec une mitrailleuse de calibre 12,7 peut détecter et reconnaître indépendamment les cibles, puis déterminer la priorité de leur importance et les détruire une par une, en fonction de la menace que chacune d’elles représente. Par exemple, supprimer d'abord un blindé avec une dizaine de combattants à bord, puis passer à des cibles uniques disséminées sur le champ de bataille.

Parallèlement, rien n'empêche une personne de désactiver les fonctions d'intelligence artificielle et de prendre le contrôle de l’appareil jusqu'à ce que la machine affiche les cibles ennemies sur le terrain.

La particularité du robot est qu’il peut fonctionner non seulement sur des cibles au sol telles que l’infanterie ou les véhicules blindés légers de l’ennemi, mais également détruire des cibles maritimes et aériennes. Ainsi, cette arme peut devenir un moyen très efficace contre les petits drones qui sont devenus une menace sérieuse pour les forces de la coalition dirigée par les États-Unis et de la Russie au Moyen-Orient.

Un tel module de combat peut être installé séparément en un point donné et en tant que partie de plusieurs « tourelles » réunies au sein d’un même réseau pour des actions concertées. Par exemple, afin de créer un périmètre de sécurité.

Lire aussi : Ces machines de guerre que l’on peut acheter sur Internet en Russie

Nouvelle «bête blindée» du FSB

Les divisions à vocation spéciale du Service fédéral de sécurité (FSB) ont reçu un nouveau véhicule de transport de troupes blindé, Falkatoust.

Ce véhicule futuriste incarne les solutions d’ingénierie les plus audacieuses et remplacera les véhicules de transport de troupes blindés désuets destinés au milieu urbain.

Falkatoust est construit sur une plate-forme de Kamaz et dispose d'un système de traction intégrale. Vu de dehors, le véhicule blindé présente un aspect très agressif.

Le véhicule aura un moteur huit cylindres de 17 litres, dont la puissance dépasse 700 chevaux. Tout cela permettra au monstre de fer de plusieurs tonnes d’accélérer à 200 kilomètres à l’heure avec 12 combattants à son bord.

La conception de la machine vous permet de protéger les personnes contre les tirs de pistolets mitrailleurs, et son fond en forme de V disperse l’onde de choc de l’explosion d’une mine.

Lire aussi : Tout ce que vous devez savoir sur le système antiaérien S-400 Triumph

Le conducteur est protégé par trois vitres blindées. Elles se situent à un certain angle, ce qui fait que l’équipage perd une partie de la visibilité devant lui, mais reçoit certains « bonus » en termes de protection contre les balles ennemies.

Le capot de la voiture est également fortement étiré vers l'avant. Ici, le problème de la « zone morte » est résolu avec des caméras vidéo supplémentaires, qui offrent au conducteur une vue complète devant lui. En général, comme pour les vidéos de stationnement en marche arrière.

Parallèlement au conducteur, un groupe amphibie de 12 personnes contrôle les côtés. Pour eux, on a placé sur les côtés de la cabine des meurtrières avec un verre à l'épreuve des balles au-dessus d'eux pour permettre de pilonner la zone latérale. Dans ce cas, les soldats peuvent contrôler les zones mortes en bas et sur les côtés du véhicule à partir d’une deuxième rangée de meurtrières situées sous la voiture.

Connaissez-vous vraiment les nouvelles armes russes ? Testez vos connaissances avec notre quiz !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies