Comment et pourquoi teste-t-on les armes nucléaires sous terre?

Getty Images
Ces essais sont susceptibles de créer un tremblement de terre et de déplacer des plaques tectoniques.

Après la première explosion d'une bombe atomique soviétique 29 août 1949, l'un des spécialistes chargés des essais, Kechrim Boztaïev, a écrit dans ses mémoires: « Terribles images d'aigles des steppes et de faucons soumis à un rayonnement lumineux : les plumes carbonisées d'un côté et les yeux blancs, ils étaient assis sur les fils communication téléphonique et n'essayaient même pas de bouger lorsque nous les avons approchés. À un moment donné, on a vu un mort, tout gonflé et si brûlé qu'il ressemblait à un cochon noir - les médecins n'avaient pas eu le temps de l'évacuer. Dans l'ensemble, une image terrifiante. Voilà les conséquences terribles que promet à l’humanité sa plus grande invention ».

Superbombes: qui des États-Unis ou de la Russie possède la plus puissante?

La première bombe nucléaire soviétique RDS-1 a été lâchée en 1949 à Semipalatinsk (dans l'est du Kazakhstan). Cependant, quelques années après le début des essais, les dirigeants soviétiques ont réalisé que peu importe la distance du public à laquelle les tests étaient réalisés, les conséquences environnementales seraient désastreuses.

Ainsi, en 1963, les puissances nucléaires (États-Unis, URSS et Royaume-Uni) ont signé le « Traité de Moscou » interdisant les essais d'armes nucléaires dans l'atmosphère, dans l'espace extra-atmosphérique et sous l'eau, et ont convenu de réaliser uniquement des essais nucléaires souterrains à l'avenir.

Explosions nucléaires souterraines

Pour ce genre d'essais, les mineurs préparent des galeries sur le site - des tunnels horizontaux ou inclinés dans le sol. De plus, chaque tunnel de ce type est renforcé à l'intérieur pour éviter que le rayonnement et la contamination nucléaires n'arrivent jusqu'à la surface et ne soient absorbés dans le sol.

Le premier tunnel soviétique atteignit 380 mètres de long et fut creusé en 1961 à l'intérieur de la roche sur une profondeur de 125 mètres. Au bout du forage, le tunnel débouchait sur une chambre d'explosion, vers laquelle on fit descendre un chariot sur rails contenant une tête nucléaire avec une capacité d'une kilotonne de TNT (20 fois inférieure à la puissance de la bombe larguée en 1945 sur Hiroshima).

L'explosion était censée faire augmenter la pression dans la chambre à plusieurs millions d'atmosphères et pour éviter cela, les tunnels ont été équipés de trois sections supplémentaires de fortifications, de sorte que les produits de la décomposition ne soient pas projetés à l'extérieur.

La première section de fortifications était composée d'un mur en béton armé et d'un remplissage de gravier de 40 mètres de long. Plus loin, on a tendu un tube pour évacuer les neutrons et les rayonnements gamma vers des dispositifs qui enregistraient le développement de la réaction en chaîne.

La seconde ligne de « fortifications » était composée de cales en béton armé de 30 mètres de long. Et la ligne extrême de « défense » faisait 10 mètres de long et était située à 200 mètres de l'épicentre de l'explosion. Là, les scientifiques ont installé plusieurs instruments pour mesurer l'onde de choc et le rayonnement nucléaire.

Le marqueur de l'épicentre de l'explosion a été indiqué sur la surface du polygone avec un drapeau spécial, au-dessus de la chambre de tir. Les testeurs ont déclenché l'explosion alors qu’ils étaient assis dans un abri antiaérien à cinq kilomètres de là.

Visuellement, l'explosion nucléaire souterraine ressemble à ceci:

La première explosion soviétique a provoqué une chute de pierres et le sol au-dessus de l'épicentre s'est soulevé de quatre mètres.

L’explosion souterraine s’est avérée la plus sûre du point de vue de l’environnement par rapport à la mer et à l’air. Après l'explosion, les experts de la dosimétrie et les travailleurs n'ont constaté aucune libération de rayonnement vers l'extérieur, et la bouche de la conduite menant à la troisième ligne de fortifications est restée intacte, ce qui a permis aux chercheurs de retirer des instruments toutes les données nécessaires.

Tremblements de terre

Par la suite, il s'est avéré que des charges nucléaires d'une certaine puissance peuvent provoquer des catastrophes et des tremblements de terre.

L'explosion nucléaire souterraine la plus puissante de l'histoire de l'armée américaine a eu lieu en 1971 sur l'île inhabitée d'Amchitka (îles Aléoutiennes, en Alaska).

Lire aussi : Pourquoi la Russie conçoit un nouveau missile nucléaire

Les scientifiques ont utilisé une bombe thermonucléaire de 5 mégatonnes pour étudier les effets sismiques d'une attaque similaire possible. Cette explosion a provoqué un tremblement de terre de magnitude 6,8 et a soulevé le sol de cinq mètres. Elle a également provoqué des affaissements de terrain le long du littoral et des mouvements de couches tectoniques sur plus de 300 kilomètres carrés.

À ce jour, il y a des dizaines de tunnels radioactifs ouverts sur le territoire de l'ex-Union soviétique - après l'effondrement du pays, l'armée de s'est pas toujours préoccupée de la conservation des installations. Un grand nombre d'« artefacts nucléaires » (déchets liés aux essais - instruments de mesure et appareils cassés, morceaux carbonisés de métal et de pierres) ont été pillés et même maintenant, vous pouvez les trouver sur le marché noir. Par conséquent, si elle le souhaite vraiment, toute personne intéressée peut obtenir son propre « morceau » de Tchernobyl...

Nous vous invitons en outre à découvrir l’histoire méconnue du scientifique allemand ayant aidé à concevoir la bombe atomique soviétique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies