Le Top-3 des systèmes russes d’artillerie

Un 2S7 Pion.

Un 2S7 Pion.

Kirill Kallinikov/RIA Novosti
Les systèmes d'artillerie jouent un rôle de premier plan sur le champ de bataille en protégeant les soldats des mortiers ennemis et en éliminant les systèmes antiaériens à des distances pouvant aller jusqu'à 50 km. Russia Beyond vous propose aujourd'hui un tour d'horizon de trois des systèmes les plus efficaces utilisés de nos jours par l'armée russe.

Koalitsiya-SV

Pour renforcer l'arsenal de la Russie, le ministère de la Défense a ce mois-ci commandé le premier lot de nouveaux canons automoteurs Koalitsiya-SV 152 mm.

Le Koalitsiya-SV doit remplacer l'obusier 2S19 Msta-S qui est utilisé par l'armée russe depuis 1989. Le nouveau système dispose de canons de calibre 52 et 152 mm. Ils sont équipés de freins de bouche qui réduisent l'énorme recul des canons, qui peuvent tirer selon à peu près n'importe quel angle.

Mais plus important encore, l'arme a une cadence de tir de 16 coups par minute : deux fois plus que la plupart des chars de combat modernes.

L'arme principale du Koalitsiya-SV est un obus hautement explosif de 152 mm, et il peut également être armé de projectiles Krasnopol à guidage laser qui utilisent la navigation par satellite pour plus de précision. Les premières machines de guerre rejoindront les rangs de l'armée russe d'ici 2020.

2S7 Pion

Au cours de la guerre froide, Moscou et Washington ont planché sur la mise au point de systèmes d'artillerie capables de réaliser des frappes nucléaires tactiques sur les champs de bataille. Les fabricants russes ont réussi à créer un tel système.

Le 2S7 Pion peut transporter jusqu'à quatre obus de 203 mm (ce qui est assez faible par rapport aux autres systèmes d'artillerie) capables d’éliminer les cibles à une distance de 37,5 km.

« Après les premiers essais nucléaires réussis, les scientifiques ont commencé à travailler sur l'application de ces technologies à tous les systèmes d'armements possibles, même aux mines terrestres et aux chars. Pourtant, les tests ont prouvé que ces types de projectiles n'étaient pas adaptés car les nuages ​​radioactifs s'étendaient autour des champs de bataille sur des kilomètres, affectant tout sur leur passage, amis ou ennemis », a déclaré Alexeï Ramm, analyste militaire du journal Izvestia, à Russia Beyond.

Comme il l'a mentionné, ces tests ont prouvé que les armes nucléaires tactiques étaient inadaptées, et le système d'artillerie Pion a reçu des projectiles conventionnels de 203 mm au lieu des ogives de destruction de masse. Cependant, les obus ont tout de même fait de ce système d'artillerie l'un des plus puissants du XXe siècle.

2S5 Giatsint-S

Le 2S5 Giatsint-S est une autre innovation soviétique créée pour tirer des projectiles nucléaires.

Mais contrairement au Pion, ce système a été doté de munitions de 152 mm pouvant aller jusqu'à 28 km. Il porte en outre jusqu'à 30 obus explosifs et peut également utiliser des missiles à guidage thermique, en grappe et à fumée. La cadence de tir est de six tours par minute et l'engin de lancement est toujours accompagné d'un support de munitions.

En plus des armes lourdes, le Giatsint comporte une mitrailleuse de 7,62 mm installée sur sa tourelle. Chaque machine de guerre possède cinq fusils d'assaut AK et un lance-roquettes installé sur le côté pour l'équipage. En cas d'attaque aérienne, il est équipé d'un système anti-aérien Strela.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer