Des étudiants de la région de Moscou découvrent une nouvelle île dans le Grand Nord russe

Roscosmos

La fonte d’un glacier dans l’archipel de la Nouvelle-Zemble est responsable de l’apparition, il y a trois mois seulement, en décembre 2017, d’une nouvelle île, avance Roscosmos, l’agence spatiale russe.

L’île, autrefois située sous le glacier Vilkitski-Ioujni, a été découverte le 31 janvier à Samara (855 kilomètres au sud-est de Moscou), lors de la 12ème Conférence de la jeunesse Korolev. Des clichés pris par les satellites de télédétection Kanopus-V (Russie), Landsat 7 et 8 et Sentinel-1 et 2 (Europe) présentent en effet cette nouvelle masse terrestre, d’une superficie de près de 0,2km².

Cette découverte est plus précisément le fruit des études d’Artiom Makarenko et Valeria Saïenko, deux étudiants venus de la région de Moscou. Les documents reconnaissant officiellement cette terre émergée nouvellement dévoilée ont par ailleurs été envoyés à la Société russe de géographie pour être approuvés définitivement.

Lire aussi : La Tchoukotka, vaste terre de l’authenticité

Revers de la médaille, les étudiants ont néanmoins tiré de bien tristes conclusions au cours de leurs recherches, notamment quant au taux alarmant de fonte des glaciers dans cette région, qui aurait doublé entre 2001 et 2015 par rapport à la période 1959-2001.

En réponse, l’Institut de physiques planétaires et solaires de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie a lancé un réseau de satellites afin d’étudier la ionosphère au-dessus de l’Arctique. Il sera ainsi possible d’analyser de manière plus précise les conditions des changements dont fait l’objet la Terre.

Les pôles terrestres réservent encore bien des secrets à l’humanité. Des scientifiques russes sont actuellement à la recherche de nouvelles formes de vie en Antarctique, des études que nous vous présentons par ici.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer