Femmes du Nord: un mode de vie qui a traversé les siècles

La péninsule de Iamal est située à 3 600 km de Moscou, le district autonome de Iamalo-Nénétsie (YNAD) est l'une des régions de Russie traversées par le cercle polaire arctique.
Ce district abrite des villes telles que Salekhard, Novy Ourengoï, Nadym, Noïabrsk. Les héroïnes de ces photographies sont des représentantes de différentes nations : les Komis, les Nenets et les Selkoups.
En 1909, Boris Jitkov, explorateur et chercheur dans le Grand Nord russe, a tenu un carnet de voyage sur la péninsule de Iamal, où il se concentre sur les populations locales, les conditions climatiques et la faune de la péninsule.
Dans son « Bref rapport de voyage sur la péninsule de Iamal », Jitkov interprète le nom  de la péninsule ainsi : « Iamal, le nom de la péninsule dans la langue samoyède, est créé à partir des mots «ia » (terre) et « mal » (fin).
Iamal est peuplée en majorité de Samoyèdes, des peuples nomades du Nord qui, d'après les observations de Jitkov, « sont des navigateurs experts, même dans une toundra complètement plate , ils peuvent dessiner le plan d'un lieu sur la neige ou le sable et ils s'orientent rapidement dès qu'ils ont une carte géographique ».
Près de 50% de la population des peuples indigènes reçoivent une éducation primaire et secondaire inférieure ; 17% d'entre eux sont totalement illettrés.
Au début de l'hiver, de nombreux Samoyèdes migrent vers le Sud à la lisière des forêts, alors que la période février-mars est une époque de migrations inverses vers les pâturages d'été. Mais certains passent l'hiver sur la côte de la mer de Kara, en général pour la chasse à l’ours.
Presque tous les Samoyèdes sont des pêcheurs. Pour eux, le poisson, avec la viande de renne, est un aliment de base.
L'élevage de rennes est la principale occupation de ces peuples. La peau est utilisée dans la construction des yourtes et dans la confection des habits. La viande est mangée ou vendue sur les marchés de la ville.
Outre la chasse à l'ours et au cerf, les Samoyèdes chassent le renard polaire et les pinnipèdes marins.
Les relations familiales sont patriarcales et les femmes n'aiment pas poser pour les photographes à cause des superstitions.
« La plupart des Samoyèdes sont officiellement répertoriés comme des païens mais en fait, ils sont indifférents à la religion. Néanmoins, il y a de nombreux sites de culte sacrificiel », écrit Jitkov en 1909.
Aujourd'hui, quelques peuples du Nord sont encore païens alors que certains sont devenus chrétiens orthodoxes ou baptistes. D'autres encore ont ajouté des saints chrétiens à leur panthéon païen de dieux.
La foi est un sujet très intime pour les petits peuples russes, qui gardent en mémoire les persécutions orthodoxes et soviétiques. Selon les témoignages de photographes et d'autres hôtes de ces peuples, on ne glane à propos d'eux que des bribes informations et des faits communs. Dès que la conversation devient plus intime ou concerne le présent, on change immédiatement de sujet.

Les habitants de la Tchoukotka, l'une des régions les plus isolées au monde, doivent survivre dans de rudes conditions. Russia Beyond vous propose dans cet article qui leur est consacré un dépaysement des plus intenses.

Les droits sur ces publications sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies