L’avion de ligne An-148 était-il un modèle à risques?

AP
Le 11 février, un avion de ligne An-148 de la compagnie Saratov Airlines s’est écrasé près de Moscou, faisant 71 victimes, alors même que le modèle était jusque-là considéré comme fiable. Russia Beyond s’est entretenu avec un spécialiste pour en apprendre plus sur les tenants et aboutissants de cette tragédie.

Dimanche 11 février, l’avion An-148, du vol 703 Moscou – Orsk (1 462 kilomètres au sud-est de Moscou), a disparu des écrans radar peu après son décollage à l’aéroport de Domodedovo. Il s’est par la suite avéré qu’il s’était écrasé près du village de Stepanovskoïé (district de Ramenskoïé, au sud-est de la capitale) sans laisser de survivants. Au moment de la tragédie 65 passagers et 6 membres d’équipage se trouvaient à bord de l’appareil.

Les causes de cette tragédie n’ayant pas encore été déterminées, les enquêteurs n’excluent pas la théorie d’une panne technique. Et pourtant, cet appareil était jusque-là considéré comme fiable.

L'Antonov An-148

L’An-148 est un avion biréacteur destiné au transport de passagers, de marchandises ou mixte sur des lignes régionales. L’élaboration de ce modèle avait été l’œuvre de sociétés russes et ukrainiennes au milieu des années 1990. Cet appareil a d’ailleurs été l’harmonieux successeur des modèles soviétiques que les compagnies nationales exploitaient auparavant.

Toutefois, l’An-148 n’a pu représenter une concurrence sérieuse face à Boeing et Airbus sur le marché international, ce qui explique pourquoi les transporteurs d’Europe et du Moyen-Orient ne se sont pas tournés vers lui. De leur côté, les compagnies russes ont fait l’acquisition de 35 de ces avions de ligne, les trouvant avantageux de par le fait qu’ils sont en mesure d’atterrir dans n’importe quel aérodrome, même ceux disposant de pistes de terre.

« Actuellement, les avions An-148 sont utilisés pour les vols internes, les unités des ministères de la Défense et des Situations d’urgence s’en servent, tout comme de petites compagnies aériennes. C’est un avion économe, qui peut parcourir 4 000 kilomètres sans ravitaillement », a confié à Russia Beyond Alekseï Gavrilenko, ancien commandant de Boeing-777.

L’An-148 a été doté d’ailes à angle de flèche modéré et d’un empennage en T. Un avion de ligne typique et bon marché, voulu pour les vols courts avec 80 passagers à son bord, estime Gavrilenko.

Précédents accidents et l’avenir après la catastrophe

Alors que l’enquête sur les causes de la tragédie se poursuit et que la panne technique est pour le moment l'une des versions privilégiées, l’expert exclut que le drame puisse se répercuter sur l’avenir de ces avions.

« Il est peu probable que l’on refuse la production de ces avions, puisqu’il s’agit d’un nouveau modèle et qu’il reste encore à déterminer la cause de cette catastrophe aérienne. Cependant, il faut émettre des réserves : il y a quelques années l’An-148 a subi un crash durant un vol de test », a-t-il également précisé à Russia Beyond.

Selon lui, le premier accident de l’An-148 s’est produit à la mi-2011, alors que le constructeur effectuait des vols de démonstration pour des clients étrangers.

« Durant le vol, le capitaine a porté l'avion à une vitesse démesurément critique, est sorti des courants aériens, et l’avion s’est littéralement disloqué en l’air », explique l’expert.

Il estime par ailleurs que si l’on découvre que cette nouvelle catastrophe est due à un défaut technique, tous les modèles d’An-148 subiront une expertise, mais que d’ici quelque temps ils s’élèveront à nouveau dans les airs.

Caractéristiques techniques :

  • Équipage minimum : 2 personnes
  • Nombre de passagers maximum : 80
  • Longueur : 29 mètres
  • Hauteur : 8 mètres
  • Envergure des ailes : 29 mètres
  • Masse maximale au décollage : 43 700 kg
  • Vitesse de croisière maximale : 870 km/h

Un homme a néanmoins réussi à échapper à cette tragédie en décidant, peu de temps avant, de repousser son vol. Un miracle sur lequel Russia Beyond revient ici.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.