Une méthode d’impression 3D venue de Sibérie pour créer des objets en lévitation

Valeriy Melnikov/Sputnik
Des scientifiques sibériens développent actuellement une nouvelle méthode d’impression 3D permettant de faire léviter les particules chimiquement agressives dans un champ acoustique.

L’Université d’État de Tomsk (TSU), en Sibérie, à 2 877 kilomètres à l’est de Moscou, élabore en ce moment même un nouveau système ultrasonique d’impression 3D, visant à élever dans les airs de petites particules.

Dans le futur, cette technique pourrait être utilisée pour imprimer en 3D des solutions et substances chaudes ou chimiquement agressives. Grâce à cette nouvelle méthode, les chercheurs ambitionnent de contrôler en l’air les particules dangereuses afin de réaliser des objets en 3D.

Lire aussi : Des scientifiques russes percent le secret des extraordinaires structures terrestres

Pour cela, ils utilisent un courant de vagues acoustiques, tandis que les niveaux de puissance sont ajustés pour augmenter le « nombre et la taille » des particules. Les scientifiques se penchent également sur un nouveau logiciel permettant de déplacer d’un côté à un autre les particules en suspension.

« En entrant dans le champ sonore et pendant la précipitation, les particules de la substance poudreuse seront réarrangées, tomberont selon les trajectoires requises et se stabiliseront selon un schéma défini. Couche après couche, les particules seront déposées dans n’importe quelle forme », a expliqué Dmitri Soukhanov, professeur supervisant cet ambitieux projet au sein de la TSU.

Lire aussi : Les dangers de la solitude: l’isolement peut-il nous rendre stupides?

Des recherches similaires sont menées en ce moment-même dans différents pays, notamment au Japon et au Royaume-Uni. Les spécialistes de Tomsk utilisent leurs propres grilles de radiateurs ultrasoniques, et développent un contrôle parallèle des émetteurs ainsi que leur propre logiciel.

Ils ont d’ores et déjà créé un modèle réduit pour la lévitation de particules, comme de la mousse. L’appareil consiste en une chambre anéchoïque (ou chambre sourde), recouverte d’absorbeurs d’ondes sonores et d’émetteurs. Les physiciens comptent à présent demander à des chimistes de sélectionner les substances et les paramètres de températures optimaux pour la fusion de particules en des objets en trois dimensions.

Autre prouesse dans ce domaine, découvrez ce chocolat russe créé à l’aide de l’impression 3D !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies