Où les startups poussent-elles en Russie?

72 incubateurs relevant des universités russes ont été passés au crible.

72 incubateurs relevant des universités russes ont été passés au crible.

Photo de presse
L’agence internationale UBI Global a évalué l’efficacité de 72 programmes des incubateurs et accélérateurs relevant des universités russes. Où crée-t-on des startup en Russie et quelles sont leurs particularités?

« L’un de nos étudiants a conçu une matière qui permet de fabriquer des jouets deux fois moins chers qu’en Chine, raconte Oleg Revine, directeur de l’accélérateur d’entreprises Capitaines de Russie auprès de l’Université Plekhanov à Moscou. Il est en troisième année et il a sa propre entreprise ».

Capitaines de Russie est l’un des accélérateurs russes dont l’efficacité a été évaluée par l’agence internationale UBI Global. « Nous avons comparé la Russie à Taiwan, au Canada et au Brésil. Ce sont des marchés différents, mais ils présentent de nombreuses similitudes, explique le fondateur et PDG d’UBI Ali Amin. Par exemple, en Russie comme au Brésil, près de 60% des accélérateurs ont vu le jour au cours des cinq dernières années ».

L’atout de la proximité avec l’Europe

Ali Amin estime qu’en Russie comme au Brésil, une « croissance explosive » des startups pourrait avoir lieu dans les prochaines années. « La Russie a cet avantage d’être proche des marchés européen et asiatique, alors que les startups brésiliennes pourraient réussir en Amérique du Nord », explique-t-il.

Plusieurs accélérateurs profitent déjà de leur proximité avec l’Europe pour lancer les startups russes sur ce marché. Ainsi, Pulsar Venture Capital, un accélérateur du Tatarstan, a ouvert un bureau en Irlande. « Les compagnies régionales russes sont convaincues qu’elles doivent d’abord se lancer à Moscou, puis s’attaquer à l’Europe, explique Pavel Korolev, directeur général de PVC. Notre propre expérience montre que ce n’est pas vrai, on peut se lancer directement sur le marché international ».

Simplement plus jeunes

Les incubateurs et les accélérateurs russes sont beaucoup plus jeunes que leurs concurrents mondiaux : leur âge moyen est de 7 ans, alors qu’en Europe, il est de 11 ans environ. Ainsi, indique le rapport UBI, ils ont développé des business-modèles qui diffèrent considérablement des modèles européens et internationaux.

« En Europe, les accélérateurs organisent également des événements pour les startups, mais ils visent plutôt la signature de contrats. En Russie, c’est principalement du networking et de la formation pour les fondateurs de startups, explique Amin. Parmi les avantages des programmes russes, on peut distinguer le fait qu’ils proposent de jouer un rôle de mentor pour les startups ».

Quand il n’y a pas d’argent

Le développement des technologies en Russie est freiné par la bureaucratie et l’absence de capitaux destinés aux startups durant la phase initiale de leur développement, estime Amin. Dans les neuf premiers mois de l’année 2016, l’activité d’investissement des fonds de capital-risque a baissé dans le pays. Telle est la conclusion tirée de l’analyse de 250 fonds, présentée par l’Association russe d’investissement de capital-risque au forum Ecosystème des innovations, qui s’est tenu à Sotchi les 5 et 6 décembre.

« Avant, le marché était porté par les compagnies nées dans les années 1990 et 2000. Les fonds des phases moyennes et récentes « écrémaient » ces entreprises, explique Evgueni Kouznestov, directeur de Russian Venture Company (RVC). Mais en 2013–2014, un déficit des volumes d’investissement s’est créé ».

Kouznetsov estime que les fonds commencent actuellement à s’intéresser aux compagnies technologiques qui sont encore aux premiers stades de leur développement. Il est convaincu que d’ici 2 à 4 dans, le marché de l’investissement en Russie entamera une croissance importante portée par les nouvelles startups.

Lire aussi :

Une start-up russe invente un moyen économique de suivre les régates en mer

Les casinos et les banques testent une nouvelle technologie de reconnaissance faciale

À Moscou, un hub pour impulser les technologies françaises en Russie