Les cinq véhicules les plus curieux du génie militaire russe

Crédit : Vitali Kouzmin

Crédit : Vitali Kouzmin

Le génie représente l’une des composantes cruciales de l’armée : toujours aux premiers rangs durant les conflits pour faciliter le déplacement des troupes, il est également important en temps de paix, aidant à restaurer les territoires sinistrés par des catastrophes. Les ingénieurs militaires russes disposent aujourd’hui de plusieurs véhicules uniques. Nous vous invitons à découvrir les cinq engins les plus curieux du génie russe.

IMR : créateur de routes

Crédit : Vitali Kouzmin

Résistants aux mines et même aux rayons gamma, les véhicules blindés de génie modernes IMR sont capables de créer une route sur presque tous types de terrain. Basé sur les châssis des chars T-72 ou T-90, l’IMR est muni d’une pelle hydraulique et d’une grue.

Deux membres d’équipage peuvent effectivement « habiter » dans le véhicule pendant trois jours sans le quitter. Il est doté de dispositifs nécessaires pour réchauffer des aliments et de l’eau et même de toilettes.

Un engin IMR peut créer une route de 12 km de longueur à une vitesse de 5 à 8 kilomètres par heure sur le terrain accidenté et de 300 à 400 mètres par heure dans une forêt dense.

L’IMR a fait ses preuves en tant que véhicule de génie durant les premiers jours après la catastrophe de Tchernobyl. Les engins de ce type étaient  les seuls capables de fonctionner à proximité du réacteur de la centrale sinistrée.

UR-77 : un « dragon » démineur

Crédit : Itar-Tass

L’UR-77, surnommée « Zmeï Gorynytch » (dragon mythique russe à trois têtes), est un véhicule de déminage, considéré par les experts comme l’un des meilleurs démineurs au monde. L’engin est armé de deux charges explosives étendues de 90 mètres de long, contenant chacune plus de 700 kg de plastic. Lancée à l’aide d’un propulseur, la charge explose sur le sol, détonant les mines et créant un couloir de sécurité de six mètres de large.

Le surnom de l’engin est dû aux charges longues qui s’étendent derrière les propulseurs au cours du lancement comme des queues de dragons.

GMZ-3 : poseur de mines

Crédit : Kirill Braga / RIA Novosti

Une sorte d’« antipode » de l’UR-77, le GMZ-3 est capable d’installer en une heure un champ de mines de plusieurs kilomètres de long, avant ou au cours d’une bataille. L’engin peut même cacher des mines sous la terre. En outre, les équipements électroniques, installées sur les versions modernes du GMZ-3, permettent d’enregistrer la position exacte de chaque mine, ce qui rend plus facile de marquer les champs sur les cartes.

Donc, tout ce qu’il reste à faire pour l’équipage, c’est de choisir la distance entre les mines, tandis que le véhicule installe et arme lui-même les explosifs.

TMM-6 : un pont à roues

Crédit : Vitali Kouzmin

Le véhicule TMM-6 peut déployer en 50 minutes maximum un pont capable de supporter des engins blindés lourds. Un TMM-6 est muni de six sections d’une longueur de 17 mètres, et est alors capable d’installer un pont de 102 mètres, trois de 34 mètres ou six de 17 mètres.

La vitesse maximale du véhicule sur route atteint 70 km/h, son autonomie étant de 1 100 km.

TMK-2 : excavatrice

Crédit : Vitali Kouzmin

Semblant un peu malitorne à première vue, l’excavatrice TMK-2 crée une tranchée de 700 mètres de longueur et de 1,5 m de profondeur juste en une heure. Des équipements additionnels qui peuvent être installés sur le véhicule, permettent d’utiliser l’engin pour des tâches très diverses d’amélioration de terrain et même pour le déneigement.

D’après les experts, le TMK-2 est facile à contrôler, et sa haute maniabilité le rend indispensable pour la création de tranchées pour des pipelines et les travaux de drainage.

 

Cet article vous a intéressé ? Réagissez en tweetant @larussie #armes


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.