«Sapin de Noël en juin»: les Russes choqués par les anomalies climatiques de l’été

Evgeniy Odinokov/RIA Novosti
Neige en juin, ouragan frappant Moscou et chaleur inhabituelle en Sibérie : 2017 a réservé de nombreuses surprises aux Russes. Les scientifiques russes estiment que ces anomalies météorologiques sont dues au réchauffement climatique.

Les habitants de Mourmansk (1 487 km  au nord de Moscou) ont eu droit à de très bonnes nouvelles le 22 juin : il ne neigeait plus dans leur ville et le thermomètre montait à 4°C. ce fut un soulagement. La veille, une tempête de neige s’était abattue sur la ville et les habitants se plaignaient du froid glacial dans leurs appartements. Le chauffage central à Mourmansk est, évidemment, coupé pendant l’été.

Mourmansk, Russie. Crédit : Global Look PressMourmansk, Russie. Crédit : Global Look Press

Si vous pensez que cette situation est normale pour Mourmansk, vous faites erreur. Mourmansk est certes l’une des villes les plus froides et les plus septentrionales de Russie, mais il ne neige généralement pas ici en juin. Toutefois, cette année est effectivement pleine de surprises climatiques.

Les forces de la nature attaquent la capitale…

Contrairement à Mourmansk, Moscou n’est pas situé sur le cercle polaire arctique et il n’y a pas eu de neige ici en juin (du moins pas encore). Mais il a bien neigé en mai : les autorités locales ont même dû annuler les vols d’avions pendant le défilé du Jour de la Victoire le 9 mai à cause des mauvaises conditions météo.

Le 12 mai, un abonné Facebook a ironiquement félicité ses voisins en postant une photo d’arbres verts recouverts de neige : « Nous sommes le 100 février, camarades ! Une date anniversaire! ».

Moscou, Russie. Crédit : Evgeniy Odinokov / RIA NovostiMoscou, Russie. Crédit : Evgeniy Odinokov / RIA Novosti

Le temps à Moscou a oscillé entre soleil et grisaille ce printemps (avec une prédominance de gris), mais la journée la plus dure de la saison tombait sans doute le 29 mai. Ce jour-là, un violent ouragan a frappé la capitale russe, le vent a arraché des arbres et des toits d’immeubles.

C’était une véritable catastrophe naturelle qui a fait 18 victimes. À côté de cela, toutes les autres surprises, comme le 15 juin qui fut le plus froid en 138 ans avec un thermomètre oscillant autour de 10°C, ne font pas grand effet.

… et à toutes les régions

Kazan, Russie. Crédit : Global Look PressKazan, Russie. Crédit : Global Look PressEn 2017, la météo semble être devenue folle à travers toute la Russie. Cependant, cela ne veut pas dire qu’il neige partout : la Mère Nature est bien plus inventive. Par exemple, alors que la neige s’est arrêtée à Mourmansk, la région de la Sibérie orientale souffre d’une vague de chaleur anormale. Selon Oksana Salnikova, météorologue de Krasnoïarsk (3 352 km à l’est de Moscou), la température dans sa ville frôlait le record absolu avec 37°C le 21 juin.

Dans le sud de la Russie, c’est la pluie qui tourmente les habitants. Vladikavkaz, la capitale de la république d’Ossétie du Nord (1 503 km au sud de Moscou), avait des airs de Venise début mai : les rues étaient inondées et les voitures qui tentaient de se déplacer ressemblaient à des bateaux ou des sous-marins.

Les pluies torrentielles continuent et certains villages de montagne de plusieurs centaines d’habitants sont désormais coupés de la civilisation : les coulées boueuses ont détruit les ponts les reliant à la « terre ferme ». « Plus d’eau, ni de gaz ni d’électricité – voici comment nous vivons ici », s’écrie une habitante d’un de ces villages. Le ministère des Situations d’urgence évacue actuellement les résidents des villages.

Les conditions climatiques varient d’une région à l’autre avec leurs phénomènes spécifiques. « Dites, allons acheter de l’alcool et un sapin, il est temps de fêter le Nouvel An ! », lance déclare un chauffeur de Tchita (4 737 km à l’est de Moscou) à ses amis à propos de la forte grêle recouvrant le sol comme de la neige en ce mois de juin.

République du Tatarstan, Russie. Crédit : Global Look PressRépublique du Tatarstan, Russie. Crédit : Global Look Press

Les habitants de la région de l’Oural ont assisté à des tornades sans précédent qui auraient toute leur place quelque part dans le désert de l’Arizona. Heureusement, contrairement à l’ouragan de Moscou, ces anomalies n’ont fait aucune victime. Mais la question demeure : que se passe-t-il ?

Dites bonjour au réchauffement climatique

Les scientifiques russes sont convaincus que les anomalies actuelles sont étroitement liées au comportement inhabituel des fronts atmosphériques. Dmitri Kiktev, directeur adjoint du Centre hydrométéorologique de Russie, explique qu’avec le réchauffement climatique, le froid arctique et la chaleur du sud passent plus facilement à travers l’atmosphère sans se mélanger, ce qui provoque des changements permanents du temps, qui passe du froid au chaud et vice versa. « Le climat devient plus nerveux, affirme Kiktev au quotidien Kommersant. Et nous pouvons désormais ressentir l’effet de ce processus nous aussi ».

Lire aussi : 

La Russie en première ligne face au danger du réchauffement climatique

Le printemps s’installe (finalement) en Russie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer