Comment la Russie a géré la vague de froid

Global Look Press
Moins quarante-six degrés dans différentes régions du pays, des centaines de victimes d’engelures hospitalisées et des héros malheureux faisant du vélo autour du Kremlin par moins trente degrés : comment la Russie a affronté la première moitié de janvier.

Crédit : Global Look PressCrédit : Global Look Press

La première quinzaine de janvier rime pour les Russes avec longues vacances bien méritées, onze jours fériés allant du Nouvel an au Noël orthodoxe. Mais cette année, les records de froid ont forcé les habitants du centre de la Russie à troquer leurs promenades en famille pour des fêtes en intérieur. Et pas toujours au chaud.

À Krasnogorsk (ville mitoyenne de Moscou), où la température était descendue jusqu’à –32°C, une panne dans une chaudière locale a laissé douze mille personnes sans chauffage. « Nous avons passé deux nuits en manteau, avec les plaques de cuisson au gaz allumées et des radiateurs électriques, mais ça n’a servi à rien, déplore un habitant. Les fenêtres étaient couvertes de glace, on ne voyait plus rien à travers ».

Situation d’urgence sur les routes

« Je n’ai pas souvenir d’avoir jamais eu autant de travail à cette période de l’année, a raconté à son tour à RBTH Igor Katsiouba, commandant du bataillon de recherche et de sauvetage du ministère des Situations d’urgence. Les gens étaient bloqués sur les routes par familles entières, les voitures paralysées par le froid. La situation était d’autant plus complexe que par un froid pareil, les téléphones portables se déchargent en un instant, les gens ne pouvaient pas appeler les secours. Nous avons dû parcourir les grands axes en permanence avec de puissants systèmes de chauffage. Plus de cent personnes ont été évacuées à l’hôpital. Dans le territoire de Perm (1200 km au nord-est de Moscou), dans la région de Sverdlovsk (1500 km au nord-est de Moscou), même les anciens n’ont pas souvenir de froids pareils. La température a chuté jusqu’à –45°C ».

Dans le territoire de Khabarovsk (Extrême-Orient) et la région de Nijni-Novgorod (450 km à l’est de Moscou), les températures sont même descendues un degré plus bas : moins quarante-six. Et si les habitants de Khabarovsk étaient plus ou moins préparés à lutter, pour les habitants de Nijni-Novgorod, de telles températures étaient inattendues. « Je ne me souviens pas d’avoir vu les rues aussi vides à Noël », affirme Andreï Beliaïev, 36 ans, habitant de la ville.

Ne pas se réchauffer près du feu

À Moscou, les habitants ont été témoins des températures les plus basses dans la capitale durant la nuit de Noël (fêtée selon la tradition orthodoxe dans la nuit du 6 au 7 janvier, ndlr), avec un mercure descendant jusqu’à –30°C, voire jusqu’à –33,4°C. La capitale n’avait pas connu de froid pareil à Noël depuis 120 ans !

Plus de soixante-dix vols ont été retardés ou annulés dans les aéroports. Le ministère de la Santé a déclaré l’alerte orange dans la ville, demandant aux habitants de ne pas sortir de chez eux sans nécessité, mais malgré tout, 129 personnes frappées par le gel ont été admises dans les hôpitaux de la ville. Deux sont décédées.

Igor Valeïev, 25 ans, n’a eu besoin que de quarante minutes pour finir à l’hôpital « Je pensais m’être habillé chaudement, et puis ma voiture a refusé de démarrer, raconte-t-il à RBTH. Je devais aller rendre visite à ma famille. J’ai essayé de démarrer le moteur. Je ne me suis pas aperçu que mes doigts et mes orteils s’engourdissaient. Quand je suis arrivé à l’hôpital, ils étaient déjà couverts de cloques. Les médecins m’ont dit que j’avais eu de la chance : une demi-heure de plus et il aurait fallu amputer ».

Crédit : Sergeï Pyatakov / RIA NovostiCrédit : Sergeï Pyatakov / RIA Novosti

« Par des froids pareils, il faut s’habiller le plus chaudement possible, mais il est préférable de ne pas sortir du tout, ont expliqué à RBTH les employés du centre d’aide médicale d’urgence du ministère de la Santé. La principale erreur que font les personnes gelées est de s’asperger d’eau bouillante, ou bien de placer leurs membres gelés sous l’eau chaude, ou encore de se les frictionner. Il ne faut surtout pas faire ça ! Il faut se réchauffer avec de l’eau à peine tiède et augmenter peu à peu sa température. Et le mieux est de placer sur ses membres touchés un pansement isolant : une couche de coton et un bandage par-dessus. Et il ne faut pas se réchauffer près du feu, cela peut causer l’apparition de caillots sanguins ».

Le froid a maintenant reculé dans la plupart des régions de Russie, mais dans certaines régions, en particulier en Sibérie et en Extrême-Orient, le niveau orange est toujours en vigueur.

Parade à vélo par –30°C

Mais les Russes ne seraient plus russes s’ils ne testaient pas leur propre résistance par de tels froids.Dans la ville de Klimovsk, près de Moscou, deux habitants ont découpé dans une rivière gelée une ouverture de la taille d’un jacuzzi et y ont pris un bain – mais sans champagne.

 

 

 

 

 

Toutefois, ce sont les Moscovites qui ont fait la une des journaux : le 8 janvier au matin, alors que le thermomètre indiquait moins trente et un degrés, ils ont organisé une parade à vélo, parcourant 14 kilomètres du Quai Frounzenskaïa au Kremlin, puis en sens inverse. Aucun des participants n’a demandé d’aide médicale. Ekaterina, 26 ans, s’est même plainte à RBTH : « Franchement j’avais plutôt chaud à force de pédaler, j’étais en nage ».

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Lire aussi :

Les joies de l’hiver dans le parc central de l’URSS

Capitale du gel: la vie du grand nord russe en images

La Sibérie en hiver: quatre sports de saison dans un décor de rêve

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.