Baba Yaga & Co: de quoi ont peur les enfants russes?

Getty Images
Partout dans le monde, les parents racontent des histoires d’épouvante à leurs enfants désobéissants, et la Russie ne fait pas exception. D’affreux personnages de conte de fées, des policiers et même Dieu tout-puissant en personne – voici ce que les Russes utilisent pour effrayer leurs enfants.

Tout a commencé quand Irina Lechkova, une psychologue moscovite, a demandé à ses amis sur Facebook de décrire comment leurs parents et leurs proches les effrayaient dans leur enfance (si tel était le cas). Ensuite, elle a expliqué dans un article rédigé pour Letidor avoir été assez choquée par l’afflux de commentaires – une centaine – racontant parfois des histoires réellement terrifiantes. 

Les psychologues s’accordent à dire qu’il est irresponsable et nuisible d’effrayer volontairement les enfants ; cela peut nuire à leur estime de soi et instaurer chez eux une méfiance envers leurs parents. Néanmoins, il est intéressant d’étudier les manières dont les Russes épouvantent leurs enfants et leurs motivations.

Baba Yaga, Babay et autres méchants des contes de fées

Baba Yaga. Crédit : Roman Papsuev Baba Yaga. Crédit : Roman Papsuev

La tradition consistant à raconter des histoires d’épouvante sur les sorcières et les esprits maléfiques existe dans le monde entier. Ainsi, il n’est pas surprenant que parmi les personnages les plus « expérimentés » utilisés pour effrayer les enfants en Russie l’on retrouve Baba Yaga, la vieille et vilaine sorcière des légendes anciennes. Avec ses cheveux gris et ses dents pointues, elle vole dans un mortier, pratique la magie noire et est toujours prête à goûter de la chaire d’enfant. Il est vraiment terrifiant pour un enfant d’entendre « Si tu n’arrêtes pas tes bêtises, Baba Yaga te mangera ! », tant qu’il ou elle n’a pas grandi et cessé de croire aux contes de fées.

Barmaley (méchant pirate-cannibale du conte de Korneï Tchoukovski) et Babay sont deux autres monstres célèbres. Le fait que personne ne sache qui est Babay ni à quoi il ressemble en fait le monstre le plus intéressant. Le mystère rend Babay d’autant plus terrifiant pour les enfants qu’ils peuvent imaginer la créature la plus épouvantable qui soit.

Dans sa réponse au post d’Irina Lechkova, Denis Goussakov écrit que, dans son enfance, on lui disait que Babay vivait derrière les grilles de ventilation de la maison de ses parents et dévorait ceux qui mangeaient lentement leur soupe. À la question : « Comment avez-vous réagi ? », il répond qu’il a longtemps eu peur du noir et qu’il « mangeait sa soupe très vite ».

Criminels et flics

Crédit : Vladimir Pesnya / RIA NovostiCrédit : Vladimir Pesnya / RIA Novosti

Les parents utilisent des menaces plus vraisemblables pour effrayer les enfants plus âgés. L’enfant tremblera certainement d’effroi si on lui dit que des « méchants » viendront le prendre à ses parents. Par exemple, Natalia Znakhourenko a confié à Irina Lechkova que, dans son enfance, elle avait toujours peur que des « hommes ivres »  ne la kidnappent dans la rue. Elle déteste les ivrognes depuis.

En URSS, un peuple en particulier était utilisé comme épouvantail pour les enfants, les Tsiganes. On les utilisait pour dire aux mineurs que s’ils n’étaient pas sages, les Tsiganes les voleraient et les amèneraient Dieu sait où. Cette légende s’explique par les racines nomades des Tsiganes. « Ils portaient généralement de gros sacs et, chaque fois que nous les croisions, nous avions peur qu’ils nous mettent dans ces sacs avant de s’enfuir », a raconté Oleg, 43 ans.

Ironie du sort, ceux qui rapportent leurs frayeurs d’enfance ont tendance à mettre les criminels et les policiers dans le même sac. Certains disent que leurs parents les ont même amenés au poste de police en faisant mine de les y laisser. La peur des autorités persiste chez les enfants depuis l’époque soviétique.

À l’époque, les parents effrayaient généralement leurs enfants en disant : « Si tu continues à te comporter ainsi, tu seras expulsé des jeunes octobristes / pionniers (organisations d’enfants et de jeunesse) ! ». Il n’y a plus d’octobristes ni de pionniers, mais la police existe toujours et on l’utilise pour faire peur aux mineurs.

Abandon

Crédit : Getty ImagesCrédit : Getty Images

La plus grande peur pour un jeune enfant est sans doute de se retrouver sans son père et sa mère. C’est pourquoi la menace la plus répandue et la plus cruelle utilisée contre les enfants en Russie est de les abandonner dans un orphelinat. Au moins deux personnes ayant commenté le post de Lechkova se rappelaient que leurs parents les avaient amenés dans de véritables orphelinats en faisant semblant d’avoir changé d’avis au dernier moment.

Lechkova pense que ces ruses constituent pour les enfants une torture inexcusable de la part des parents. « Je me mets à la place d’un enfant de 4 ans menacé d’être abandonné dans un orphelinat et je suis saisie d’effroi. La personne qui m’est la plus proche au monde, ma mère, me rejette ! », écrit la psychologue.

Force supérieure

Crédit : Getty ImagesCrédit : Getty Images

Dans les familles russes croyantes, les aînés disent parfois aux enfants que Dieu les punira s’ils ne se comportent pas correctement. Par exemple, l’internaute qui répond sous le pseudo Aqua Luminaris écrit : « Ma famille me faisait peur en m’annonçant une punition divine qui pourrait se produire sans que je sache quand exactement ». Cela semble marcher avec certains adultes également.

Les enfants qui craignent particulièrement Dieu ont souvent peur même si leurs parents ne les effrayent pas à dessein. « Un jour, ma mère m’a lu un chapitre de la Bible qui décrit le déluge de Noé. Cela m’a tellement marqué que j’étais terrifié chaque fois qu’il pleuvait – je pensais que Dieu avait l’intention d’exterminer l’humanité une fois de plus », nous raconte Egor, 24 ans.

Lire aussi : 

Éducation nomade: comment les enfants de la taïga vont à l’école

Les miniatures de Palekh s’inspirent des contes de fées et des motifs russes

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.