Méga-usines de Russie: l’Usine métallique de Leningrad, le top de la turbine

Une turbine peut peser jusqu’à 1 500 tonnes et mesurer  environ 60 mètres de long. Une turbine de ce type a été fabriquée pour la centrale nucléaire de Leningrad et devrait entrer en service en 2018.

Une turbine peut peser jusqu’à 1 500 tonnes et mesurer environ 60 mètres de long. Une turbine de ce type a été fabriquée pour la centrale nucléaire de Leningrad et devrait entrer en service en 2018.

Slava Stepanov | <a href=" geliovostok.ru"> geliovostok.ru</a>
Les turbines fabriquées par cette usine, l’une des plus anciennes et des plus grandes en Russie, sont distribuées dans le monde entier. RBTH vous invite à la voir de vos propres yeux.
L’Usine métallique de Leningrad, Leningradsky Metallichesky Zavod (LMZ) en russe, est le plus grand fabricant russe de machines électriques et de turbines. Installée à Saint-Pétersbourg, cette usine fonctionne depuis 160 ans. L’usine a été fondée en 1857 par Sergueï Rasteriaïev, membre éminent de la bourgeoise russe. Il était l’un des rares marchands et hommes d’affaires autorisés à utiliser l’emblème national de l’Empire russe. Rasteriaïev commença par recruter les meilleurs et les plus brillants esprits allemands, mais en 1924, ce sont des ingénieurs russes qui créèrent les toutes premières turbines à vapeur et à eau en Russie.
La révolution de 1917 effaça l’héritage bourgeois et mit la construction au premier plan, avec de nouveaux chantiers surgissant sans cesse. La capacité énergétique des turbines prit de l’ampleur et, en 1963, les ingénieurs de l’usine créèrent la plus grande et la plus puissante turbine à axes radiaux pour la centrale hydroélectrique de Krasnoïarsk.
L’usine a toujours voulu être « la plus grande et la plus puissante ». En 1977, elle lança la fabrication de groupes hydrauliques et ses machines se répandirent rapidement à travers le monde.
Actuellement, une turbine sur dix dans le monde est fabriquée par LMZ.
Après la dissolution de l’Union soviétique, l’usine fut rattachée à la plus grande société de l’industrie des centrales électriques de Russie, Silovye Machiny (« machines électriques »). Mais le superlatif « la plus grande » ne lui suffisait pas. La société décida d’investir du temps et de l’argent dans la R&D pour concevoir et créer des produits de grande qualité.
Selon les chiffres du groupe, depuis sa création et jusqu’en 2017, l’usine a fabriqué plus de 2 150 turbines à vapeur et 790 turbines à eau.
À l’époque soviétique, la géographie commerciale se limitait aux pays amis de l’URSS, ce qui s’inscrivait dans la stratégie globale de l’époque. Outre les républiques soviétiques, la Chine, l’Inde et les pays d’Amérique latine figuraient parmi les principaux consommateurs.
Aujourd’hui, il serait difficile de trouver un continent – du Canada et des États-Unis,  à l’Afrique et à l’Asie – sans aucune turbine fabriquée par LMZ.
Parmi les projets internationaux les plus impressionnants figurent des centrales en Iran, en Chine et au Mexique.
La plupart des centrales russes utilisent également des turbines fabriquées par LMZ. Ses ingénieurs ont construit la centrale hydroélectrique de Saïano-Chouchensk, la plus grande en Russie. En août 2009, elle a subi un accident terrible qui a provoqué l’inondation de l’ensemble des machines.
La turbine à vapeur de la centrale nucléaire de Beloïarsk est l’un des projets les plus récents et les plus remarquables. Contrairement à d’autres centrales nucléaires, celle-ci possède un réacteur à fission rapide, un projet innovant de l’industrie nucléaire russe.
Les unités qui fabriquent les turbines à eau.
La fabrication de turbines est un processus long. Les ingénieurs de l’usine mènent des tests à l’issue de chaque étape de production. L’usine est même équipée d’une chambre sous vide spéciale où les futures turbines peuvent être testées dans des conditions de fonctionnement réelles.
Actuellement, les ingénieurs de l’usine travaillent sur une roue à turbine hydraulique qui pèsera 250 tonnes, la plus lourde roue de l’histoire de l’usine.
L’usine couvre une surface de plus de 190 hectares et chaque centimètre carré est utilisé pour la fabrication de roues, de turbines et d’autres pièces pour les futures centrales.
À ne pas manquer