Pourquoi un hymne orthodoxe russe a-t-il été interprété lors des funérailles d'Elizabeth II?

Jonathan Brady/AFP
Il s'agirait du dernier hommage de Sa Majesté à son défunt mari.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le fait d'entendre une prière orthodoxe interprétée aux funérailles de la reine Elizabeth II aux côtés des principales caractéristiques d'un enterrement anglican traditionnel a laissé certains observateurs perplexes. Pourtant, il n'y a pas de quoi être surpris. Elle aurait été exécutée à la demande de Sa Majesté elle-même.

Le Kontakion des défunts

Lors des funérailles de la reine Elizabeth II, juste après le psaume 121 – Je lève mes yeux vers les montagnes – qui a ouvert l’office, le chœur s’est mis à interpréter en anglais l’hymne orthodoxe désigné dans le programme même de la chapelle Saint-Georges de Windsor comme Kontakion des défunts russe. Cette ancienne prière trouve ses racines dans la liturgie orthodoxe russe.

Les paroles de cet hymne sont les suivantes :

« Fais reposer parmi les Saints, ô Christ, l’âme de tes serviteurs,

en un lieu d’où sont absents la peine, la tristesse, les gémissements,

mais où se trouve la vie éternelle.

Toi seul, Seigneur, tu es immortel,

Auteur et Créateur du genre humain ;

nous les mortels, qui de la terre avons été formés,

vers cette même terre nous nous acheminons,

comme l’a prescrit mon Créateur, lorsqu’il m’a dit :

Tu es poussière et vers la poussière tu retourneras.

C’est là que nous allons, nous tous, les mortels,

et en guise de lamentation funèbre, chantons :

Alléluia, alléluia, alléluia. »

Dans l'Église orthodoxe russe, cet hymne est traditionnellement interprété lors des services dédiés aux défunts. Il s'agit notamment des funérailles et des services commémoratifs, ainsi que des services du Samedi des parents, un jour de commémoration spéciale pour les chrétiens orthodoxes décédés.

En substance, la prière exprime la douleur du deuil, tout en rappelant aux gens l'espoir chrétien de la vie éternelle. En chantant cette prière, les croyants demandent à Dieu de faire reposer l'âme qui vient de quitter le corps dans le même lieu où résident celle des saints.

Pourquoi a-t-il été joué lors des funérailles de la reine Elizabeth II ?

Aucun commentaire officiel n'a été fourni par le palais de Buckingham quant à la raison pour laquelle l'hymne orthodoxe a été inclus parmi d'autres prières traditionnellement anglicanes. Toutefois, ce même Kontakion avait également retenti lors des funérailles du mari de la reine, le duc d'Édimbourg, en 2021.

Selon les médias, Elizabeth II aurait donc souhaité inclure dans son service funèbre cette prière orthodoxe afin de rendre un dernier hommage à son mari, le prince Philip, et à ses racines orthodoxes.

L'adhésion du prince Philip à la foi orthodoxe

Le duc d'Édimbourg, qui est le parrain de l'enfant, soulève la petite princesse Maria («Tania») des fonts baptismaux après son baptême à l'église orthodoxe serbe. Le bébé est la fille de la nièce du duc, la princesse Christine de Hesse-Cassel, et du prince André de Yougoslavie.

Les racines russes du prince Philip sont bien connues. Les ancêtres paternels et maternels du duc d'Édimbourg étaient apparentés à la famille impériale des Romanov.

Initialement adepte de l'Église orthodoxe grecque, Philip a dû se convertir à l'anglicanisme pour épouser la princesse britannique.

Plus tard dans sa vie, le prince Philip aurait tenté en privé d'explorer ses racines en visitant le mont Athos, un important centre du monachisme orthodoxe oriental. Les observateurs ont en outre remarqué qu'en faisant le signe de croix, il le réalisait à la manière orthodoxe, de droite à gauche.

Dans cet autre article, nous revenions sur les liens qui existaient entre Elizabeth II et la Russie.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies