La liste complète des lauréats russes du prix Nobel

Russia Beyond (Vladimir Astapkovitch/Sputnik, Boris Bobanov/Sputnik)
Après la remise à Dmitri Mouratov du prix Nobel de la Paix en octobre 2021, nous revenons sur les autres lauréats russes de divers prix Nobel au fil de l’histoire du pays.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Empire russe

Ivan Pavlov - Physiologie et médecine, 1904

Célèbre pour ses expériences sur des chiens, pionnier de la physiologie, Pavlov a été le premier lauréat du prix Nobel de Russie. Il a été récompensé pour ses travaux sur la physiologie digestive. En savoir plus sur Pavlov ici.

Élie Metchnikoff - Physiologie et médecine, 1908

Biologiste célèbre et pionnier de l'embryologie, Metchnikoff était aussi qualifié de « père de l'immunité innée » ; c’est lui qui a découvert l'immunité à médiation cellulaire. Cependant, lorsqu'il a obtenu le prix « pour ses travaux sur l'immunité », il travaillait depuis déjà une décennie en France, ayant rejoint l'institut Louis Pasteur. En savoir plus sur la découverte de Metchnikoff ici

Époque soviétique

Ivan Bounine - Littérature, 1933

Ivan Bounine avait déjà émigré en France lorsqu'il a reçu le prix Nobel pour le talent artistique avec lequel il a recréé le personnage russe archétypique de la prose littéraire. Pour en savoir plus sur le premier Russe à avoir décroché cette récompense, cliquez ici

Nikolaï Semionov - Chimie, 1956

Semionov est le seul lauréat soviétique du prix Nobel de chimie. Il a remporté le prix pour ses travaux sur le mécanisme de la transformation chimique, en collaboration avec un physicien-chimiste britannique Sir Cyril Norman Hinshelwood.

>>> Cinq secteurs dans lesquels la Russie occupe les premiers rangs mondiaux

Boris Pasternak - Littérature, 1958

Après que son chef-d’œuvre Docteur Jivago, interdit en URSS, a été publié en Occident (non sans l'implication de la CIA), l'Académie suédoise l'a récompensé pour ses importantes réalisations à la fois dans la poésie lyrique contemporaine et dans le domaine de la grande tradition épique russe. Le prix a provoqué un scandale en Union soviétique et après une campagne d'intimidation, Pasternak a été contraint de refuser le prix.

Pavel Tcherenkov, Igor Tamm et Ilya Frank - Physique, 1958

Trois physiciens ont partagé le prix Nobel pour la découverte du rayonnement Tcherenkov qui a été faite dans les années 1930. Tcherenkov a d'abord remarqué la lueur bleue d'un réacteur nucléaire sous-marin, puis lui et ses collègues ont étudié et décrit le phénomène.

Lev Landau - Physique, 1962

Landau a massivement contribué au développement de la physique théorique et est considéré comme l'un des fondateurs de la soi-disant « école de Landau » en physique. Il a été reconnu pour ses théories pionnières sur la matière condensée, en particulier l'hélium liquide.

Alexander Prokhorov et Nikolaï Bassov - Physique, 1964

Les créateurs du laser, deux physiciens talentueux, ont reçu le prix « pour des travaux fondamentaux dans le domaine de l'électronique quantique, conduisant à la construction d'oscillateurs et d'amplificateurs basés sur le principe du maser-laser ». Ils ont partagé le prix avec le scientifique américain Charles H. Townes qui travaillait dans le même domaine.

Mikhaïl Cholokhov - Littérature, 1965

L'auteur du roman épique Le Don paisible a été récompensé « pour le pouvoir artistique et l'intégrité avec lesquels, dans son épopée du Don, il a exprimé une phase historique dans la vie du peuple russe ». Cette fois, les autorités soviétiques ont reconnu le prix.

Alexandre Soljenitsyne - Littérature, 1970

L'auteur qui a lutté contre les horreurs des camps de travail soviétiques, puis a fait découvrir le goulag au monde entier, a été récompensé « pour la force éthique avec laquelle il a poursuivi les indispensables traditions de la littérature russe ». Par la suite, les Soviétiques ont lancé une campagne de propagande contre Soljenitsyne, et il n'a pu recevoir son prix que huit ans plus tard. En savoir plus sur ses ouvrages ici

>>> Quatre Russes du XIXe siècle qui ont changé la donne en médecine

Leonid Kantorovitch - Sciences économiques, 1975

Ce mathématicien et économiste soviétique était l'un des fondateurs de la programmation linéaire. Il a partagé le prix Sveriges Riksbank en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel avec le Néerlandais-Américain Tjalling C. Koopmans « pour leurs contributions à la théorie de l'allocation optimale des ressources ».

Andreï Sakharov - Paix, 1975

Andreï Sakharov était l'un des fondateurs des armes thermonucléaires, mais aussi un dissident et un militant des droits de l'homme. Il a été récompensé « pour sa lutte pour les droits de l'homme en Union soviétique, pour le désarmement et la coopération entre toutes les nations ». Cinq ans plus tard, on lui demandera de quitter l'URSS pour son activisme politique et sa campagne contre la guerre en Afghanistan.

Piotr Kapitsa - Physique, 1978

Sommité de la physique soviétique et fondateur de l'Institut des problèmes physiques, Piotr Kapitsa a été récompensé « pour ses inventions et découvertes fondamentales dans le domaine de la physique des basses températures ».

Joseph Brodsky - Littérature, 1987

Bien qu'il ait émigré aux États-Unis en 1972 et ait commencé à écrire en anglais, Joseph Brodsky est resté un poète très russe. Intellectuel majeur, professeur de littérature russe dans les universités américaines, il a été récompensé « pour une œuvre globale empreinte de clarté de pensée et d'intensité poétique ».

Mikhaïl Gorbatchev - Paix, 1990

Le premier président soviétique est toujours l'un des hommes politiques les plus controversés de Russie, de nombreuses personnes le blâmant pour l'effondrement de l'URSS tandis que d’autres le louent pour la perestroïka et la liberté d'expression. Gorbatchev fait partie des responsables de la chute du mur de Berlin. Il a été récompensé « pour le rôle de premier plan qu'il a joué dans les changements radicaux dans les relations Est-Ouest ».

Russie moderne

Jores Alferov - Physique, 2000

Physicien de renom et député du Parlement russe, Alferov a été récompensé «pour le développement d'hétérostructures semi-conductrices utilisées en haute vitesse et en optoélectronique ». Il a partagé le prix avec le physicien allemand résidant aux États-Unis Herbert Kroemer, qui travaillait indépendamment dans le même domaine.

Alexeï Abrikossov, Vitali Guinzbourg - Physique, 2003

Vitali Guinzbourg a participé aux travaux des précédents lauréats du prix Nobel Tcherenkov et Landau, et a été l'un des auteurs de la théorie de la supraconductivité de Guinzbourg-Landau. Leur collègue Abrikossov a aidé à développer la théorie en découvrant un fluxon appelé « vortex d'Abrikossov ». Depuis le début des années 1990, il vit aux États-Unis. Les deux grands physiciens ont partagé le prix avec le médecin anglo-américain Sir Anthony James Leggett « pour leurs contributions pionnières à la théorie des supraconducteurs et superfluides ».

Konstantin Novosselov - Physique, 2010

Le scientifique Novosselov a quitté le pays dans les années 1990 et, aux Pays-Bas, il a rencontré un autre physicien d'origine russe, Andre Geim. Ils ont commencé à travailler ensemble, puis ont déménagé au Royaume-Uni, où ils ont continué à collaborer. Ils sont surtout connus pour avoir découvert le graphène. Et ils ont partagé le prix Nobel « pour leurs expériences révolutionnaires sur un matériau bidimensionnel, le graphène ».

Dmitri Mouratov - Prix Nobel de la Paix 2021

Le rédacteur en chef du journal Novaïa Gazeta a été récompensé au côté de la journaliste philippine Maria Ressa « pour leurs efforts visant à préserver la liberté d'expression, qui est une condition préalable à la démocratie et à une paix durable ». Il est symbolique que Mouratov ait reçu le prix à l'occasion du 15e anniversaire de la mort d'Anna Politkovskaïa, une journaliste de Novaïa Gazeta assassinée en raison de ses articles révélant des violations des droits humains en Russie et en Tchétchénie. En savoir plus sur Dmitri Mouratov ici

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies