La pandémie affecte-t-elle toujours les projets estivaux des Russes?

Nikolay Gyngazov/Global Look Press

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Alors que l’année 2020, qui entrera sans doute dans l’histoire comme celle de la pandémie de Covid-19, a perturbé les projets estivaux de Russes – des études montrent que plus de la moitié des citoyens de la plus grande contrée du monde avaient alors renoncé aux congés d’été – cette année, l’impact est toujours ressenti, bien que nettement amorti.

Comme l’écrit l’agence d’informations RIA Novosti, en 2021, le taux de Russes ayant décidé de renoncer à leur congé estival est de 30% environ.

Lire aussi : Comment les Russes s’adaptent aux règles de jeu imposées par la Covid-19? 

Se fondant sur les données fournies par les experts du service Zarplata.ru, l’agence cite parmi leurs motivations l’encombrement des sites touristiques. Au rang des autres facteurs ont été mentionnés la fermeture des frontières avec la plupart des pays (19%), les cours du dollar (16%), une situation épidémiologique difficile (14%) et un manque de moyens (11%).

La décision de fermer la liaison aérienne avec la Turquie – destination de prédilection des touristes russes – a également joué un rôle.

Datcha et nature

Parmi ceux qui n’ont pas renoncé aux projets de se reposer cet été, 23% mentionnent un séjour à la datcha ou dans la nature (23%), 15% préfèrent cependant rester à la maison et 9% n’ont pas encore décidé.

Parmi les Moscovites et les habitants de la capitale du Nord, les destinations phares sont la Crimée, la région de Kaliningrad et celle de Krasnodar (sud).

L’enquête a été réalisée du 25 au 30 avril 2021 auprès de 2 000 représentants de tous les sujets de la Fédération.

En suivant ce lien, retrouvez notre quiz visant à déterminer quelle devrait être votre destination de voyage en Russie après la pandémie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies