En images: Kecha, l’unique et emblématique chat de l’archipel arctique du Svalbard

Centre du tourisme arctique Grumant
Sur l'archipel du Svalbard, occupé par les Norvégiens et les Russes, il est interdit de posséder des animaux de compagnie. Cependant, le chat Kecha a réussi à contourner l'interdiction: selon ses documents, il s’agit d’un... renard.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Environ 3 000 personnes vivent sur l'archipel norvégien du Svalbard, dans l'océan Arctique. L'écrasante majorité de la population est norvégienne, tandis que les Russes vivent dans la petite colonie de Barentsbourg – ils peuvent y mener des activités économiques en raison du statut spécial de l'archipel. C'est dans cette colonie, parmi les bâtiments résidentiels, l'église en bois et les monuments à la gloire de Lénine et du communisme, que vit le chat Kecha.

Au premier abord, rien d’inhabituel, mais le fait est que les animaux domestiques ne sont pas autorisés dans l'archipel, à l'exception des oiseaux en cage, des lapins, des petits rongeurs et, sur autorisation spéciale, des chiens. On pense en effet que les chats peuvent perturber l'équilibre écologique, ou encore attraper la rage ou d'autres infections dues aux renards et aux lièvres polaires.

On ne sait pas par qui et comment Kecha a été amené ici. Denis Iourisson, un résident local, a déclaré lors d’une interview pour AltaPress que le chat avait été transporté secrètement par les Russes dans les années 2000, officiellement enregistré comme un renard.

Il passe tout son temps libre dehors, nourri tant par les locaux que par les touristes. Selon Olga Kostrova, organisatrice de voyages dans l'archipel, Kecha a pourtant bien une maîtresse.

« Il n'est pas à l'abandon, mais il aime la liberté, il aime se balader. Il vit dans une maison, il a une maîtresse. Néanmoins, il mange volontiers si on lui sert de la nourriture », précise-t-elle.

Lire aussi : Ces races populaires de chats originaires de Russie

En 2020, Kecha a eu 12 ans, explique Ioulia Litvinova, une habitante du Svalbard, mais il est toujours très actif.

« On ne l'a jamais vu se battre avec des renards. Mais quand on se promène avec les chiens du centre de huskies, il vaut mieux le contourner, car il y a eu des cas d’attaques de Kecha sur des chiens », explique-t-elle.

Une rumeur avance que Kecha n'est plus le seul chat de l'archipel. En juillet 2020, les touristes ont en effet pu photographier un chat très similaire, mais d'une couleur légèrement différente. Ioulia affirme qu'elle a également commencé à remarquer d'autres chats sur l'île, mais que Kecha reste le plus populaire du Svalbard.

« Kecha me ravit [quand il apparaît] lors de mes pauses-déjeuner. En ce moment, il est sale, est recouvert de boules de poils, et a les yeux larmoyants. Cependant, il reste l'une des principales attractions de Barentsbourg, et selon la légende, si vous caressez Kecha et faites un vœu, il se réalisera », ajoute Litvinova.

Dans cet autre article, nous vous relatons comment des chats sibériens ont sauvé l'Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies