Pourquoi les femmes russes n’ôtaient-elles pas leur chapka à l'intérieur?

Défilé de la collection Printemps-80 à Tioumen, 1980

Défilé de la collection Printemps-80 à Tioumen, 1980

TASS
Comment est-il possible de manger au restaurant sans quitter son bonnet en fourrure? Il s'avère que beaucoup de femmes faisaient cela par le passé, et cela n’étonnait personne…

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Des visiteurs de la galerie Tretiakov

Sur de nombreuses photographies prises à la fin de l'URSS et dans les années 1990, vous pouvez voir des femmes assises à l’intérieur sans manteau, mais avec d'énormes chapkas de fourrure. Avaient-elles froid à la tête ? Ou s'agit-il de survivances de coutumes prérévolutionnaires, quand une femme devait impérativement se couvrir la tête ? Eh bien non, ce n'est pas du tout la raison.

Des visiteurs au musée Pouchkine

Il y a quelques décennies, un chapeau en fourrure ne servait pas seulement à tenir chaud (bien que ce fût sa fonction première), mais permettait également d’afficher un certain statut social. Et si aujourd'hui, les jeunes font la queue pour obtenir le dernier modèle de smartphones, auparavant les femmes rêvaient toutes de chapkas luxueuses (et rares) en vison et en renard. Cependant, il y avait aussi plus de modèles économiques en lapin et même en fausse fourrure.

Musée Pouchkine

>>> Six vêtements qui vous permettent de reconnaître un Russe

Cet accessoire était si précieux que le laisser au vestiaire pouvait donner quelques sueurs froides. De plus, il y avait généralement des avertissements selon lesquels « le vestiaire n'est pas responsable de vos affaires ».

Le restaurant Slavianski Bazar à Moscou, 1968

Mais il semble que les femmes n'étaient pas très contrariées à l’idée d’emporter leur chapka avec elles au cinéma, au restaurant ou au musée. C'était l'occasion pour elles de montrer cet article à la mode et coûteux en public. De plus, selon des règles tacites, les femmes peuvent ne pas ôter leur chapeau à l'intérieur.

Une ingénieure soviétique, 1982

« En 1997, toutes les femmes portaient de longs manteaux de fourrure et des chapeaux de fourrure. Si vous aviez à la fois un manteau de fourrure et une chapka, alors vous étiez assimilée au segment "luxe", racontent des Russes faisant part de leurs souvenirs. Ma mère essayait également de maintenir son statut de femme d'affaires, malgré ses faibles revenus. Et à l'intérieur, elle enlevait rarement sa chapka de fourrure préférée. Maintenant je comprends pourquoi. Un jour d'hiver, nous sommes allés au théâtre. Assise au troisième rang, ma mère a enlevé son chapeau pour que les enfants assis derrière nous puissent également profiter du spectacle. Ce fut une erreur fatale qui l’a privée à jamais de son chapeau bien-aimé - il a tout simplement été volé ».

L'ouverture du premier McDonald's à Moscou, 1990

Bien sûr, un tel couvre-chef était souvent la cible des voleurs, et pour qu'il ne soit pas arraché dans une ruelle sombre, les femmes cousaient des élastiques qu'elles mettaient sur leur menton.

Une soirée de poésie au Palais des Sports Lénine à Moscou, 1976

De plus, des tels chapeaux abîmaient généralement les coiffures : les coiffures bouffantes et les boucles à la mode étaient pressées par la fourrure épaisse et perdaient instantanément leur volume. Les cheveux se salissaient également beaucoup plus rapidement, donc une fois enlevée la chapka, les cheveux n'avaient pas l'air très frais.

>>> L’hiver russe: ouchanka, chapka, pétouchok

Des couturières moscovites, 1987

Au fil du temps, les bonnets de fourrure ont cessé d'être rares et sont devenus démodés ; le statut des gens est désormais affiché au moyen d’accessoires coûteux de grandes marques et de gadgets célèbres.

Dans cette autre publication découvrez pourquoi les femmes russes portent encore des manteaux de fourrure.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies